Dossiers

Le leadership de demain

Par Nicole Rouiller, Directrice générale, Cégep Marie-Victorin (2003-2013)

Depuis sa fondation, CICan a toujours été aux premières loges pour soutenir le développement des compétences des dirigeants de ses institutions membres. Les instituts de leadership ainsi que le récent programme de mentorat témoignent de la grande contribution de CICan au développement d’un leadership rassembleur et ouvert à la diversité et à l’inclusion. Dans le cadre du 50e anniversaire de CICan, cet article vise à dégager les grandes lignes de ma vision des principales compétences qui seront exigées aux leaders de demain.

Lorsque je suis devenue cadre dans mon cégep en 1990, je me suis passionnée pour l’exercice du leadership et à ses défis. Mon style de leadership a évolué grâce à des mentors qui m’ont aidé à me remettre en question et en lien avec les défis qui ont jalonné ma carrière.

Aujourd’hui, les contextes de travail ont changé radicalement depuis ce temps. L’utilisation des réseaux sociaux et de nombreuses innovations technologiques ont transformé nos pratiques de communication et nos relations professionnelles. Que dire des exigences de la main-d’œuvre qui réclame, suite à la pandémie, souplesse et flexibilité face au travail hybride et au télétravail. On ne peut passer sous silence les deux dernières années durant lesquelles le réseau de l’éducation a dû faire preuve de créativité et d’agilité pour remplir sa mission éducative en temps de pandémie.

De nos jours le rôle des leaders ne se situe plus dans la direction de simples exécutants, mais dans la mobilisation de la connaissance et des compétences de leur personnel. Non seulement faut-il travailler en équipe, être engagé et mobilisé, mais encore faut-il apprendre à apprendre, car le changement est constant.

Héraclite a dit : « rien n’est permanent sauf le changement ». Dans les collèges, cégeps et instituts, les dirigeants sont constamment confrontés à la gestion des changements. Que ce soit pour adapter des programmes d’études à la réalité du marché du travail et aux technologies sans cesse changeantes, appuyer des étudiants aux besoins particuliers, suivre l’évolution des besoins des entreprises, etc.

Nos réflexions et nos observations nous amènent à conclure que le leadership de demain devra comprendre les compétences suivantes pour relever les défis du XXIe siècle

1) Comprendre les autres et faire évoluer les compétences de son équipe

Le développement de l’intelligence émotionnelle est à mon avis la plus importante des compétences attendues. Le leader émotionnellement intelligent a une bonne idée de ses propres émotions, de celles des autres et il sait les gérer efficacement. L’empathie, la compassion et le respect sont des qualités chez les leaders les plus compétents et les plus appréciés. Dans une époque où les problèmes d’adaptation et d’anxiété sont malheureusement trop présents dans la population, ces compétences sont essentielles pour créer un environnement de travail et d’études sain et épanouissant. Peter F Drucker, l’inventeur du management moderne, a dit que le succès dans l’économie du savoir sourit à ceux et celles qui ont une bonne connaissance de soi, de leurs forces, de leurs valeurs et de leur capacité d’agir.

Le leader de demain sera ouvert à la diversité, car il cherchera à s’entourer des personnes qui lui seront complémentaires et qui lui apporteront une diversité de pensée. Sa force résidera dans sa capacité à faire des ponts entre des idées et des gens.

2) Comprendre et agir sur son environnement

Nous entrons dans la quatrième plus grande révolution de l’ère moderne, qui combinera plusieurs technologies telles que l’Internet des objets, la robotique, les mégadonnées (big data) et l’intelligence artificielle.

Nous vivons dans un environnement volatile, incertain et complexe, car comme les technologies et les besoins sociétaux se transforment et progressent, les organisations doivent constamment évoluer et revoir leurs stratégies. L’agilité constitue une valeur en période de changement, car le leader doit savoir prendre des décisions rapides basées sur des principes solides. Les leaders de demain devront flairer et saisir les nouvelles possibilités créées à mesure que les tendances se dessinent et se mettent en place.

Les leaders les plus performants seront ceux qui auront la confiance et les compétences pour identifier les signaux faibles, identifier les tendances lourdes et en tirer des sources d’innovation. C’est pourquoi la curiosité deviendra une qualité essentielle, car le leader devra constamment être à l’affût de nouvelles connaissances tout en favorisant la formation tout au long de la vie pour lui et son personnel.

3) Être porteur de sens

Les leaders que les gens veulent suivre ont développé leur vision et savent la communiquer et la partager avec leur personnel. Cette vision repose sur des valeurs sûres incarnées dans l’organisation et dans le parcours du leader dans sa vie personnelle et professionnelle.

On cherche des individus qui ont une morale et représentant un idéal auxquels ils adhèrent, que ce soit éthique, environnemental ou social. On attend des leaders qu’ils aient le courage d’agir, qu’ils n’aient pas peur de quitter le confort pour avancer. Ils doivent éviter de reporter les décisions difficiles, oser dire la vérité et non ce que les autres veulent entendre et, enfin, être capables de reconnaître qu’ils se sont trompés.

Les leaders qui ont comme mission de faire croître les membres de son équipe auront plus d’impact et une plus grande longévité professionnelle. Bref, l’authenticité et le courage feront partie du profil recherché dans l’avenir.

On s’attendra à ce que le leader excelle dans toutes les stratégies de communication que ce soit en personne dans les médias sociaux, en conférence devant un public ou devant le personnel. La communication devient le levier pour établir des relations constructives de part et d’autre.

Le leader de demain se devra d’être authentique et miser à la fois sur sa tête, son cœur et son courage.2 Un leadership de tête correspond à la capacité de se positionner en stratège et d’être orienté vers l’avenir. Un leadership de cœur s’actualise lorsque le cadre réussit à mobiliser son équipe en démontrant de la considération pour ceux et celles qui l’entourent. Enfin un leadership de courage s’exerce en ayant la capacité de prendre des décisions difficiles. Chacune des composantes du leadership se traduit par des comportements propices à comprendre les autres, à prendre des décisions en s’adaptant aux contextes et en forgeant une vision rassembleuse et porteuse de sens.

Je terminerai par une citation de Napoléon qui résume l’essentiel de ma philosophie de gestion que je suggère bien humblement aux leaders de demain. L’art le plus difficile n’est pas de choisir les hommes, mais de donner à ceux qu’on choisit toute la valeur qu’ils peuvent avoir.

Source: CiCAN