Dossiers / Recherche et innovation / Description et analyse

Science on stage Canada 2012, un exemple de microstage en milieu de recherche au collégial



 

 

 

Par Madame Huguette Thibeault M.Éd., M.Sc., enseignante de biologie en Sciences de la nature au cégep de Saint-Hyacinthe.

 

 

 

 

Résumé

Science on stage Canada tenait en mars dernier un évènement biannuel s’adressant principalement aux enseignants et éducateurs de tout ordre d’enseignement à l’échelle nationale. Cet organisme est affilié à Science on stage Europe qui regroupe 28 pays. Du 22 au 26 mars à Oakville en Ontario, une trentaine de personnes passionnées ont partagé leurs stratégies pédagogiques inspirantes avec leurs pairs dans un contexte de convivialité. Le but de cet article est de vous convier à découvrir cet organisme et des participants engagés à communiquer leur savoir-faire tant par des affiches, démonstrations, conférences ou ateliers de discussion. Ma première participation consistait à présenter le projet : Microstage en milieu de recherche au collégial: design pédagogique de l’intention à l’action. Celui-ci illustre concrètement comment on peut interpréter des compétences au collégial, en décliner un plan-cadre et un plan de cours structurants. Ce microstage de deux jours en milieu de recherche universitaire, gouvernementale ou industrielle fait partie du cours optionnel Microbiologie : expérimentation et recherche en Sciences de la nature au Cégep de Saint-Hyacinthe. Cette stratégie pédagogique, tout comme celles des participants à Science on stage Canada, plonge en temps réel les étudiants au cœur de la recherche et de l’expérimentation.

                          

 Édition 2012 de Science on stage Canada au collège Appleby à Oakville en Ontario.Source: Tracy Walker, Science on stage Canada 2012


Science on stage Canada

Le partage intensif de réflexions, d’outils pédagogiques ou éducatifs innovateurs dans un constant souci de susciter l’intérêt aux sciences et l’engagement des étudiants et cela pendant quatre jours constitue la spécificité de Science on Stage. Cette formule permet un contact privilégié avec des praticiens et des intervenants en éducation. Par ailleurs, la devise de l’organisme est «Pour les enseignants par les enseignants». La synergie des participants fait émerger ou consolider des stratégies d’apprentissage basées sur l’interaction, la créativité, la résolution de problèmes scientifiques ou technologiques, entre autres, et est le fil conducteur tout au long de Science on stage. Le rehaussement de la culture scientifique, le dédeloppement de l’esprit critique l’intérêt pour des carrières en science sont les fondements de la création de Science on stage. Les débats au sujet de l’énergie fossile ou nucléaire, des changements climatiques, des biotechnologies, des pandémies ou de la pollution de la planète pullulent. Ultimement nos étudiants, qu’ils envisagent ou non des carrières scientifiques ou technologiques, sont susceptibles de s’engager à trouver des solutions durables tant dans leur vie personnelle que professionnelle et personnelle.

L’interactivité entre les participants permet de mettre en perspective les motivations de chacun et les actions posées à différents niveaux au regard de l’établissement de liens entre la société, des enjeux scientifiques et le développement pédagogique en science et technologie. Le contexte de chacun, les décisions tant administratives que pédagogiques qu’elles soient locales, nationales ou internationales mettent en évidence la convergence de stratégies pédagogiques inspirantes vers un but commun : soit d’offrir aux citoyens de demain des outils pour qu’ils participent aux grandes questions scientifiques.En parallèle, on espère susciter l’intérêt pour des carrières scientifiques. 

Pourquoi ai-je participé à Science on stage Canada ?

L’invitation de Science on stage Canada, diffusée par l'Association pour l'enseignement de la science et de la technologie (APSQ), a suscité mon intérêt d’autant plus que Denise Provençal, une ancienne présidente du conseil d’administration de l’APSQ avait participé à une édition de Science on stage Europe. De plus, j’avais pu échanger avec Johanne Patry, présidente de Science on stage Canada, lors d’un congrès de l’APSQ. L’idée de partager un projet pédagogique innovateur avec des collègues du Canada et de développer un sentiment d’appartenance à une communauté de pratique inspirante en science et en technologie a pris forme. J’ai donc soumis un projet : Microstage en milieu de recherche au collégial: design pédagogique de l’intention à l’action  (2) qui a retenu l’attention de Science on stage Canada. Par ailleurs, il sera aussi présenté au festival de Science on stage Europe qui se tiendra en avril 2012 en Allemagne.

Le design pédagogique du microstage en recherche, sa pertinence et sa cohérence ont été présentés à l’aide d’une affiche et lors d’une conférence dans une perspective d’approche par compétences. La présentation des étapes d’élaboration, d’implantation et de validation du microstage en recherche a permis aux participants d’être plongés au cœur de cette stratégie pédagogique. Ils pourront envisager d’offrir une occasion à leurs élèves de découvrir la démarche expérimentale de chercheurs, les étudiants gradués, et les assistants de recherche passionnés au cœur de la recherche.

Au sujet du microstage en recherche

Les étudiants du profil Sciences de la santé du programme préuniversitaire Sciences de la nature effectuent leur microstage en équipe de deux pendant une dizaine d’heures dans un laboratoire de recherche dans le cadre d'un cours optionnel de biologie Microbiologie: recherche et d'expérimentation (101-GCD-HY). Ils sont accueillis par une équipe de recherche et participent activement à la démarche expérimentale au niveau universitaire, gouvernemental ou industriel. Ils établissent en temps réel des liens entre la science, la technologie et la société, dans les domaines de la microbiologie, de l'immunologie et de la biotechnologie, entre autres. Le microstage en recherche amène les étudiants à situer plus facilement le contexte d'émergence et l'établissement de concepts scientifiques. Ils comprennent davantage, par la suite, les problématiques, les hypothèses et les stratégies de résolution de problèmes sous-jacentes à la démarche scientifique ainsi que les attitudes essentielles en recherche, notamment l'esprit d'équipe, la rigueur intellectuelle et la patience. Cette immersion en milieu de recherche consolide de façon significative leur choix de carrière scientifique. Elle les motive à poursuivre leurs études à l'université. Ce microstage favorise l’acquisition, l’intégration ou le transfert de connaissances, attitudes, habiletés et de comportements recherchés en science.

Au sujet des participants de Science on stage Canada

Les participantes et les participants sont principalement enseignants, éducateurs informels, chercheurs et professeurs. Ils ont la possibilité d'afficher leurs réalisations originales, innovatrices et engageantes de leurs étudiants en action dans un cadre d'expo-sciences et, s’ils sont sélectionnés, lors de conférences sur scène. À titre d'exemple, des membres du Centre de développement pédagogique pour la formation générale en science et technologie avaient un kiosque regorgeant de réalisations technologiques et de guides pédagogiques à l’intention des enseignants du secondaire tout comme celui de Christine McClure et Erin Cameron, enseignantes au secondaire en Ontario. Ils contribuent à leur manière à l’arrimage secondaire-collégial.

Chacun explique son processus d’élaboration de stratégies qui se veulent authentiques et motivantes pour les élèves et les étudiants de 5 à 20 ans . De plus, tous participent à des ateliers de discussion sur des enjeux pédagogiques pré-déterminés tels que l’évaluation de l’importance de l’intégration disciplines, le parcours en mathématiques, l’établissement de liens entre la science et la société. Ces ateliers permettent d’acquérir une vision élargie d’obstacles rencontrés en enseignement en des sciences et de la technologie et de proposer des solutions. Des conférences de responsables en éducation, dont Maureen Callan du Ministère de l’éducation de l’Ontario et des membres du Collège Appelby, contribuent à dresser le portrait du processus de révision de programme ainsi que de sa mise en œuvre. À ces participants s’ajoutent des représentants de Science on stage Europe provenant d’Allemagne et de Pologne. Ils préparent leur prochain rendez-vous en 2013 en Allemagne.

Qui est au coeur de Science on stage Canada?

Ce sont des personnes avant tout qui sont au cœur de la promotion de l’enseignement de la science et de la technologie. Elles partagent leur expertise et leur passion. Voici ceux et celles qui font partie du conseil d’administration.

Madame Johanne Patry (3), Ph.D. Présidente

Johanne porte plusieurs chapeaux, dont chargée de cours à l'université de Sherbrooke, conseillère pédagogique en maths, science et technologie. Elle a participé à sept éditions européennes de Science on Stage et a remporté un prix prestigieux pour son projet en mission aérospatiale dans la catégorie autoperception dans le processus d'enseignement à Science on Stage Berlin en 2008. À la suite de la rencontre avecTracy Walker lors de Science on Stage 2 à Grenoble, Johanne a participé à la formation d’été pour les enseignants au synchrotron du Canadian Light Source.(4) Elle a ainsi  permis à deux groupes d’élèves du secondaire de participer au programme Students on the Beamline. Outre ses fonctions de présidente de Science on Stage Canada, Johanne a un parcours riche et inspirant. En plus de sa formation en pédagogie, elle est diplômée en agriculture de l'Université McGill, détentrice d'un certificat en sciences spatiales de l'Université internationale de l'espace et maître-praticienne en programmation neurolinguistique. En 1996, elle a été lauréate du Prix du premier ministre du Canada pour l'excellence dans l'enseignement des sciences, de la technologie et des mathématiques et en 2004 elle a reçu le prix Reconnaissance de la faculté d’éducation de l’UQAM. Elle présente plusieurs projets à Science on Stage Europe dont celui de simulation de mission spatiale,  «Out in Space». Des enseignants de la Finlande et la Norvège qui ont assisté à ces événements ont adapté son projet à leurs propres classes.

À Berlin, elle a été attirée par un projet autrichien du nom de Latexmotor. En Autriche, ce projet est principalement utilisé comme une démo pour expliquer les propriétés particulières de latex . De retour  au Canada, elle adapte si bien l'idée  que des centaines d'étudiants ont construit leur propre moteur. Preuve de succès de l'adaptation :  les enseignants autrichiens ont présenté, à un congrès en Suisse, des photos des élèves canadiens construisant leur moteur.

Présentation par Madame Johanne Patry d’une roue dont les rayons sont faits de condoms en latex. À sa droite Jean-Daniel Doucet, coordonnateur des ateliers : Attraction chimique , Christine McClure et Erin Cameron, enseignantes au secondaire en Ontario.


 Madame Tracy Walter, M.Éd. Membre

Tracy est coordonnatrice du programme de sensibilisation au Canadian Light Source (CLS). Elle a développé l'atelier d'été à la fois pour enseignants et étudiants dans le cadre du programme Students on the Beamline  . Elle a assisté à la Science on Stage à Grenoble en 2007 et à Berlin en 2008. Tracy est une femme énergique et passionnée. Son implication au sein du CLS en témoigne. Par ses activités, elle contribue à l’arrimage entre l’enseignement de la science et de la technologie et la recherche de classe mondiale. Le programme permet aux étudiants de participer activement à la recherche et d'apprendre directement de l'expérimentation. partie de la recherche, de participer activement et d'apprendre directement de l'expérimentation. Plusieurs étudiants ont vécu, grâce à ce projet,  une expérience en recherche scientifique authentique sur les météorites, le diabète, les nanoparticules, les bactéries, l’environnement et plus encore.

Monsieur Tom Eagan, Membre

Tom est enseignant en milieu rural,  à proximité de Toronto. Il travaille avec des élèves de 9e à 12e  . Tom est un grand admirateur de l'Institut Perimeter pour la physique théorique du Canada ; dans sa classe, il a travaillé avec l'équipe de sensibilisation aux ressources soutenant la vie; il s'intéresse aussi à  et la formation des enseignants à ce sujet.

Monsieur Tim Molnar Ph.D. Directeur pédagogique

Tim est un professeur adjoint au Département d'études pédagogiques au Collège d'éducation de l'Université de la Saskatchewan à Saskatoon. Il s’intéresse particulièrement aux stratégies pédagogiques relatives aux sciences, à la conception du jugement critique et aux TIC pour la formation des maîtres. Il s’intéresse à l'apprentissage par problèmes et a un intérêt particulier pour les Premières Nations.

Madame Anjuli Ahooja Ph.D. Responsable du comité local 2012

Originaire de l'Inde, Mme Ahooja enseigne en physique aux élèves du collège Appleby à Oakville, en Ontario. Elle s’intéresse au développement de cours de physique en ligne (elearning) et à la robotique. Elle coordonne le département de science à son collège. De plus, elle participe à la révision du programme en science au Ministère de l’Éducation. Elle fut notre hôte et a tout mis en œuvre pour rendre cette expérience dès plus enrichissante. Elle a su recruter des personnes dynamiques telles que Kevin Passusk et Carl Armstrong, leaders en planification stratégique de l’utilisation des TIC au service de l’enseignement, Shann McGrail de Microsoft Canada. Ils ont partagé leur expertise au sujet de l’utilisation des TIC pour la prise de notes, le suivi des étudiants et la gestion efficace de l’information, entre autres. Leurs ateliers et conférences traitaient des occasions qu'offrent les TIC d'amener les jeunes à profiter d'un monde en mutation et en compétition en leur permettant d’apprendre, de communiquer et de faire des liens explorées avec lucidité.

Monsieur Glen Guthrie (5), membre

Il a créé des programmes scolaires adaptés aux réalités de cinq collectivités des Territoires du Nord-Ouest. Ses cinq programmes d'économie traditionnelle comprennent tous des composantes en science et en technologie intégrées dans les pratiques traditionnelles de piégeage, de chasse et de pêche, entre autres. Ses programmes ont été un succès et ont favorisé le raccrochage scolaire tout en contribuant concrètement à l’éducation relative à la protection de l’environnement ainsi qu’à l’enrichissement des connaissances de la faune et de la flore.

Madame Julie Bolduc Duval, membre

Julie est impliquée dans l'enseignement des sciences, de façon formelle  et informelle, depuis plus de 10 ans. Elle enseigne actuellement la physique et l'astronomie au niveau collégial (CÉGEP) à Thetford Mines, Québec. Elle est également la coordonnatrice d'un programme de formation en ligne pour les éducateurs en astronomie : À la découverte de l’univers, offert par des astronomes canadiens. (6) Julie a participé à la première édition du festival canadien de Science on stage à Saskatoon en 2009, ainsi qu'au festival européen de Copenhague en 2011.

Conclusion

Vous faire découvrir Science on stage et ses artisans était l’objectif poursuivi dans cet article. La présentation du design pédagogique des microstages en recherche en milieu de recherche universitaire, gouvernementale ou industrielle dans le cadre d’un cours optionnel Microbiologie : expérimentation et recherche du programme Sciences de la nature. La connaissance de cette organisation, pourrait inspirer d’autres enseignants du réseau collégial. L’innovation pédagogique contribue au rehaussement de la culture scientifique et technologique en faisant découvrir autrement la science. Cette vision est partagée par Science on stage Europe et cela dans près d’une trentaine de pays dont le Canada.

Au sujet de l’auteure

Huguette Thibeault M.Éd., M.Sc. est enseignante de biologie au Cégep de Saint-Hyacinthe. Depuis plus de 30 ans, elle a établi des partenariats en environnement et avec différents milieux de recherche scientifique. Elle s'intéresse particulièrement au renouveau pédagogique et à l'approche par compétences. Son expertise scientifique et pédagogique est partagée avec ses collègues et plusieurs intervenants dont l'Association pour l'enseignement de la science et de la technologie (APSQ), l'Association québécoise pour la promotion de l'éducation relative à l'environnement (AQPERE) et l'Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC). Elle partage son expertise pédagogique à l’échelle nationale et internationale avec Science on stage Canada et Science on stage Europe. Par ailleurs, elle agit depuis quelques années à titre de responsable du Comité des enseignants et enseignantes du programme pré-universitaire Sciences de la nature du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS). Son souci d’innover pédagogiquement se traduit par l’implantation de microstages en laboratoire industriel, gouvernemental ou universitaire. Elle s'implique au sein d'un comité de rédaction la revue pédagogique Spectre de l’APSQ. Son expertise en gestion de programmes et en enseignement est mise à contribution à titre d’experte externe pour la Commission d'évaluation de l'enseignement collégial du Québec (CEEC). Elle effectue des recherches en pédagogie collégiale sur les TIC et l’environnement et anime des ateliers au sujet de l’entrepreunariat, de l’environnement et de l’innovation pédagogique en science, entre autres. Depuis janvier 2012, lle est aussi chargée de projet en environnement au Cégep de Saint-Hyacinthe  et depuis avril de la même année, nouvellement membre du CA de l’AQPERE à titre d’administratrice. Le partage, constitue  fil conducteur de sa carrière au collégial.


2) AQPC, AQPERE, MELS

3) Cette enseignante et conseillère pédagogique engagée et passionnée est reconnue par ses pairs:Prix Reconnaissance UQAM 2006 Lauréate — Faculté des sciences de l'éducation Page consultée le 17-04-2012

4) Le Canadian Light Source ou Centre canadien de rayonnement synchrotron, situé à Saskatoon, est un outil essentiel pour la recherche et développement dans des secteurs aussi cruciaux que l'environnement, les ressources naturelles et l'énergie, la santé et les sciences de la vie, entre autres. Plusieurs participants à Science on stage ont en commun d’avoir permis à des étudiants de faire de la recherche dans ce centre dans le cadre du programme éducatif Students on the Beamline ou Les étudiants sur les lignes de faisceaux. La rubrique Science de leur site internet regorge de découvertes fondamentales.Canadian Light Source. Page consultée le 17-04-2012 en ligne

5) Science on stage. Page consultée en ligne le 17-04-2012.

6) À la découverte de l’univers est un programme de formation enligne conçu en partenariat avec la Société canadienne d’astronomie, la Fédération des astronomes amateurs du Québec et la Société royale d’astronomie du Canada.

 





 
NOUVEAU

Les alertes du Portail

Le Portail est fier de vous offrir un tout nouveau service d'alertes. Recevez un résumé quotidien de ce qui a été publié sur le portail, ou des notifications instantanées par courriel sur des sujets qui vous intéressent.

 
 
>> lescegeps.com/alertes
 
 

 




Les partenaires du Portail