Nouvelles

L’École nationale d’aérotechnique complète sa tournée du Québec à la rencontre de ses nouveaux étudiants

Saint-Hubert, le 9 juin 2015 ―Pour célébrer son 50e anniversaire, l’École nationale d’aérotechnique (ÉNA) de Saint-Hubert accueille cette année de manière spectaculaire certains de ses nouveaux élèves qui entameront leurs études cet automne. Elle complète une tournée des régions du Québec qui l’a amenée à poser son avion dans une dizaine d’aéroports du Québec et elle est revenue chez elle à l’aéroport de Saint-Hubert ce samedi 6 juin.

Les nouveaux étudiants Hubert Barrette-Laganière, Nicolas Ferron et Ian Dorin entourent le pilote Paul Boudreau juste avant de débuter leurs vols dans l’avion RV-6 construit à l’ÉNA

Le départ de la délégation a eu lieu à l’ÉNA à Saint-Hubert le samedi 30 mai. Jusqu’au 6 juin, elle s’est arrêtée à Sherbrooke, St-Georges, Québec, Rivière-du-Loup, Alma, Trois-Rivières, Mirabel et Gatineau avant de revenir à son point de départ. À chaque escale, les nouveaux étudiants rencontraient des professeurs et des étudiants, et certains ont pu effectuer un vol. Discovery Air Services techniques (Québec), Premier Aviation (Trois-Rivières) et Avianor (Mirabel) ont reçu les futurs étudiants dans leurs installations pour leur donner un avant-goût de leur futur métier.

Le retour de la délégation de l’ÉNA dans ses installations de Saint-Hubert coïncidait avec la journée d’accueil de ses 332 nouveaux étudiants, qui sont invités à visiter l’École et à rencontrer les personnes ressources pour bien préparer leur rentrée scolaire. Quelques chanceux qui ont remporté le tirage au sort ont pu prendre leur envol à bord d’un petit avion RV6 construit à l’ÉNA. « Le RV6 est le premier avion entièrement construit par une école et près de 1200 étudiants y ont contribué dans le cadre de leurs cours. Il est ainsi devenu l’emblème du savoir-faire exceptionnel de l’ÉNA », a expliqué Carl Garneau, l’un des enseignants à l’origine de ce projet audacieux.

Hubert Barrette-Laganière, de Boisbriand, a été un des trois chanceux à voler avec le RV-6. « C’est trippant, pas comme un vol Montréal-Paris ! J’ai adoré quand on a fait un virage serré! », a-t-il partagé en descendant de l’avion. Il s’est inscrit au DEC-BAC en Génie aérospatial dans le but de poursuivre ses études universitaires pour devenir ingénieur en aéronautique. « Ce qui m’intéresse dans ce programme, c’est de concevoir des avions, de découvrir de nouveaux horizons et de nouvelles technologies. Je rêve de travailler à l’Agence spatiale canadienne », a conclu le jeune homme.

« C’est la première fois qu’une école envoie ainsi une délégation à travers le Québec pour accueillir ses futurs étudiants. On tenait à souligner de manière spéciale le 50e anniversaire du plus important institut d’aérotechnique en Amérique du Nord et seule école québécoise à offrir les programmes de Techniques de maintenance d’aéronefs, Techniques d’avionique et Techniques de génie aérospatial. Comme nos étudiants proviennent de partout au Québec, c’était naturel pour nous de nous porter à leur rencontre et de leur donner un avant-goût enthousiaste de leur future école et de leur futur métier », souligne Frédéric Busseau, conseiller en communication à l’ÉNA qui fait partie de la délégation.

À propos de l’École nationale d’aérotechnique

Fondée en 1964, l’École nationale d’aérotechnique (ÉNA) du cégep Édouard-Montpetit appuie son expertise unique sur le savoir-faire exceptionnel de ses employés et sur ses liens étroits avec l’industrie aérospatiale québécoise. Ses programmes collégiaux spécialisés sont offerts dans ses installations d’une valeur de 85 M$, qui comprennent 5 hangars abritant 35 aéronefs. Réputé pour son expertise et sa polyvalence, ses Services aux entreprises proposent des solutions intégrées de formation en entreprise répondant à leurs besoins spécifiques.

-30-

 

Source :  Nathalie Coutu, conseillère en communication

                 nathalie.coutu@cegepmontpetit.ca| Cell. : 514 929-3805

Quelques chiffres

>      L’École nationale d’aérotechnique offre trois programmes de DEC uniques au Québec, pour lesquels les perspectives d’emploi sont excellentes (taux de placement de plus de 80 % en moyenne en 2014).

>      Le salaire moyen à l’embauche pour un nouveau diplômé varie de 38 000 à 44 000 $ par année selon le programme.

>      Le taux de chômage de l’industrie se maintient à 1 % depuis trois ans (CAMAQ).

>      Depuis 50 ans, l’ÉNA a remis 10 000 diplômes de DEC et d’AEC.

>      L’ÉNA accueille chaque année près de 900 étudiants à la formation régulière et plus de 6500 à la formation continue et en entreprises.

Grande région de Montréal

Montréal

>      En 2014, dans la région de Montréal, il y avait 11 283 emplois reliés à l’industrie du transport aérien et de la maintenance d’aéronefs et 25 904 emplois liés à la fabrication, dont 9219 postes de techniciens. (Source : CAMAQ – Comité sectoriel de main-d’œuvre en aérospatiale)

>      Parmi les 61 diplômés de l’ÉNA de mai 2014 qui se destinaient à l’emploi, 28 ont trouvé un emploi à Montréal.

Montérégie

>      En 2014, dans la région de la Montérégie, il y avait 742 emplois reliés à l’industrie du transport aérien et de la maintenance d’aéronefs et 8109 emplois liés à la fabrication, dont 3672 postes de techniciens. (Source : CAMAQ – Comité sectoriel de main-d’œuvre en aérospatiale)

>      Parmi les 61 diplômés de l’ÉNA de mai 2014 qui se destinaient à l’emploi, 14 ont trouvé un emploi en Montérégie.

Laurentides

>      En 2014, dans la région des Laurentides, il y avait 261 emplois reliés à l’industrie du transport aérien et de la maintenance d’aéronefs et 5772 emplois liés à la fabrication, dont 1427 postes de techniciens. (Source : CAMAQ – Comité sectoriel de main-d’œuvre en aérospatiale)

Lanaudière

>      En 2014, dans la région de Lanaudière, il y avait 134 emplois reliés à l’industrie du transport aérien et de la maintenance d’aéronefs et plusieurs emplois liés à la fabrication. (Source : CAMAQ – Comité sectoriel de main-d’œuvre en aérospatiale)

Laval

>      En 2014, dans la région de Laval, il y avait 29 emplois reliés à l’industrie du transport aérien et de la maintenance d’aéronefs et 1335 emplois liés à la fabrication, dont 748 postes de techniciens. (Source : CAMAQ – Comité sectoriel de main-d’œuvre en aérospatiale)

 

Laval / Rive-Nord

>      Parmi les 61 diplômés de l’ÉNA de mai 2014 qui se destinaient à l’emploi, 8 ont trouvé un emploi sur la Rive-Nord ou à Laval.
 

Source : Cégep Édouard-Montpetit/École nationale d'aéronautique


Les partenaires du Portail