Dossiers / Gestion / Personnalités marquantes

M.Gilles Vaillancourt, cadre émérite 2013 de l’ACCQ



Entrevue avec M. Gilles Vaillancourt, Cadre émérite 2013 de l’Association des cadres des collèges du Québec

Lors de son dernier colloque tenu les 7 et 8 novembre derniers, l’ACCQ a remis à M. Gilles Vaillancourt, coordonnateur à la formation continue et service aux entreprises au Cégep de Saint-Jérôme, le prix de reconnaissance « Cadre émérite 2013 ». Le Portail s’est entretenu avec lui dans les jours qui ont suivi le colloque.

Implanter une pratique : « Jeux d’enfants »
Le projet retenu par le jury en est un de perfectionnement s’adressant aux responsables de garde en milieu familial, aux intervenants d’organismes communautaires  et aux intervenants des services de la santé et des services sociaux qui travaillent auprès de la petite enfance et des familles des enfants. C’est un programme de 12 heures qui vise à implanter une pratique qui s’appelle « Jeux d’enfants », qui est le résultat d’une recherche de l’Université de la Caroline du Nord appelée Abecedarian Project. Projet validé par plus de 200 études et recherches qui montrent la valeur du programme sur le développement de l’enfant.

La Fondation Lucie et André Chagnon a d’abord soutenu la traduction et l’adaptation québécoise du programme et a, par la suite, acheté une quantité importante de livres et de tablettes d’activités dans la perspective que le programme de formation Jeux d’enfants soit diffusé dans le réseau des services de garde en milieu familial par le biais du projet Grandir ensemble, géré à l’époque par madame Monique Laprise, aujourd’hui directrice adjointe aux études du Cégep de Saint-Jérôme. Comme ce projet s’est terminé en février 2010, il était souhaité que le programme et le matériel puissent se déployer dans les réseaux de garde et les réseaux des intervenants locaux.

En 2009-2010, Avenir d’enfants et l’entreprise américaine Teaching Strategies inc. (TSI) ont mandaté le Cégep de Saint-Jérôme afin de mettre sur pied une formation de formateurs pour le programme Jeux d’enfants. TSI a sélectionné le Cégep de Saint-Jérôme comme partenaire de choix et a signé une entente faisant de ce dernier le mandataire exclusif de la diffusion du programme au Québec.

Ce programme s’est donné dans toutes les régions du Québec. Des formatrices ont été engagées autant en Gaspésie et aux îles de la Madeleine qu’en Abitibi ou sur la Côte-Nord, dans 15 régions administratives et avec 13 partenaires régionaux. Plus de 4500 personnes ont été formées jusqu’à présent en plus des 200 accompagnatrices qui ont pour mandat d’accompagner les personnes formées pour favoriser l’implantation du programme dans leur pratique.

Pour le développement de l’enfant
M. Gilles Vaillancourt nous explique les objectifs du programme : « Le programme met l’accent sur l’observation de l’enfant et la stimulation de sphères de développement. Selon un principe qui s’appelle “ la zone proximale de développement ”, un enfant est capable de développer certaines fonctions seul. Mais pour d’autres compétences, il aura besoin d’aide pour aller plus loin. L’observation vise à identifier le comportement indiquant qu’il est prêt à aller plus loin. À ce moment, il importe de faire une activité qui lui permettra de développer les compétences qu’il est prêt à aborder. Par la suite, nous visons à faire un transfert de l’intervenant que nous formons vers le parent, pour que ce dernier puisse aussi être outillé pour intervenir auprès de son enfant. Nous avons fait la corrélation entre ce programme et les principes éducatifs du ministère de la Famille : le parent est le premier responsable; l’enfant apprend par le jeu; le développement de l’enfant est un processus global et intégré. Nous visions entre autres les milieux où il y a plus de vulnérabilité. »

Pour couvrir l’ensemble du Québec, le Cégep a établi un partenariat avec les regroupements des centres de la petite enfance des différentes régions.

Autonomie, initiative, rigueur, tolérance à l’ambiguïté et synergie

Interrogé sur les qualités de gestionnaire nécessaires à la mise en œuvre d’un tel mandat, Gilles Vaillancourt nous parle d’emblée d’autonomie et d’initiative pour réussir à engager trente formatrices autonomes dans toutes les régions du Québec par le biais d’entrevues en région. Son sens de l’organisation a été sollicité : « Nous faisions des entrevues dans des salles d’aéroport et nous prenions un autre avion pour ailleurs. La rigueur au niveau de l’approche pédagogique s’est imposée. Il fallait s’assurer que toutes les formatrices donnent le même contenu tout en leur laissant une marge de manœuvre pour l’adapter à leur style et au contexte. Il fallait aussi une certaine tolérance à l’ambiguïté. Il fallait être capable de gérer à distance. On gère un programme pour l’ensemble du Québec tout en étant logé à Saint-Jérôme. Bien sûr, on se déplace beaucoup. Chaque formatrice a été vue durant la formation. La diversité des partenaires, qui sont quelquefois des compétiteurs, exigeait d’amener les gens à travailler en synergie dans une perspective gagnant-gagnant. »

Une collaboratrice indispensable
Gilles Vaillancourt souligne avec insistance que cette reconnaissance, il la doit aussi à une collaboratrice importante, Lynda Beauregard, une technicienne au service de formation continue du cégep. C’est elle qui a géré à distance les inscriptions, les salles de rencontres, l’horaire des formatrices, etc. « Si c’est un succès, c’est en très grande partie à cause d’elle. Oui, je gère bien; mais il y une tête et des bras au bout de cela et j’ai pu compter sur les siens. Cette personne n’a jamais compté son temps. Elle a géré le projet comme si elle était propriétaire de l’entreprise. »
Rappelons que Gilles Vaillancourt a été engagé au Cégep de Saint-Jérôme comme chargé de projet. Le Cégep lui a confié depuis d’autres mandats. Souhaitons que cette reconnaissance de l’ACCQ lui assure une longue vie dansle réseau collégial.

Entretien réalisé par Alain Lallier, édimestre, Portail du réseau collégial, en novembre 2013.



Les partenaires du Portail