Dossiers / Recherche et innovation / Le numérique

Le Centre d’initiation à la recherche et d’aide au développement (CIRADD), une innovation en soi !



Dans le cadre de la série de capsules consacrées aux Centres collégiaux de transfert de technologie, nous vous invitons à découvrir le Centre d’initiation à la recherche et d’aide au développement (CIRADD) en compagnie de son directeur, M. David Bourdages.

Un organisme au cœur de sa communauté

Le Centre d’initiation à la recherche et d’aide au développement durable (CIRADD) a vu le jour en janvier 2006. Organisme à but non lucratif indépendant du Cégep de la Gaspésie et des îles, il est lié à celui-ci en raison de son engagement dans certains cours en Sciences humaines et en Sciences de la nature et de l’intégration des élèves dans des projets de recherche en lien avec le milieu.

La création du CIRADD a été stimulée par plusieurs constats :

  • Le manque de ressources régionales pour soutenir concrètement les besoins en recherche et développement (R&D) des petites entreprises ainsi que des organismes ayant peu de moyens en ce qui a trait à la résolution de leurs problématiques;
  • Le manque d’intérêt chez les jeunes pour la recherche scientifique en général;
  • Le manque de ressources afin de relever les défis du développement de régions éloignées en difficulté économique.

Depuis sa fondation, le CIRADD aide les organismes, les entreprises, les institutions et les collectivités en leur fournissant un soutien pour la clarification de problématiques, la recherche scientifique et le développement durable tout en démystifiant la recherche scientifique auprès des étudiants du collégial.

L’organisme a ainsi cherché à bonifier la formation collégiale en impliquant, dans le cadre de certains cours, des étudiants des programmes de Sciences humaines et de Sciences de la nature, dans des projets de recherche concrets qui répondent à des besoins exprimés par des organismes, des entreprises ou des collectivités du milieu. De janvier 2006 à juin 2011, le CIRADD a participé à près de cent projets de recherche permettant à plus de 350 élèves de s'initier à la recherche scientifique, tout en contribuant au développement durable de la région.

Né de besoins du milieu, le CIRADD a pour mission de soutenir la formation collégiale et l’essor des collectivités, en développant une expertise scientifique multidisciplinaire en développement régional intégré et axé sur les principes du développement durable.

Par le développement d’une expertise de proximité favorisant la recherche appliquée et avec l’aide, le soutien ainsi que le transfert des connaissances, le CIRADD gère depuis octobre 2010 le Centre collégial de transfert de technologie en pratiques sociales novatrices (CCTT-PSN) - développement régional durable - et agit plus précisément en :

  • Offrant un service de recherche, de soutien et d’accompagnement aux organismes, entreprises et collectivités, principalement dans la région de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine (région modèle);
  • Contribuant à l’application des principes du développement durable dans les différentes sphères d’activités régionales, soit aux niveaux économique, social, environnemental et culturel;
  • Impliquant des élèves du niveau collégial dans des projets contribuant à l’essor régional et en valorisant la recherche scientifique auprès des jeunes de la région et de la population en général;
  • Développant des projets de recherche appliquée afin d’initier de nouvelles pratiques sociales qui permettront un développement régional durable intégré;
  • Transférant aux partenaires du milieu et à la population en général les connaissances et les façons de faire acquises dans les différents projets pour contribuer activement au développement régional durable.

Les domaines d’intervention du CIRADD suivent ceux du développement durable :

  • Social (ex. : développement des minorités en région éloignée);
  • Économique (ex. : développement de nouveaux modèles économiques par le soutien des entreprises d’économie sociale);
  • Environnemental (ex. : développement de nouveaux modes de gouvernance en lien avec les changements climatiques);
  • Culturel (ex. : développement de projets inter-communautés).

L’initiation des jeunes à la recherche et le développement régional durable : les deux principaux axes d’intervention du CIRADD

Initier les jeunes à la recherche, c’est démystifier le travail du chercheur. C’est aussi permettre aux jeunes d’explorer un univers riche, dynamique et valorisant où la créativité a sa place et où il est possible de contribuer concrètement au développement de notre société. Et pourtant, le Conseil de la science et de la technologie du Québec mentionnait que d’ici les prochaines années, il y aurait une pénurie de candidats dans plusieurs domaines d’emplois liés à la haute technologie.

Nous sommes convaincus qu’impliquer directement les étudiants dans la recherche leur permettra de développer de l’intérêt – et même une passion – pour un projet de vie ainsi que des méthodes de travail rigoureuses et universelles. De plus, un discours et des actions orientés sur le développement durable régional favorisent le retour de ces jeunes professionnels dans leur région d’origine.

Au cours des années, les étudiants en formation préuniversitaire (Sciences humaines et Sciences de la nature) ont participé concrètement à de nombreux projets au cours desquels ils ont pu acquérir une multitude de compétences et de connaissances.

Exemples de projets :

  • Étude de l’impact de l’érosion des berges sur le développement des collectivités;
  • Analyse des besoins de transport des Gaspésiens et des Madelinots en lien avec l’implantation d’un transport collectif régional;
  • Impact du projet interculturel Harmonie sur les rapports entre communautés autochtones et non-autochtones;
  • Enquête sur la qualité de vie des aînés en région éloignée;
  • Analyse des raisons de l’exode scolaire des jeunes du collégial;
  • Projet de développement de l’autosuffisance alimentaire dans un contexte économique régional difficile.

Des liens étroits avec l’enseignement et en particulier avec le Cégep de la Gaspésie et des Îles

Le CIRADD est né, entre autres, d’un besoin éducationnel et a toujours évolué à l’intérieur du Cégep de la Gaspésie et des Îles (CGÎ) (physiquement et organisationnellement). Aujourd’hui encore, le CIRADD intervient et apporte son soutien dans des cours de méthodologie et d’intégration des compétences par son volet d’initiation à la recherche. Partenaire de toujours avec le CGÎ, le CIRADD a développé et continue de développer des liens avec des experts et des chercheurs universitaires et collégiaux afin de compléter et de bonifier l’expertise de l’organisme dans la réalisation de projets.

Les premières cohortes d’étudiants ayant profité de « l’expérience CIRADD » sont présentement sur le marché du travail ou dans la réalisation d’études de 2e cycle (maîtrise). Bien entendu, certains étudiants ont été motivés par leur expérience et ont continué des études en recherche.

Toutefois, l’initiation à la recherche et aux principes ou techniques scientifiques contribue davantage à la formation des étudiants en leur enseignant concrètement des méthodes de travail rigoureuses et universelles. De plus, le modèle de travail qu’est la recherche scientifique permet d’intégrer une manière de voir et d’analyser le monde qui nous entoure (social, environnemental, économique, culturel) applicable dans tous les domaines d’activités professionnelles, du chercheur au médecin, en passant par l’administrateur et le technicien.

 

Le colloque scientifique : un moment clé de l’année

Outre le volet recherche, la démarche scientifique comporte également un volet consacré au transfert des connaissances. Le colloque constitue l’étape ultime où les étudiants présentent via des affiches ou des exposés leurs résultats, leurs acquis, leurs expériences et communiquent leur savoir au grand public. Lors de ce séminaire, la population est également invitée à venir assister à des conférences d’invités spéciaux. Environ 200 personnes participent chaque année au colloque qui se développe petit à petit et qui pourrait éventuellement devenir un forum annuel sur le développement régional durable.

Favoriser un développement régional durable

La vision du développement régional durable pour le CIRADD est basée sur une approche intégrée et globale et sur le besoin d’investir dans la recherche et l’innovation, et non par des actions cloisonnées par secteur. Les nouvelles initiatives mises de l’avant depuis quelques années (gestion intégrée des ressources et du territoire, gestion de l’eau par bassin versant, tables de concertation, d’actions interministérielles ou inter ordres, gestion participative, etc.) démontrent ce vent de changement nécessaire. Cette vision du CIRADD repose sur plusieurs valeurs :

  • L’importance d’une complémentarité entre les trois dimensions du développement durable (économie, société et environnement) ajouté de la dimension culturelle;
  • Le dynamisme, l’instabilité, le mouvement, nécessaires à l’innovation vers des actions concrètes qui mènent au développement durable;
  • Les liens entre les jeunes, les adultes et les personnes âgées, l’entraide, le respect et la transmission des connaissances entre les générations qu’il doit y avoir pour assurer un réel développement durable sont la base de l’apprentissage et l’un des éléments essentiels à un réel développement durable;
  • Les liens entre les communautés autochtones et non autochtones;
  • L’importance de l’ouverture d’esprit, de la discussion et de la tolérance qui sont nécessaires à la concertation et d’où émergent souvent les idées porteuses d’avenir.

Plusieurs défis à relever

Les défis des projets en développement régional durable sont liés principalement au nombre important de variables qu’il faut considérer afin d’arriver à des solutions, à des actions ou à des innovations réelles. Même si la mobilisation des acteurs principaux demeure relativement facile, la mise en place de concertations efficaces reste ardue, mais n’a pas de commune mesure avec la nécessité de connaître adéquatement les réalités locales et régionales qui ont conduit à la situation actuelle. C’est là un paradoxe intéressant : une connaissance approfondie, pointue, versus une vision globale.

Aborder un problème ou étudier une situation de façon transversale, cela implique de considérer les variables directes, mais aussi indirectes et d’engager tous les acteurs du développement. Par exemple, si l’on désire travailler sur le dossier du développement social ou de la pauvreté, on impliquera bien sûr les intervenants sociaux et communautaires, mais aussi ceux des sphères économiques et environnementales, car chaque problème ne sera résolu de façon durable que par l’action des trois sphères. Il faudra donc intégrer à l’étude des variables supplémentaires qui, à première vue, ne seraient pas liées directement au sujet.

L’importance du volet culturel

Depuis quelque temps, on constate qu’on ajoute le volet culturel aux volets environnementaux, sociaux et économiques, du développement durable. Le CIRADD le considère depuis sa fondation. Ce volet peut être vu de différentes façons, mais pour nous, il s’agit d’abord et avant tout des cultures au sens « communautés ». En Gaspésie et aux Îles, on en retrouve principalement trois : la communauté micmac, la communauté anglophone et la communauté francophone. Chaque communauté doit être soutenue par ses voisins afin d’assurer ensemble la cohésion et la vitalité de la grande communauté gaspésienne et madelinienne. Il faut donc considérer dans chaque projet les caractéristiques culturelles des partenaires et des communautés impliqués afin de bien répondre aux besoins.

À titre d’exemples, voici deux projets contribuant au développement durable des collectivités pour le volet culturel :

  • Le projet Harmonie inter- communautés : Le CIRADD a travaillé avec deux communautés, micmaque et francophone, sur un projet développé qui visait principalement à briser les barrières sociales et culturelles afin de favoriser le développement local.
  • Le second impliquait la communauté anglophone. Dans une région majoritairement francophone où les services sont rendus à plus de 95 % en français, le développement de communautés anglophones peut être compromis. L’étude visait à comprendre pourquoi ces communautés sous-utilisaient les services de santé et comment elles pouvaient être rejointes efficacement.

Un organisme en constante évolution

Le CIRADD vit actuellement une période de consolidation et de repositionnement. Avec ses objectifs premiers axés sur l’initiation à la recherche et l’aide aux collectivités, le CIRADD est devenu une innovation sociale en soi. Toutefois, afin de répondre aux attentes et aux besoins du milieu, et avec de nouveaux partenaires, le CIRADD devra étendre ses actions et faire évoluer ses projets. Ainsi au cours des prochaines années, les efforts seront concentrés afin de relever quatre défis :

  • Consolider, perfectionner et étendre au sein du Cégep de la Gaspésie et des Îles les activités d’initiation à la recherche et d’aide aux collectivités;
  • Réviser les axes de recherche en lien avec les nouvelles priorités de développement des régions éloignées;
  • Augmenter l’expertise du CIRADD par la captation de l’expertise interdépartementale au collégial;
  • Continuer le réseautage avec les différents acteurs de la recherche en développement régional.

Pour en savoir plus
Visitez le site Web du CIRADD
 



Les partenaires du Portail