Dossiers / Pédagogie / Insertion et développement professionnel

Donner au suivant ou "Pourquoi léguer, lorsqu’on part à la retraite?"



Robert Howe

Consultant en pédagogie de l'enseignement supérieur.

Un ami, âgé de 84 ans, insiste pour m’enseigner à souder du métal. Malade, il me dit qu’il ne passera pas le temps des fêtes. Mais il veut me transmettre ses trucs de mécanicien et de bricoleur autodidacte, ses façons de résoudre des problèmes d’atelier de mécanique. Tiens, qui d’entre nous sait comment facilement percer un trou d’un demi-pouce de diamètre dans une plaque d’acier d’un quart de pouce d’épaisseur? Et y souder un boulon en acier trempé? J’ai beau lui dire poliment que je n’ai pas besoin de savoir souder, il me répond, bien patiemment, que j’aurai besoin un jour de savoir ça mais quand il sera mort, il sera trop tard.

Il a raison et je le respecte pour ça. Cet homme veut léguer son savoir et son savoir-faire à quelqu’un.

Donner au suivant, c’est mettre ensemble un donneur et un … suivant, si on me pardonne cette formule cavalière. Il y a bien entendu de nombreuses formes de processus de legs et ces formes vont s’exprimer de façon variée, selon que nous sommes encore au travail, en préparation à la retraite, ou déjà retraité mais toujours plus ou moins actif. Le mentorat, le coaching, les conférences, les charges de cours, la publication de textes, les blogs, les ateliers d’accompagnement de groupes, etc. sont autant d’expressions de cet acte de transmission et de transition.

Mais le legs, c’est aussi et peut-être surtout une attitude. Dans son livre Pour un troisième tiers porteur de vie, Jacques Limoges nous dit que  « Sur tous les plans, léguer est devenu pour moi un acte vital et de vie, voire un acte de durée, d’endurance et d’immortalité"(1). Il y a là dans cette déclaration une affirmation de pulsion de vie, une bienveillance, une reconnaissance de l’autre, une conscience de la valeur de l’expertise et du savoir d’expérience.

C’est ainsi qu’on découvre un lieu, un groupe, une ressource dédiée spécifiquement à cet acte de legs : le Cercle de legs.

Le Cercle de leg (2) est créé par Diane Doyon et Jacques Limoges, de l’Université de Sherbrooke. Ils sont accompagnés dans cette expertise par plusieurs collaborateurs au Québec et en Suisse. Ce groupe de ressources est très varié en expertises pertinentes: mentorat, counseling d’orientation, coaching professionnel, psychopédagogie, intervention sociale, gestion des ressources humaines.

Le Cercle de legs s’adresse aux personnes qui se situent en amont de la retraite. Par une démarche de groupe, les séances du Cercle de legs permettent aux participants de (3) :

  • faire un bilan professionnel;
  • donner du sens à leur quotidien;
  • transmettre à d’autres des façons de faire utiles et efficaces;
  • contribuer à la continuité de la vitalité de l’entreprise;
  • vivre pleinement leurs derniers engagements au travail tout en prévenant l’épuisement, l’usure ou la démobilisation;
  • préparer leur transition et envisager quitter sereinement leur emploi et leur milieu de travail;
  • partager avec d’autres personnes à la même étape de vie.

On aura une bonne idée de l’esprit de ce Cercle de legs et de ses objectifs en écoutant une entrevue radiophonique réalisée par Radio Ville Marie (6 min) avec l’instigatrice du groupe, Diane Doyon, à l’adresse suivante: http://www.cercledelegs.com/liens.php . Cette entrevue (http://cercledelegs.com/references/Regional%20-%202008%2011%2004.MP3 ) résume bien les intentions du Cercle de legs.

Donner au suivant, léguer une partie de son expertise avant de partir (ummmm… partir?), ça se fait spontanément et ça se fait aussi dans des cadres d’accompagnement. Il y a là une éthique, un souci de donner au suivant, de transmettre un savoir d’expérience. La compétence, l’expertise, n’ont pas à cesser d’exister au départ à la retraite. On transmet à quelqu’un, on partage. C’est un acte de responsabilité, un acte de bienveillance, et, osons le dire, un acte d’amour.

Et mon vieil ami, technicien autodidacte en toutes sortes de choses, avec sa troisième année du primaire mais débrouillard et inventif comme l’étaient ces pionniers, ne saurait pas ce qu’est le coaching ou le mentorat. Mais il me regarde faire et, au besoin, il me dira avec tellement de bienveillance : « Euh …, si je peux de donner un petit conseil… ». C’est peut-être à des gens comme lui que Jacques Limoges pensait lorsqu’il a écrit son livre sur le quatrième tiers(4) ! Peut-être.

----- 0 -----

Rédacteur : Robert Howe, consultant en pédagogie de l'enseignement supérieur, spécialiste en évaluation.

Tout commentaire ou suggestion de votre part sera bienvenu. Vous pouvez adresser vos commentaires à howerobert@sympatico.ca

 


RÉFÉRENCES

(1) Jacques Limoges,  Pour un troisième tiers porteur de vie, Vade Mecum, Éditions GGC, 2008

(2)Voir leur site web sur http://cercledelegs.com/index.php

(3) Liste tirée de leur site web : http://cercledelegs.com/personnes.php

http://lescegeps.com/fr/websites?s=s1prc&action=post&type=dossier_thematique&id=ds15500prc#_ednref4

(4)Limoges, Jacques. Un quatrième tiers? Éditions GGC, collection Pratiques Professionnelles. 2010


M. Robert Howe

Consultant en pédagogie de l'enseignement supérieur.

Diplômé de l’Université de Montréal, Robert Howe est spécialiste en évaluation. Membre du National Council on Measurement in Education (NCME), il agit comme consultant et formateur auprès de plusieurs cégeps dans le domaine de l’évaluation des apprentissages, l’évaluation des programmes, l’évaluation de l’enseignement.

Il a été conseiller pédagogique pendant plus de 15 ans, formateur dans le programme PERFORMA (Université de Sherbrooke) et, pendant sept ans, directeur adjoint au cégep régional de Lanaudière à L’Assomption. Il a été chargé de cours à l'Université de Montréal et, depuis 2012, chargé de cours à l’Université de Sherbrooke où il enseigne l’évaluation des apprentissages dans le cadre du microprogramme de formation à l'enseignement collégial. Il est consultant expert dans plusieurs dossiers de développement de l’évaluation de l’enseignement ainsi qu’expert-conseil dans des litiges de droit du travail concernant des aspects d’évaluation des compétences du personnel.



Les partenaires du Portail