Nouvelles

Comment préparer la relève infirmière face à une pénurie?


17 septembre 2021 - Au moment où Québec a besoin de 4000 nouvelles infirmières et que le contrat des 10 000 préposés aux bénéficiaires engagés d'urgence arrive à échéance, comment peut-on préparer la relève dans le réseau de la santé?

«Notre travail, c'est bien sûr de présenter la réalité du travail comme elle est. Oui, vous allez travailler une fin de semaine sur deux, Noel. Vous allez travailler de nuit. Vous allez travailler dans des conditions qui ne sont pas nécessairement toujours faciles», explique Mélanie Côté, enseignante au centre de formation professionnelle Fierbourg.

Selon la directrice des études au Cégep de Ste-Foy, Sophie-Emmanuelle Genest, les professeurs mettent de l'avant de le «côté humain» et la «richesse» de la profession.

Autre élément important, les stages en milieu de travail confrontent les élèves très tôt aux difficultés du métier.

«Les taux d'abandon ont diminué. Parce que les gens savent plus ce dans quoi ils embarquent», indique Mme Côté.

Le nombre d'inscriptions demeure stable au Cégep de Ste-Foy.

«On n'a pas vu de baisse ici. Chaque année, on comble nos 134 places», précise Mme Genest.

Les établissements d'enseignement tentent également de valoriser les professions auprès des jeunes.

«On invite les jeunes du secondaire à venir découvrir les soins infirmiers, les programmes de la santé», note Sophie-Emmanuelle Genest.

Mais les étudiantes ne se font pas d'idées saugrenues. Elles sont bien au fait du défi qui les attend.

«Je sais que ce ne sera pas facile. Je sais que je ne m'en vais pas au pays des licornes. Mais je suis prête. Il y a des personnes vulnérables à aider, puis je suis prête», lance Jacinthe Tremblay, étudiante chez Fierbourg qui a délaissé la coiffure pour devenir préposée aux bénéficiaires à l'âge de 51 ans.

Elle souhaite d'ailleurs apporter son optimisme dans son futur milieu de travail.



Les partenaires du Portail