Dossiers

Entrevue avec Nancy Jolicoeur, du Cégep de Sainte-Foy

Évaluer ensemble la formation générale

L'évaluation des programmes peut se faire de bien des façons...

Nancy Jolicoeur, directrice adjointe des études au Cégep de Sainte-Foy.

Au collégial, si le volet de la formation générale est souvent évalué, il est rare qu’il le soit autrement qu’en prenant chaque discipline séparément. Évaluer la formation générale comme un bloc, plutôt que par discipline, demande une synergie que le Cégep de Sainte-Foy, à Québec, a réussie récemment.

La Commission de l’évaluation de l’enseignement collégial du Québec (CÉEC) laisse une marge de manœuvre aux collèges pour l’évaluation de leurs programmes, en formation spécifique comme en formation générale. L’évaluation de la formation générale varie donc d’un collège à un autre. La CÉEC a demandé aux collèges, il y a une vingtaine d’années, de se doter d’une politique d’évaluation, en prévoyant un mécanisme de révision. Lors de cette révision, en 2016, Sainte-Foy en a profité pour réfléchir un nouveau mode d’évaluation de la formation générale.

Nancy Jolicoeur, directrice adjointe des études au cégep, rappelle la genèse de la nouvelle démarche. « Faire l’évaluation de la formation générale et actualiser nos devis, nous on l’avait fait au Cégep PAR DISCIPLINE. On allait voir en français, en philo, en éducation physique, en langues, mais ce n’avait pas été fait conjointement, dans l’ensemble, comme une entité propre. »

« Avant, notre pratique était plutôt de regarder des choses précises liées à la formation générale, comme la réussite, mais on s’est dit : il faudrait quand même qu’on ait une évaluation de FONDS sur la mise en œuvre de la formation générale. »

À la suite de la révision de sa politique pour inclure l’évaluation de la formation générale, la Commission des études du Cégep a instauré une démarche pour évaluer les quatre disciplines de la formation générale commune et la formation générale propre.

Pour l’occasion, en 2019, un très large comité ad hoc d’évaluation a été mis sur pied. Son rapport a été adopté en février dernier.

« On s’est collés à notre processus habituel d’évaluation », dit Nancy Jolicoeur, « mais on l’a adapté », même si la pandémie, depuis 2020, a ralenti le processus.

D’ampleur et de partages

Évaluer la formation générale par bloc permet une harmonisation pédagogique certaine. « Cela favorise la construction d’une vision commune qui sera bénéfique pour harmoniser le développement des compétences et mieux en tenir compte dans les épreuves synthèses des programmes », précise Mme Jolicoeur. Cela demande toutefois une concertation supplémentaire. Et les enseignants sont toujours un peu inquiets lorsqu’il s’agit de changements dans les pratiques d’évaluation des programmes où ils enseignent. Il faut établir une relation de confiance entre les différents acteurs.

Pour ses seuls départements de formation générale, le Cégep de Sainte-Foy compte plus d’une centaine de professeurs. Pour l’exercice ont été diffusés 3270 questionnaires étudiants, 814 de diplômés, 141 d’employeurs, 34 de coordonnateurs de programmes ou départements et 8 de représentants universitaires qui siègent sur un comité de programme du Cégep. Finalement, près de 7000 réponses étudiantes ont été reçues.

Finalement, près de 7000 réponses étudiantes ont été reçues.

La démarche a été présentée en juin dernier au colloque de l’Association québécoise de pédagogie collégiale. La directrice adjointe des études de Sainte-Foy, Nancy Jolicoeur était accompagnée de deux professeurs et de deux conseillères pédagogiques pour en témoigner.

Au colloque, la présentation a suscité un vif intérêt ; mobiliser autant de gens a impressionné. « Nous avons reçu ensuite quelques demandes pour venir partager notre expertise développée avec cette opération, autant auprès de gestionnaires qu’auprès d’équipes départementales d’autres établissements. »

Rappelons que les objectifs de la formation générale au collège visent au développement de compétences nécessaires à la vie en société, à l’université et au marché du travail.

Six critères d’analyse sont demandés par la CÉEC : la pertinence, la cohérence, les méthodes pédagogiques et l’encadrement étudiant, l’adéquation des ressources, l’efficacité et la gestion.

Daniel Samson-Legault, Portail du réseau collégial