THIS IDnp184prc Portail du réseau collégial | Archives

Infolettres

Archives

Abonnement à l'infolettre

L'infolettre Réseau collégial est diffusée une fois par mois. Recevez gratuitement chaque mois des nouvelles concernant les établissements et tous les acteurs et artisans du réseau, des résumés de dossiers, des informations sur les événements à venir...



Version en ligne

Version PDF



Infolettre Nº 98 5 octobre 2020
 
Mot de l'équipe

Nous ouvrons cette Infolettre sur une réalité de plus en plus prégnante : le réseau collégial se féminise : les filles représentent 57 % de la population étudiante, contre 42 % de garçons. Au début des années 1960, les filles représentaient 14 % du contingent d'étudiants des collèges classiques de la province. Soixante ans plus tard, on constate que les filles accèdent en plus grand nombre à tous les niveaux d'enseignement et s'impliquent davantage dans leur milieu scolaire. Quels sont les impacts de la féminisation des collèges ? Certains domaines sont-ils encore genrés ?

Par temps de pandémie, notre regard s'est porté sur les nouveaux professeurs. Comment tirent-ils leur épingle du jeu dans un contexte aussi changeant et incertain ? Trois témoignages.

Un mois à peine après le début de la session en mode hybride, la population étudiante et enseignante est-elle déjà éreintée ? Yves de Repentigny, vice-président à la FNEEQ répond à la question.

En ce début d'année scolaire, les cégeps ont multiplié les initiatives d'accueil et d'intégration. Un ballado de la réussite du Cégep Édouard-Montpetit se détache par son originalité.

Suivent deux analyses de fond : la filière de formation au secondaire est-elle source d'inégalité pour accéder au collégial ? Et, devant les exigences croissantes que demande qu'exige l'exercice de la profession infirmière, y aurait-il lieu de les rehausser ?

Les diplômés de l'École nationale de la chanson se sont démarqués lors du dernier festival de la chanson de Granby. Nous explorons avec le directeur de l'École cette pépinière d'auteurs-compositeurs-interprètes.

Pour clore ce numéro, un entretien avec François Adam, directeur général de l'Institut du véhicule innovant, sur l'incontournable électrification des véhicules dans le contexte des changements climatiques.
Bonne lecture.

        
Dossiers
Le réseau collégial, de plus en plus féminin
Danielle Malkassoff Josée Ouellet
Danielle Malkassoff, directrice des Services aux étudiants au Cégep de Saint-Laurent Josée Ouellet, directrice du Cégep d'Alma

Par Élise Prioleau

La population étudiante du réseau collégial est composée à 57 % de filles, contre 42 % de garçons1. Au début des années 1960, les filles représentaient 14 % du contingent d’étudiants des collèges classiques de la province2. Soixante ans plus tard, on constate que les filles accèdent en plus grand nombre à tous les niveaux d’enseignement et s’impliquent davantage dans leur milieu scolaire. Quels sont les impacts de la féminisation des collèges ? Certains domaines sont-ils encore genrés?

L’idéal de démocratisation de l’éducation était au cœur de la réforme du système d’éducation et de la création du réseau collégial. « (…) le cégep est né dans la décennie 1960 comme un projet de justice sociale, pour répondre à un besoin d’équité, à la fois pour corriger les écarts de chances d’accès aux études supérieures entre les filles et les garçons et pour réduire les inégalités alors flagrantes de classes sociales, de quartier, de région, de culture », rappelle Guy Rocher, sociologue et membre de la Commission Parent3.

En quelques décennies, les filles ont rattrapé les garçons. En 2007-2008, le taux d’accès en 5e secondaire était de 82 % chez les femmes, contre 70 % chez les hommes. Elles sont 73 % à accéder au réseau collégial, contre 53 % chez les hommes.

Lire la suite

Débuter une carrière en période de pandémie
Joannie Poirier Benjamin Gingras
Joannie Poirier, enseignante en éducation physique au Cégep de l’Outaouais Benjamin Gingras, enseignant en psychologie au Collège de Maisonneuve

Par Élise Prioleau

Tandis que les contacts humains sont restreints cet automne au Québec, le milieu de l’éducation est touché au cœur de sa mission sociale et éducative. Comment les enseignants en début de carrière perçoivent-ils cette période unique de l’histoire de l’enseignement ? Le Portail du réseau collégial est allé à la rencontre de deux jeunes enseignants, plus que jamais convaincus de l’importance de la mission essentielle qui leur a été confiée.

Joannie Poirier est enseignante en éducation physique au Cégep de l’Outaouais depuis 2019. « Ma mission est de promouvoir les bonnes habitudes de vie. Le but de mon cours d’éducation physique est d’outiller les étudiants pour les encourager à adopter une pratique sportive autonome. »

Cet automne, toutefois, les enseignants en éducation physique devront troquer une partie des activités sportives en groupe contre des périodes d’apprentissage devant un écran ou à l’aide d’une application. « Au cours du semestre, je vais voir mes groupes en présence 6 fois plutôt que 16. Les étudiants feront une partie des exercices théoriques et pratiques chez eux. Ils devront utiliser deux applications, c’est-à-dire Strava pour l’enregistrement de leurs performances sportives et Pearson ERPI pour accéder au manuel en ligne », explique Joannie Poirier..

Lire la suite

Enseigner en génie mécanique par temps de COVID
David Laliberté

Entretien avec monsieur David Laliberté, professeur en Techniques de maintenance industrielle au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue

Un texte de Marie Lacoursière

Comment par temps de pandémie un professeur en Techniques de maintenance industrielle au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue réussit-il à conjuguer enseignement à distance, enseignement en présence et laboratoire, tout en gérant l’équilibre travail-famille? David Laliberté témoigne de son expérience.

Adapter son enseignement aux circonstances
Après douze ans d’expérience en gestion et en ingénierie dans l’industrie, David Laliberté a été engagé comme enseignant l’an dernier au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue. Il a donc connu le grand bouleversement du printemps dernier. L’enseignant amorce sa carrière l’automne dernier auprès d’étudiants de première et de troisième année. « C’est certain que tu arrives au cégep et qu’il y a à la base beaucoup de choses à assimiler. Les plateformes d’apprentissages sont tellement nombreuses et diversifiées que l’adaptation et l’appropriation aux particularités des unes et des autres sont importantes et exigeantes. Le fait de rencontrer les étudiants quotidiennement réduit en quelque sorte le niveau de difficulté. »

Une organisation du travail minutieuse
Cours à distance, utilisation de Moodle pour les travaux, tout cela n’a pas représenté un défi démesuré pour l’enseignant.

Lire la suite

Une population étudiante et enseignante déjà éreintée?
Uves de Repentigny

Entretien avec Yves de Repentigny, vice-président responsable du regroupement cégep de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN).

Par Alain Lallier

Dans un communiqué de la FNEEQ publié alors que la session d’automne était à peine entamée, Yves de Repentigny affirmait : « Force est de constater, quelques semaines à peine après le début des cours, que nous sommes déjà éreintés, ce qui semble être aussi le cas de plusieurs étudiantes et étudiants. Ces signes nous inquiètent et nous font craindre une détresse psychologique plus grande chez le personnel enseignant et la population étudiante. » Le Portail s’entretient avec lui de la situation.

Une charge de travail augmentée
Pour expliquer un tel constat, Yves de Repentigny rappelle que les professeures et les professeur ont fait de gros efforts au printemps. Ils ont dû réorganiser la session en catastrophe et offrir tous les cours à distance. Selon lui, la charge mentale a dû être plus importante cet été lorsque les enseignantes et les enseignants se sont affairés à préparer la prochaine session dans un contexte rempli d’incertitude. « Cet automne, il arrive plusieurs choses : d’un point de vue psychologique, il y a toute l’incertitude qui pèse sur les différents scénarios qui pourraient survenir advenant un reconfinement. En ce qui concerne la charge de travail, des études démontrent qu’un encadrement de qualité devrait se limiter à une quinzaine d’étudiantes et d’étudiants lorsque l’on enseigne sur des plateformes comme ZOOM ou TEAMS. Nous sommes bien conscients qu’il s’agit là d’un idéal un peu utopique.

Lire la suite

Un balado qui donne la parole aux étudiants
Cloé Bergeron-Groulx Jacques 0livier-Moffatt Sophie Langevin Belzile
Cloé Bergeron-Groulx, conseillère en services adaptés Jacques-Olivier Moffatt, directeur adjoint aux affaires étudiantes Sophie Langevin Belzile, finissante du programme de Technique en maintenance d’aéronef

Par Élise Prioleau

Cet automne au Cégep Édouard Montpetit, un balado a été mis sur pied pour transmettre aux étudiants et étudiantes des astuces pour mieux réussir leurs études. Le Balado Réussite propose un dialogue entre étudiants et professionnels autour des enjeux de la réussite.

C’est en voyageant tous les jours de Bromont à Longueuil pour le travail que Cloé Bergeron-Groulx s’est initiée à l’univers des balados. « Le concept du balado m’est apparu comme un moyen de communication intéressant pour les étudiants qui ont souvent de longues heures de transport à faire tous les jours pour se rendre au collège. L’écoute de balados permet d’accéder à diverses sources d’information, peu importe où nous sommes physiquement », raconte la conseillère en services adaptés au Collège Édouard Montpetit.

Plus tard, lorsque la pandémie a assigné les Québécois à résidence, le concept du balado a refait surface. Dès le mois de mars, l’équipe des affaires étudiante a commencé à imaginer des émissions radiophoniques d’une quinzaine de minutes sur le thème de la réussite.

Lire la suite

La filière de formation au secondaire source d’inégalité pour accéder au collégial
Accès à l'enseignement post-secondaire

Par Thérèse Lafleur, rédactrice

Tous les chemins mènent à Rome, c’est connu. Mais tous les secondaires ne mènent pas équitablement au collégial. C’est ce que révèle la recherche L’accès à l’enseignement postsecondaire : l’effet de la segmentation scolaire au Québeci publiée en 2020 par la Chaire-réseau de recherche sur la jeunesse du Québec. L’équipe de chercheurs a voulu comprendre comment l’accès au collégial était tributaire de la voie empruntée au secondaire, du milieu socioéconomique et du parcours scolaire des jeunes québécois.

Cette étude menée depuis 2015 par Benoît Laplante, Pierre Doray, Émilie Tremblay, Pierre Canisius Kamanzi, Annie Pilote et Olivier Lafontaine conclut « que la segmentation scolaire crée des inégalités d’accès à l’enseignement postsecondaire et que ces inégalités scolaires sont, au moins en partie, le reflet de la ségrégation liée à la différenciation des filières suivies ».

Subventionnés par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) et le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC), leurs travaux apportent un nouvel éclairage en distinguant les caractéristiques des groupes d’élèves ainsi qu’en mesurant l’accès au collégial plutôt qu’à l’université. Cette étude montre que l’accès à l’enseignement postsecondaire varie de manière importante selon la filière et que l’accès aux filières dépend de l’origine sociale.

Lire la suite

Formations infirmières
Accès à l'enseignement post-secondaire
Philippe Bossé, directeur des études du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu

Par Thérèse Lafleur, rédactrice

La crise sanitaire majeure, la COVID-19, met en lumière le rôle stratégique et les tâches complexes des infirmières et des infirmiers. Ils sont au front pour nous. Leur compétence repose une formation qui les dote de savoirs leur permettant d’agir judicieusement et efficacement. Mais devant les exigences croissantes que demande l’exercice de la profession, y aurait-il lieu de rehausser la formation ? La question est d’actualité comme le souligne Brigitte Breton dans sa chronique Formation des infirmières : c’est reparti !

Quand on choisit cette carrière, plusieurs voies de formation sont possibles soit au collégial et/ou à l’université partout au Québec. Toutes mènent au permis à obtenir pour être membre de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) afin d’exercer la profession et de porter le titre comme défini dans la Loi sur les infirmières et les infirmiers :

Article 36 : Constitue l’exercice de la profession d’infirmière ou d’infirmier tout acte qui a pour objet d’identifier les besoins de santé des personnes, de contribuer aux méthodes de diagnostic, de prodiguer et contrôler les soins infirmiers que requièrent la promotion de la santé, la prévention de la maladie, le traitement et la réadaptation ainsi que le fait de prodiguer des soins selon une ordonnance médicale.

Lire la suite

Une pépinière d’auteurs-compositeurs-interprètes
Bruno Robitaille

Entretien avec Bruno Robitaille, directeur de l'École nationale de la chanson.

Par Alain Lallier

Lors du dernier Festival international de la chanson de Granby, les diplômés de l’École nationale de la chanson (Bermuda, Étienne Coppée,Cayenne, Max Lapointe et Bagaï) ont, à eux cinq, remporté 13 des 21 prix remis lors de cette édition spécialement virtuelle. Cet exploit vient confirmer la réputation de cette école. Nous nous entretenons avec son directeur, monsieur Bruno Robitaille.

Le directeur de l’École, Bruno Robitaille, est très fier et très heureux pour ses diplômés. Remporter 13 prix sur 21, c’est tout un exploit, d’autant que ce sont des jurys indépendants provenant de l’industrie. Pour lui, remporter plus de la moitié des prix manifeste une unanimité dans l’industrie pour les diplômés de l’École. « Nous sommes fiers parce que ça démontre les efforts que l’on fait auprès des étudiants, de notre façon de les outiller. On s’est modernisé beaucoup au cours des dernières années dans notre approche. Avec de telles retombées, on se dit qu’on est dans la bonne direction. »

Une école avec un statut très particulier L’École nationale de la chanson est la seule institution de formation de longue durée créditée comme auteur-compositeur-interprète dans la francophonie.

Lire la suite

L’incontournable électrification des véhicules
François Adam

Entretien avec François Adam, directeur général, Institut du Véhicule innovant (IVI), CCTT affilié au Cégep de Saint-Jérôme.

Par Alain Lallier

Le 23 septembre dernier, l’Institut dévoilait les premières images de son nouveau bâtiment. Grâce à une subvention de 12,7 MS du ministère de l’Économie et de l’Innovation, ces nouvelles installations permettront le regroupement sous un même toit de l’ensemble des activités de l’institut.

Pour François Adam, c’est l’aboutissement de longues années de travail et de démarches. « Le projet a été imaginé par une petite équipe dans les locaux du collège, explique-t-il. Nous savions que le Québec devait se donner les infrastructures et les moyens d’innover dans le domaine du véhicule électrique. Avec beaucoup de travail et d’énergie, nous avons obtenu l’automne dernier le financement permettant d’avoir les moyens de nos ambitions. Ces installations favoriseront la réalisation de nombreux projets, parce que nous sommes actuellement en saturation. L’espace physique manque et les véhicules sur lesquels nous travaillons grossissent. Ça ne va pas dans le bon sens… Nous nous donnons beaucoup plus d’espace pour réaliser plus de projets et avoir plus d’impact auprès des entreprises qui se greffent à cette grappe industrielle. »

La première pelletée de terre se fera au printemps et l’occupation des lieux en 2022.

Lire la suite

Pour ne plus recevoir cette infolettre, cliquez ici. Veuillez noter que dans certains, cette infolettre vous est distribuée par votre service des communications. Auquel cas, nous vous invitons à communiquer avec l'adresse qui figure dans l'entête de ce courriel.

 





 
NOUVEAU

Les alertes du Portail

Le Portail est fier de vous offrir un tout nouveau service d'alertes. Recevez un résumé quotidien de ce qui a été publié sur le portail, ou des notifications instantanées par courriel sur des sujets qui vous intéressent.

 
 
>> lescegeps.com/alertes
 
 

 


Archives


Abonnement


Désabonnement


Calendrier de diffusion

  • Diffusion: 8 septembre 2020

    Date de tombée: 2 septembre 2020

  • Diffusion: 5 octobre 2020

    Date de tombée: 30 septembre 2020

  • Diffusion: 9 novembre 2020

    Date de tombée: 4 novembre 2020

  • Diffusion: 14 décembre 2020

    Date de tombée: 9 décembre 2020

  • Diffusion: 1 février 2021

    Date de tombée: 27 janvier 2021

  • Diffusion: 8 mars 2021

    Date de tombée: 3 mars 2021

  • Diffusion: 12 avril 2021

    Date de tombée: 7 avril 2021

  • Diffusion: 10 mai 2021

    Date de tombée: 5 mai 2021


Les partenaires du Portail