Dossiers / Recherche et innovation / Secteurs industriels

Une École d’été qui marrie mode et jeu vidéo



Dossier préparé par M. Alain Lallier, éditeur en chef du Portail.

Vestechpro, Centre de recherche et d’innovation en habillement et Centre collégial de transfert de technologie (CCTT), affilié au Cégep Marie-Victorin, a organisé cet été l’édition 2019 de l’École d’été sur le thème Mode et jeu vidéo. Les prémisses de ce projet : les étudiantes diplômées des programmes de mode offerts au Cégep Marie-Victorin (Design de mode, Commercialisation de la mode, et Production de la mode) seront davantage appelées à intégrer sur le marché du travail des entreprises où l’on utilise de nouvelles technologies. Les étudiantes se rendaient compte qu’elles n’avaient pas nécessairement apprivoisé ces technologies durant leurs études où l’on traite du vêtement principalement comme un produit de consommation destiné à des usages courants.

Paulette Kaci, Directrice générale chez Vestechpro, nous explique qu’aujourd’hui, dans le secteur de l’habillement, on aborde le vêtement connecté, l’intelligence artificielle, la réalité augmentée, et la réalité virtuelle. Des notions que les étudiantes n’auront pas nécessairement explorées durant leur formation collégiale en mode. « Vestechpro a donc pensé leur proposer un tremplin entre la finalisation de leurs études et leur arrivée sur le marché du travail, afin qu’elles puissent découvrir et s’initier à ces notions, et comprendre comment celles-ci pourront leur servir dans le cadre d’un emploi au sein de secteurs qu’elles n’avaient pas nécessairement considérés à priori. La plupart des jeunes femmes souhaitent développer leur carrière auprès de fabricants de vêtements ou de designers de mode. Durant l’École d’été, elles se rendent compte qu’elles peuvent aussi envisager travailler dans des industries différentes comme le jeu vidéo, le vêtement intelligent, la technologie 3D ».

L’objectif de l’École d’été est d’initier les participantes à de nouvelles thématiques durant une période d’activités de quatre semaines axées sur le plaisir de la découverte. L’initiative vise l’expérimentation de nouvelles technologies, la compréhension des liens entre ces technologies et l’habillement, ainsi que l’entrepreneuriat pour celles d’entre elles qui souhaitent se lancer en affaires.

Les activités de l’École consistent, entre autres, en des visites d’entreprises inspirantes, des conférences thématiques, et des ateliers. Les étudiantes sont également invitées à travailler à un projet d’équipe pour mettre en pratique les acquis des apprentissages.

Mode et jeu vidéo

Même si le lien entre la mode et le jeu vidéo n’apparaît pas d’emblée évident, force est de constater que dans les jeux vidéo les personnages sont habillés. Paulette Kaci explique : « Dans de nombreux jeux vidéo, on retrouve toujours des costumes et une forte notion d’histoire. De plus en plus, la création de personnages virtuels est considérée comme une expertise en demande. Le métier de Caracter designer consiste à dessiner des personnages, et à créer leurs univers et leurs garde-robes. La façon dont bouge un vêtement afin que nous ayons l’impression qu’il est réel demande des compétences en design de mode qui sont très valorisées dans la conception de jeux vidéo ».

Vestechpro a choisi cette année le thème Mode et jeu vidéo parce que le Centre accompagne déjà une entreprise de l’industrie du jeu vidéo, Ultracine Studios. Le Centre a pu bénéficier de cette collaboration pour monter la programmation de l’École d’été. Par ailleurs, Ultracine développe présentement un jeu mobile sur l’univers de la mode pour téléphone intelligent. Le but du jeu étant de proposer un catalogue de vêtements pour habiller un avatar et faire vivre au joueur des expériences liées à l’univers de la mode : défilé de mode, session de photographie, séance de stylisme, création de vêtements, etc. Cette entreprise expérimentée dans le jeu vidéo ne possédait pas de connaissances en mode. Elle a requis les services de Vestechpro pour développer dans son jeu, les spécificités propres au vêtement et à l’univers de la mode. C’est donc à partir d’un projet de recherche que la participation d’Ultracine à la programmation de l’École d’été s’est concrétisée.

Des participantes aux profils diversifiés

Puisque Vestechpro est affilié au Cégep Marie-Victorin et à son École de mode, le programme s’adressait, naturellement, aux finissantes du cégep. Mais, Vestechpro a souhaité élargir l’accès à l’École d’été à tous les étudiants du collégial. Parmi les participantes, on comptait cette année, une personne inscrite à la formation continue ainsi des étudiantes universitaires. La thématique de cette année a aussi attiré des étudiantes possédant des antécédents scientifiques. Une d’entre elles a étudié en chimie et une autre allait débuter un programme en médecine. De belles surprises, puisque Vestechpro cherchait à enrichir l’expérience proposée à travers la diversité des profils et la mixité de compétences. La variété des profils a permis de maximiser la portée du projet.

L’implication de généreux collaborateurs
Pour réaliser l’École d’été – édition 2019, Vestechpro a bénéficié de l’appui de 36 entreprises ou organisations. Avec ses collaborateurs, le Centre a développé une trentaine d’activités, présentées en matinée ou en après-midi, durant tout le mois de juin. Selon Paulette Kaci, le but était faire durer le plaisir de la découverte. Le groupe a été accueilli par dix entreprises, dont deux studios de jeu vidéo, Behavior et Eidos. « Même si l’été est une période très occupée pour l’industrie du jeu vidéo, nous avons eu l’opportunité de rencontrer des experts qui ont partagé les secrets de leur métier. Nous avons aussi visité des incubateurs d’entreprises, Centech, et District 3, affilié à l’Université Concordia. Nous avons assisté à une présentation sur l’entrepreneuriat à HEC Montréal, visité les ateliers du Cirque du Soleil, et expérimenté diverses plates-formes de programmation chez Valtech, et la réalité augmentée, à l’École Le Wagon. Nous avons mis les étudiantes dans des situations concrètes. Je pense que c’est ce qui leur a plu ».

Un projet collaboratif concluant
Dans une perspective de mise en pratique des apprentissages, Vestechpro a invité les étudiantes à jouer les rôles de designer et de créatrice techno en concevant des vêtements de façon virtuelle. « Pendant quatre semaines, elles ont travaillé avec le logiciel Marvelous 3D déjà utilisé chez Vestechpro et dans l’industrie du jeu vidéo. Dans ce contexte, dix licences d’utilisation de Marvelous 3D ont été offertes aux étudiantes à titre gracieux afin qu’elles créent une collection de vêtements pour une entreprise mode. Elles devaient préciser le type d’entreprise, sa cible, le profil de sa clientèle, le modèle d’affaires ainsi que les sources de financement. “Elles ont dû mettre en pratique ce qu’elles avaient appris lors des ateliers”, explique Paulette Kaci. Elles ont présenté leur projet en tant qu’entrepreneure à un jury de trois personnes qu’elles devaient convaincre de la pertinence de leur collection. Elles ont adoré l’expérience qui s’est conclue avec les commentaires éclairés des jurés ».

Une expérience inédite au sein du réseau Synchronex
L’organisation d’une formation dédiée aux étudiantes du collégial en période estivale est une initiative inédite au sein du réseau Synchronex, le regroupement des centres collégiaux de transfert de technologie. Toutefois, la formation et la diffusion d’information, avec l’aide technique et la recherche appliquée, s’inscrivent parmi les responsabilités qu’assument les CCTT auprès de ses diverses clientèles, dont la relève. « Les CCTT travaillent étroitement avec les collèges auxquels ils sont affiliés. Parmi les nombreux projets menés par Vestechpro, plusieurs impliquent des enseignants et des étudiants. Nous sommes constamment en contact avec la relève. Tout au long de l’année, les professionnels de Vestechpro interviennent dans les cégeps pour parler du vêtement intelligent et de l’intégration des technologies dans l’industrie du vêtement. De ces créneaux d’avenir, de nouvelles expertises se définissent, et nous nous appliquons à les maîtriser et à les partager. Par ailleurs, nous nous sommes dit qu’il serait intéressant de vulgariser la recherche appliquée auprès des jeunes. Les étudiants connaissent peu ce créneau qui se trouve au cœur de l’innovation. Nos expériences des deux dernières années nous amènent à vouloir poursuivre ce projet nécessaire qu’est l’École d’été et pour lequel, le soutien des entreprises et organisations collaboratrices demeure essentiel. Les onze participantes à l’École d’été, édition 2019, seront actives sur le marché du travail dans très peu de temps. En cette période de pénurie de main d’œuvre, nous sommes persuadés qu’elles seront des ressources inestimables pour les entreprises qui les embaucheront. Les CCTT sont bien positionnés pour proposer ce type de projet qui pourrait réunir, éventuellement, l’expertise de plusieurs centres spécialisés aux compétences complémentaires », d’ajouter Madame Kaci.

Des participantes très satisfaites
Les résultats des sondages effectués au cours de la session témoignent du niveau de satisfaction élevé des participantes. « Au-delà de la satisfaction exprimée pour la programmation et la formation, elles ont apprécié plus particulièrement les rencontres avec des professionnels et les visites d’entreprises qu’elles ne connaissaient pas, et auxquelles elles n’auraient eu accès normalement », constate Madame Kaci. « Ce qui est vraiment intéressant c’est que nous les avons vues évoluer durant ces quatre semaines. À la fin du programme, elles nous ont remerciés et nous ont dit avoir été sensibilisées à un monde de nouvelles possibilités. C’est cette ouverture sur un avenir prometteur qui constitue réellement l’aboutissement de l’École d’été. Si nous avons été en mesure de les motiver et de les orienter vers de nouvelles carrières, nous pouvons dire, mission accomplie. »

La technologie au féminin
Au collégial, les programmes de mode sont généralement fréquentés par les étudiantes, alors que la technologie attire plus particulièrement la gente masculine. Madame Kaci a tenu à souligner à cet effet que l’École d’été Mode et jeu vidéo visait aussi à intéresser la relève féminine aux possibilités d’emploi que présentent les nouvelles technologies pour les femmes, et qu’il n’en tient qu`à elles de faire leur place dans ce milieu captivant et en pleine effervescence.

 



Les partenaires du Portail