NOUVEAU Alertes du Portail


Toute l'actualité du réseau collégial dans votre boîte de courriel.

Dossiers / Histoire / Le renouveau de 1992 à 2004

Un agenda chargé et diversifié



Une aventure collective, certes la période 1992-2004 le fut pour les cégeps ! Une aventure, en ce sens qu’une cascade d’événements marquants et significatifs a été vécue sur le terrain, résultat des attentes sociales, des demandes politiques adressées aux cégeps en 1992 et des conclusions déjà tirées par ceux-ci de leurs 25 premières années d’existence. Se prêtant régulièrement à l’exercice de justifier leur place ou leur organisation, les cégeps ont dû prouver, tout au long de cette mutation, leur capacité d’agir et de répondre de leurs objectifs et résultats. Ce qu’ils ont fait avec succès d’ailleurs. En rétrospective, on peut dire que l’aventure fut des plus engageantes…
 

Revoyons l’agenda

En 1992, on forme d’abord une commission parlementaire grâce à laquelle de forts courants internes aux cégeps se combinent à des voix de tous les milieux pour demander que soit facilitée une approche-programme, telle qu’elle était prônée dans les collèges et par le défunt Conseil des collèges. Selon ses promoteurs, cette approche favoriserait la réussite éducative par la convergence des actions de toutes les personnes engagées dans une même formation. Pour faciliter la réussite de l’étudiant, on cherche les lignes de cohérence tout en s’inspirant d’une insertion professionnelle ou universitaire optimale. On réclame le maintien de la cohabitation et du développement des secteurs préuniversitaire et technique, de même qu’une ouverture plus grande à l’étudiant adulte. On aborde les questions de formation fondamentale et de fond culturel commun pour la formation générale des Québécois. On prône l’adoption de projets éducatifs qui caractériseraient les cégeps et renforceraient d’autant plus la compréhension du réseau collégial pour l’étudiant. Bref, tous affirment s’inspirer des idéaux du rapport Parent pour réclamer l’amélioration des processus établis dans les cégeps et pour tenter de les réaliser.

Bien sûr, les cégeps demandent d’obtenir les ressources appropriées pour faire face à l’évolution de la société dite du savoir que l’on sent émerger mondialement. Phénomène inattendu, on va parfois jusqu’à demander que soit institué un processus formel d’évaluation (dit de programmes à l’époque) par un organisme compétent et indépendant, permettant ainsi de procéder à une véritable surveillance de l’enseignement collégial, avec une rigueur et une profondeur plus acceptables que celles des palmarès faisant leur apparition à cette époque. Tout un programme ! Tout est vraiment sur la table... À la suite de ce vaste remue-méninge et consécutivement aux orientations ministérielles discutées en avril 1993, arrive en juillet le Renouveau de l’enseignement collégial qui confirme largement les lignes de fond de la commission parlementaire de 1992. En vertu de la Loi sur les cégeps et de la réglementation, on centre la mission des cégeps sur les programmes de formation. Le Renouveau change plusieurs processus d’organisation de l’enseignement et des cégeps. S’ajoute à tout cela l’approche par compétence qui entraîne la révision de l’ensemble des programmes.

Toujours dans la visée du Renouveau et fait marquant pour toute la période qui va suivre, la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial (CEEC) est créée en 1993. Dès lors, la CEEC procède à de nombreuses évaluations à l’échelle du réseau collégial : les politiques et leur mise en oeuvre, les programmes (DEC et AEC), la formation générale et, plus tard, les plans de réussite, leur mise en oeuvre et leurs résultats. Pour l’évaluation institutionnelle couvrant la période 1995-2000 (rapport de septembre 2004), c’est l’organisation et la gouvernance des établissements qui sont examinées. Cet exercice servira, pour les cégeps, de prélude au Forum sur l’avenir de l’enseignement collégial de juin 2004 et au dépôt de leur plan stratégique de développement (prescrit pour juillet 2004).

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le réseau collégial est accompagné dans ses efforts pour atteindre les objectifs qui lui sont impartis. Les travaux de la CEEC ont pour effet de régulariser et de systématiser les cycles d’évaluation de l’enseignement collégial. D’ailleurs, à la suite d’une demande sociale et d’un processus de changement comportant des résistances et du dynamisme, ces cycles s’accélèrent. L’implantation du Renouveau et les multiples évaluations ont pour effet, malgré les soubresauts engendrés dans les milieux ou grâce à ceux-ci, de créer une culture d’évaluation collégiale nouvelle orientée vers l’amélioration continue et la réussite de l’étudiant.

On s’en étonne d’autant moins qu’entre-temps il y a campagne en faveur de la réussite scolaire. Déjà visée en 1993, l’amélioration de la réussite et de la diplomation devient en effet un thème dominant. Dans la suite logique de l’approche-programme, la concertation autour de l’étudiant engendre et améliore de nombreux processus d’aide.

En parallèle, vers 1997-1998, l’attention publique sur ce phénomène est attirée par une présence médiatique importante qui donne lieu à une commande ministérielle d’objectifs ambitieux relativement à la diplomation. En 2000, à la suite du Sommet du Québec et de la jeunesse, on demande d’établir des plans d’aide à la réussite dans tous les réseaux. En 2001-2002, la CEEC évaluera ces plans pour les cégeps, en 2002-2003, leur mise en oeuvre et en 2003-2004, leur efficacité.

Entre-temps, les États généraux de l’éducation de 1996 sont pour les cégeps un moment de rapport d’étape et de repositionnement dans l’ensemble du système d’éducation. Ces États généraux démontreront la nécessité de réformes ou de révisions, surtout dans les autres ordres d’enseignement, en les souhaitant harmonisées avec les efforts déjà entrepris au collégial.

Ce texte est tiré du volume Les cégeps : une grande aventure collective québécoise, sous la direction de Lucie Héon, Denis Savard et Thérèse Hamel, Les Presses de l'Université Laval, 2008, 533 pages
© La diffusion de ce texte sur ce site a été autorisée par les Presses de l'Université Laval et par l'Association des cadres des collèges du Québec (ACCQ)


 





 
NOUVEAU

Les alertes du Portail

Le Portail est fier de vous offrir un tout nouveau service d'alertes. Recevez un résumé quotidien de ce qui a été publié sur le portail, ou des notifications instantanées par courriel sur des sujets qui vous intéressent.

 
 
>> lescegeps.com/alertes
 
 

 




Les partenaires du Portail