Nouvelles

«Effort budgétaire»: un marché de dupes?

4 octobre 2014  | Claude Lafleur - Collaborateur | Éducation - Le Devoir.com

« Ce sont les services aux étudiants ayant des besoins particuliers et ceux qui ont un handicap qui risquent d’être affectés », relate le président de la Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ), Mario Beauchemin.

Photo: Jacques Grenier Le Devoir

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Ces dernières années, l’ensemble des cégeps et des universités ont été durement frappés par de sévères compressions budgétaires. C’est ainsi qu’un économiste de la CSQ estime que, depuis 2011, les coupes imposées par le gouvernement du Québec totalisent 300 millions de dollars. Cette année seulement, on demande un « effort budgétaire » de 21 millions aux cégeps et de 172 millions aux universités.
 
Voilà qui aura des conséquences importantes, mais encore indéterminées, rapportent les représentants des trois fédérations syndicales qui représentent les professeurs de cégep et d’université, le personnel de soutien et d’aide spécialisée ainsi que les chargés de cours.
 

« Je vous dirais que nous sommes en mode austérité, coupe, compression, restriction budgétaire, réingénierie… depuis aussi longtemps que je me souvienne, déclare Caroline Senneville, la présidente de la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ-CSN). Et, ce qui fait le plus mal, c’est l’effet cumulatif de toutes ces compressions. »

 

 

Lire la suite sur le Devoir.com



Les partenaires du Portail