Dossiers / Recherche et innovation

Connaissez-vous les 10 nouveaux CTT?



Le 26 juin dernier, la ministre de l’Enseignement supérieur et ministre de la Condition féminine, Mme Hélène David, annonçait dernièrement la création de dix CCTT et l'attribution d'un montant de 20 M$ pour soutenir les centres existants. La nouvelle est peut-être passée sous le radar en période de canicule et de vacances. Le Portail profite de la rentrée pour en reprendre les principaux éléments et  donner plus de détails sur chacun des nouveaux centres.

La ministre Hélène David entourée de directions générales d'établissements et de représentants du Réseau TransTech, lors de l'annonce faite au
Cégep Marie-Victorin.

Citations :

« Je me réjouis au plus haut point de cette annonce majeure. La création de dix CCTT n'est pas banale. Les centres collégiaux de transfert de technologie illustrent parfaitement la synergie qui doit exister entre les milieux de l'éducation, les communautés et les entreprises. Leur développement et leur implantation sont jugés comme des priorités par notre gouvernement. Ces projets encouragent la collaboration entre le monde de la formation et celui de la recherche, et permettent aux établissements collégiaux de s'inscrire de façon durable et efficace dans l'économie et la vitalité de leur région. »
Hélène David, ministre de l'Enseignement supérieur et ministre de la Condition féminine

« Nous obtenons aujourd’hui une reconnaissance sans précédent du gouvernement, démontrant que le modèle décentralisé des CCTT développé au Québec au cours des 25 dernières années est un grand succès. Avec l’arrivée de ces 10 nouveaux centres de recherche appliquée, le rôle du Réseau Trans-tech sera fondamental pour assurer la cohésion de l’offre de service de l’ensemble des centres et pour avoir le maximum de retombées sur la croissance et l’adaptation de l’économie québécoise ainsi que sur la formation collégiale », déclare la présidente du conseil d’administration de Réseau Trans-tech, Mme Nancy Déziel.


Selon R. Mathieu Vigneault, PDG du Réseau Trans-tech : « Ce sont les PME et les organisations clientes actuelles et futures qui sont les grandes gagnantes de l’annonce faite aujourd’hui. Avec les sommes supplémentaires, nos membres de partout au Québec pourront accompagner plus d’entreprises et d’organisations dans les changements qu’impose la quatrième révolution industrielle. »

« La reconnaissance de 10 nouveaux CCTT porte à 59 le nombre de tels centres, soutenus par le gouvernement du Québec, affiliés à 40 cégeps, 2 collèges privés subventionnés et 1 école gouvernementale, et installés dans 15 régions administratives du Québec. Ainsi, à l’heure actuelle, l’ordre d’enseignement collégial peut s’enorgueillir de porter en son sein ces centres collégiaux de transfert qui constituent autant de maillons entre les collèges et la relève scientifique, d’une part, et les petites et moyennes entreprises ou les organismes sans but lucratif, d’autre part. » (…) souligne la directrice générale de l’ARC, Mme Lynn Lapostolle.


Les dix nouveaux CCTT

1. Centre collégial de transfert de technologie en intelligence artificielle (CCTTia).
Collèges reconnus : Collège de Bois-de-Boulogne et Cégep John-Abbott.

 Ce centre aura pour mission d'accélérer l'intégration de l'intelligence artificielle dans le tissu économique québécois, notamment autour de trois principaux axes de recherche :
les technologies de la santé
les technologies pour les services financiers (FinTech)
le traitement des mégadonnées (opérations, marketing, gestion, etc.) des PME du Québec actives dans diverses industries.
Voir la nouvelle sur le Portail

2. Centre collégial d’expertise en gérontologie (CCEG)
Collège reconnu : Cégep de Drummondville
Mission : Les champs d'intervention du CCEG correspondent aux grandes orientations de la Politique sur le vieillissement du gouvernement du Québec, à savoir la santé, la participation, la sécurité et le développement des compétences/valorisation de la profession. Il propose déjà du soutien aux associations, aux organisations et aux entreprises pour les aider dans la résolution de certains problèmes sociaux liés au vieillissement. Lire la nouvelle parue à cet égard sur le Portail

3.Le Centre de recherche, d'innovation et de transfert en arts du cirque (CRITAC)
Établissement reconnu : L’École nationale de cirque.

Mission : Le CRITAC a pour mission l'avancement et le transfert des connaissances en arts du cirque favorisant l'évolution de leurs pratiques et de leur enseignement, la diversification de leurs esthétiques ainsi que la mise en valeur de leurs bénéfices pour la société.
Lire la nouvelle parue sur le Portail

4. Le Centre de recherche et d’innovation en art et en engagement social (ARTENSO).
Collège reconnu : Cégep de Saint-Laurent.

Mission : Le Centre ARTENSO a pour principale mission d'accroître l'accès aux arts et de stimuler la participation culturelle des citoyens par le biais de la médiation culturelle, et ce afin de favoriser l'engagement social. Le Centre ARTENSO organisera ses actions autour de trois pôles : la démocratisation de la culture, la démocratie culturelle et l'éducation artistique. Le centre ARTENSO souhaite orienter ses activités au profit de diverses populations vulnérables (défavorisées, immigrantes, aînées, jeunes, etc.).
Lire la nouvelle publiée sur le Portail

5. Centre de recherche et d’innovation en sécurité civile (Centre RISC)
Collège reconnu : Campus Notre-Dame-de-Foy
Mission : Présenter de nouvelles formations, technologies, pratiques, connaissances, innovations et idées afin de réduire les impacts négatifs, d’augmenter l’efficacité des différents intervenants lors de sinistres ainsi que de soutenir les diverses organisations dans l’optimisation de la préparation de leur réponse et de leur intervention en matière de sécurité civile.
Voir la présentation du centre

6. Centre d’expertise et de recherche appliquée en sciences pharmaceutiques (CERASP)
Collèges reconnus : Cégep John-Abbott et Cégep Gérald-Godin.
Mission : Développer et de soutenir la recherche appliquée, la formation et le transfert technologique en lien avec la découverte, le développement et l'évaluation de solutions innovantes dans le domaine pharmaceutique, notamment en biopharmacie, en technologie pharmaceutique, en production pharmaceutique et en santé numérique.
Voir la nouvelle publiée sur le Portail

7. Centre d’innovation de l’industrie d’accueil (CIIA)
Établissement reconnu : Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec.
Mission : Contribuera à l’implantation d’une culture d’excellence dans l’industrie de l’accueil (Tourisme–Hôtellerie–Restauration) en réalisant des activités de recherche et de développement, de transfert technologique et de transfert d’expertises dans le domaine de l’expérience client multisensorielle.
Voir la nouvelle publiée par l’ITHQ

8. Centre de recherche et de transfert en cybersécurité (CyberOutaouais.org)
Cégep reconnu : Cégep de l’Outaouais.
 Mission : Le champ d’intervention du centre est la cybersécurité, soit toutes les activités visant à protéger les personnes et les entreprises d’une utilisation malveillante de l’informatique, et particulièrement, lorsque les ressources mobilisées sont branchées à un réseau.Voir la nouvelle publiée sur le Portail

9. Écofaune boréale
Cégep reconnu : Cégep de Saint-Félicien
Mission : Son mandat sera de réaliser des recherches appliquées sur le développement durable et technologique ainsi que sur l'acquisition de pratiques sociales novatrices dans la filière de la « Fourrure nordique ».
Ce projet contribuera à aider les différents acteurs de ce secteur à se repositionner économiquement alors que le marché mondial de la fourrure, du cuir et de ses produits dérivés a beaucoup évolué. Sa création permettra également d'améliorer la qualité de vie des Premières Nations en développant de nouvelles méthodes de trappage qui tiennent compte à la fois des aspects environnemental, économique et social.
Voir la nouvelle publiée sur Portail à ce sujet

10. Living Lab en innovation ouverte (LLio)
Cégep reconnu : Cégep de Rivière-du-Loup.
Mission : Il rassemblera des intervenants de secteurs variés et des usagers autour d'enjeux communs, en misant sur l'intelligence collective. Dans un Living Lab, l'innovation est le fait des usagers. Ils en sont en quelque sorte le moteur. C'est une méthode innovante qui favorise les interactions dynamiques entre la recherche, la conception, la fabrication et l'utilisation.
Voir la nouvelle publiée sur le Portail



Dossier préparé par Alain Lallier, éditeur en chef, Portail du réseau collégial



Les partenaires du Portail