Dossiers / Pédagogie / Outils pédagogiques

Une vitrine sur l’innovation



Entrevue avec M. Pierre-Julien Guay, coordonnateur de la Vitrine Technologie Éducation, affiliée au Collège de Bois-de-Boulogne.


La Vitrine Technologie Éducation est présente dans le réseau collégial depuis maintenant 21 ans. Certains se souviendront de son ancienne appellation : Vitrine APO. Depuis ses débuts, l’organisme est coordonné par Pierre-Julien Guay. Le Portail fait le point avec lui sur l’évolution de la Vitrine depuis sa création, les enjeux actuels et ses projets.

Le Référentiel Eurêka offre près de 20 000 ressources éducatives
Parmi les belles réalisations de la Vitrine figure en tête de liste le référencement des ressources éducatives. Le Référentiel Eurêka (référentiel de ressources numériques d’enseignement et d’apprentissage pour le réseau des cégeps) offre près de 20 000 ressources. Pierre-Julien Guay explique : « Dès le début, la Vitrine publiait des compilations sur le sujet. Avec l’arrivée d’internet, parurent nos premières bases de données en ligne. En 2003, le ministère a demandé à VTÉ de référencer les ressources des autres partenaires comme le CCDMD, Cégep@distance, l’APOP, et les autres. Au fil  des ans, la Vitrine a acquis une expertise de pointe de niveau international en référencement. Le référencement des ressources requiert des normes de catalogage et l’existence d’un langage commun. Nous avons été les premiers à implanter de façon exemplaire les normes de l’époque. Nous avons corrigé les défauts des pratiques existantes. Ce qui nous a amenés à participer aux travaux du comité ISO/IEC JTC1 SC36 qui développe des normes internationales pour l'enseignement, l'apprentissage et l'éducation. Nous travaillons également avec la TÉLUQ et des organismes français pour développer un outil commun qui assurera une plus grande pérennité à nos développements. Nous travaillons actuellement à une application de référencement qui supporte le web sémantique et sommes à la fine pointe dans le domaine. Le système et le service de répertoire bibliographique portent actuellement le nom d’Eurêka, mais seront regroupés bientôt sous le nom d’Andromeda.»
L’expertise de la Vitrine en normalisation est reconnue : le gouvernement lui a confié le mandat d’hébergement des secrétariats du Groupe de travail sur les normes du Québec (GTN-Québec).

Des achats regroupés d’une valeur annuelle de 2,5 millions $
La Vitrine a aussi développé une expertise importante dans le domaine des achats regroupés de logiciels à caractère éducatif. « Première au Canada à signer une entente de niveau éducatif avec Microsoft, la Vitrine a permis de faciliter l'accès aux produits, mais aussi de donner l’information nécessaire pour que les collèges fassent les bons choix. C’est ce qui nous caractérise encore aujourd’hui : donner beaucoup d’information sur non seulement ce qu’il y a dans l’offre d’achats regroupés, mais aussi ce qui l’entoure : présentation des éditeurs de leurs produits, suivi pour que les revendeurs donnent une satisfaction totale à l’ensemble des collèges et universités; toujours dans une perspective de laisser le libre choix aux établissements. Avec l’arrivée de l’infonuagique, le contexte change. Avant nous parlions de tous les logiciels utilisés dans les laboratoires, maintenant il y a de moins en moins de laboratoires et de plus en plus de tablettes et de mobiles. Avec Windows 365, le paysage change et nous assistons à une véritable dématérialisation des lieux d’éducation avec des nouvelles offres. »

La Vitrine s’est concentrée sur les laboratoires vivants
La Vitrine a toujours investi beaucoup d’énergie dans la formation des ressources professionnelles et professorales dans le domaine des APO. Au début, un bulletin était publié dans l’ensemble du réseau. Par la suite, des ateliers de formation ont été organisés. Depuis un certain nombre d’années, le mandat de formation a été confié à l’APOP. La Vitrine s’est alors concentrée sur les laboratoires vivants où sont regroupés les enseignants innovateurs souvent isolés dans leur milieu. Monsieur Guay explique : « La Vitrine regroupe les enseignants innovateurs autour de personnes ressources, des gens des entreprises, des chercheurs des universités. Nous créons une communauté d’apprentissage qui vit sur quatre à cinq semaines. L’objectif est de formaliser de nouvelles pratiques ou de nouvelles connaissances. Nous documentons le tout. Récemment, nous avons terminé une série de laboratoires sur le jeu sérieux. En février, ce sera sur l'innovation pour la réussite et sur l’Accessibilité universelle en pédagogie (Universal Design for Learning) pour répondre à la question “ comment pouvons-nous produire du matériel qui tiendra compte des différents styles d’apprentissage? ” Suite à ces laboratoires, nous assurons une diffusion plus large, en particulier à travers Profweb, afin que les enseignants qui s’intéressent, par exemple, aux portfolios numériques ou aux médias sociaux bénéficient d’une banque de références fondée sur une analyse et une expérimentation terrain faites préalablement avec ces nouvelles technologies. »

Aux premières loges des tendances émergentes
La Vitrine s’intéresse aux nouvelles tendances comme les données volumineuses et  l’analyse de l’apprentissage. Dans un contexte où beaucoup d’informations sont rendues disponibles par les gouvernements (ex. : tous les contrats publics aux États-Unis), ces informations sont intéressantes pour le milieu de l’éducation : les étudiants peuvent travailler sur des données réelles plutôt que sur des données théoriques.
« Pourquoi s’intéresser au learning analytic, (à l’analyse de l’apprentissage?) Lorsque nous utilisons des ressources en ligne, nous laissons des traces. En utilisant les ressources d’analyse, il est possible de déterminer si l’étudiant est à risque d’échec ou non. Ces outils permettent de faire de la remédiation très rapidement. Ils permettront éventuellement de suivre la progression de l’étudiant dans son programme. Tout ceci est en émergence. Il y a là tout un champ d’analyse et d’expérimentation. »

Pour un partenariat de complémentarité
Dans un contexte où plusieurs organismes ont investi le domaine des TIC et face au risque de recoupement des mandats, la Vitrine met de l’avant un partenariat de complémentarité.
« Dans le dossier du jeu sérieux, un développeur du CCDMD est venu présenter la stratégie pédagogique du concept; quelqu’un de Cégep@distance est venu parler de la conception pédagogique d’un jeu sérieux. L’an dernier, avec le consortium SHERPA, un portfolio développé par quatre cégeps de la région de Québec et l’Université Laval, nous avons eu un partenariat avec l’APOP, DECLIC et ProfWeb pour mousser la connaissance du portfolio. Nous avons fait un laboratoire avec ces partenaires pour démontrer toutes les potentialités, suivi d’une publication du CLIC sur le dossier. »


La Vitrine compte sur quatre personnes à temps plein. Du côté GTN-Québec, deux autres personnes y travaillent à demi-temps.

Les projets d’avenir
Pour Pierre-Julien Guay, l’analyse de l’apprentissage (le learning analytic) offre un potentiel de développement formidable pour les cégeps. « Contrairement au primaire et au secondaire où le paradigme classe prend encore le haut du pavé, dans les collèges, nous entendons parler de classes inversées, de pédagogie active et de classes actives. Plusieurs activités d’enseignement se font en ligne. Nous sommes en mesure d’utiliser ces données avec l’encadrement adéquat pour le respect de la vie privée et d’en tirer des indicateurs liés à la réussite. C’est là un défi important pour la Vitrine.

» Pour l’internet des objets et la réalité augmentée, sorte d’extension de nos sens et de nos contacts, l’enjeu est de savoir comment définir ou créer des lieux et les lier à des objets virtuels ou à des informations pédagogiques. Déjà par exemple, nous pouvons visiter Saint-Pétersbourg et, grâce à une application gratuite sur le iPhone, recevoir des explications utiles dès que nous sommes devant un palais ou un pont puisque notre position géographique précise est constamment connue. »

Se méfier du piège de la nouveauté
Dans le contexte de la prolifération des nouvelles applications, Pierre-Julien Guay invite à se méfier du piège de la nouveauté. « Quant à l’utilisation d’une nouvelle application, il faut distinguer l’effet de la nouveauté et l’amélioration effective de la pédagogie avec cet outil. Même si l’enseignant n’est plus le détenteur de savoir unique avec tout ce qui est accessible sur le web en temps réel, il lui appartient tout de même de développer une stratégie d’appropriation des connaissances et des activités qui deviendront un terreau fertile à l’apprentissage. »

Dans son dernier plan stratégique, la Vitrine Technologie Éducation du Collège de Bois-de-Boulogne se donne comme vision de « devenir un carrefour recherché et influent dans le domaine des technologies éducatives au Québec et d’être davantage en relation avec les innovateurs et les intervenants en enseignement supérieur ». Notre entretien avec son coordonnateur témoigne éloquemment que la Vitrine est sur la bonne voie.

Entrevue réalisée en décembre 2013 par M. Alain Lallier, édimestre au Portail du réseau collégial.



Les partenaires du Portail