Dossiers / Recherche et innovation

Construire dans l’action ! Le Bureau de la recherche du Cégep Garneau

2021-12-13


Par Thérèse Lafleur

Le Bureau de la recherche du Cégep Garneau s’est construit dans l’action, en trois ans seulement. Agir en cocréation et dans l’action s’inscrit en filigrane de toute la démarche qu’ont partagée Marie-Chantal Dumas et Mathieu Dalvai, conseillers à la recherche et au développement institutionnel au Cégep Garneau, lors du colloque de l’Association québécoise de pédagogie collégiale, le 10 juin 2021.

De leur présentation Implanter un Bureau de la recherche dans un cégep : d’une vision à sa réalité ressortent l’importance de se structurer, la valeur capitale du dialogue et la plus-value des retombées. Ils déclinent leur travail en trois phases : la gouvernance, les procédures et processus, le rayonnement et la valorisation.

Les deux artisans de ce guichet unique partagent leur feuille de route  pour créer un Bureau de la recherche  dans un cégep. D’entrée de jeu, ils rappellent l’histoire de la recherche collégiale ainsi que la vision qui les a inspirés.

 


     Marie-Chantal Dumas, conseillère pédagogique à la recherche et au développement institutionnel au Cégep Garneau


      Mathieu Dalvai, conseiller pédagogique à la recherche et au développement institutionnel au Cégep Garneau

Les hauts et les bas de la recherche au collégial

De la création des cégeps en 1967 jusqu’en 1980, une grande effervescence animait le développement professionnel et technique. Cet élan a donné naissance à une première politique scientifique en 1980. Dans cette foulée sont apparus les centres spécialisés en 1983, précurseurs des Centres collégiaux de transfert des technologies (CCTT). En 1988, la volonté de fédérer les efforts de chacun s’est exprimée à travers de nouvelles associations dont l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC) et l’Association pour la recherche au collégial (ARC). Ce fut l’âge d’or de la recherche dans les cégeps jusqu’en 1995. Cinq années sombres ont suivi alors que le financement était questionné en marge de la recherche universitaire. Il fut radicalement stoppé. Ce n’est qu’en 2000 que la recherche collégiale a pris un second souffle. Aujourd’hui, de nouvelles sources de financement gouvernemental lui permettent de progresser et suscitent un regain de mobilisation.

SOURCE : Bureau de la recherche du Cégep Garneau

Une interface entre chercheur et administration

Dans cette mouvance, le soutien apporté aux activités de recherche au Cégep Garneau s'est progressivement structuré. Après avoir inventorié ce qui se faisait dans ses murs, le Cégep a affirmé sa volonté de structurer la recherche pour la faire progresser en l’intégrant à son Plan stratégique de développement 2014-2019. Ce plan a permis des actions structurantes qui ont servi à la création du Bureau de la recherche. En ce sens, Mathieu Dalvai insiste sur le fait « qu’il faut absolument que l’institution veuille embarquer, faire progresser et investir. Tout seul dans son coin, ce n’est pas possible. »

Au Cégep Garneau il n’y a pas de CCTT. La recherche s’exprime à travers un écosystème de chercheurs, de domaines de recherche, de relations, de collaborations et de partenariats bien vivants et dynamiques. Le Bureau de la recherche devait donc trouver sa place dans cet écosystème. C’est sous l’angle de l'accompagnement  qu’il y est entré, à l’intersection entre les chercheurs et l’administration.  

D’une part, il y a les acteurs principaux de la recherche, les chercheurs, qui sont en charge de la régie des projets. Chaque chercheur trouve son financement, écrit ses demandes de subventions, réalise son projet et en diffuse les résultats. D’autre part, il y a la régie institutionnelle de la recherche qui est nécessaire. On parle ici de gouvernance, de régie interne, de rayonnement. Considéré comme un guichet unique, le Bureau de la recherche a été créé afin de prendre en charge la régie institutionnelle de la recherche, mais il oeuvre également à l'interface entre les acteurs de la recherche et l’administration pour les soutenir en les délestant des formalités administratives.

Au Cégep Garneau, le Bureau de la recherche relève de la Direction du développement institutionnel et des communications (DDICO). Il est sous la gouverne d’une coordonnatrice qui s’occupe aussi du Centre de développement institutionnel (CDI) et du Centre de démonstration en sciences physiques (CDSP). 

Une vision partagée à déployer

Pour déployer un tel bureau, il s’agit donc d’avoir une vision de la recherche et de l’officialiser. Ensuite, un solide un plan d’installation s’avère essentiel. Une espèce de feuille de route jalonnant le monde des possibles. Dès le départ, il y avait une volonté de structurer les retombées du travail entourant l'implantation d'une telle structure administrative et c’est pourquoi les documents associés au Bureau de la recherche sont partagés et existent dans une structure administrative. « Pour nous, il ne s’agissait pas de seulement de faire pour faire, mais de faire en sorte que les choses soient pérennes, articulées et connues de tous. » souligne madame Dumas.


SOURCE : Bureau de la recherche du Cégep Garneau

Phase 1 : Installer la gouvernance

Implanter le Bureau de la recherche ne signifiait pas tout arrêter pour repartir à zéro, les chercheurs ont poursuivi leurs travaux. Le maillage entre les principaux acteurs et le Bureau de la recherche s’est construit à petites doses, dans l’action.

D’abord, il a fallu se doter de politiques complémentaires à la politique institutionnelle de la recherche qui était récente. Lesquelles ? C’était tabula rasa au départ parce qu’il ne s’agissait pas de gestion de projets de recherche, mais bien de la gestion d’un bureau de recherche en action. Finalement deux politiques ont été adoptées en 2016. Dès 2016-2017, un Comité d'éthique de la recherche (CER) indépendant du Bureau de la recherche a été mis sur pied pour, notamment, analyser les demandes de certification éthique des projets de recherche menés sur des êtres humains. 

Ensuite, la conception d’outils performants s’est faite grâce aux expertises internes et externes ainsi qu’aux précieux avis de l’ARC.

Finalement, l’étape entourant le financement s’est révélée très exigeante. Si dès le départ les fonds québécois étaient disponibles, il a fallu monter de toutes pièces le dossier d’accréditation du Cégep Garneau aux fonds canadiens.

Aujourd’hui, alors que la recherche est bien ancrée dans l’établissement via le Bureau de la recherche, sa gouvernance se vit quand même dans l’action. C’est un travail constant d’évoluer dans cet écosystème de recherche en phase avec les attentes et les standards gouvernementaux. « Par exemple en développement durable, les Fonds de recherche du Québec ont lancé un chantier sur la conscientisation en matière de pratiques durables en recherche. En parallèle, les fonds fédéraux traitent la question de l'équité, de la diversité et de l'inclusion en recherche. Il y a aussi la nouvelle politique fédérale de gestion des données de la recherche qui laisse entrevoir un chantier d’envergure. Ajoutons à cela la vigilance pour toutes les considérations liées à l'éthique et les efforts pour le financement. » précise madame Dumas. Décidément la gouvernance du Bureau de la recherche évolue dans l’action.

Phase 2 : Organiser #procédures#protocoles

Après avoir trouvé sa place dans l’organigramme, le Bureau de la recherche avait besoin d’une structure de fonctionnement. La construction dans l’action se poursuivait toujours en priorisant le dialogue avec les chercheurs, les directions et les services.

Monsieur Dalvai explique qu'une importante tournée des directions et services du Cégep a été effectuée pour présenter le Bureau de la recherche et pour échanger sur les points de convergence : « Le Bureau avait des besoins dictés par les exigences des organismes subventionnaires. D’autre part, nous avons pris acte des préoccupations des directions et services selon leurs propres enjeux. »

Il poursuit en insistant sur l'importance d'agir en cocréation avec les chercheurs, les principaux acteurs de la recherche : « ce sont eux qui font la recherche et ont besoin d’outils. Il faut absolument comprendre leur réalité et bien cerner leur projet. En même temps, il fallait les sensibiliser à la nouvelle structure de recherche du Cégep. »

Madame Dumas confirme que : « Cette tournée des services et des chercheurs a été un moment déterminant pour ancrer le Bureau de recherche dans le Cégep. »

Maintenant, un guide  présente les outils de gestion de la recherche au Cégep Garneau. Ce guide comporte un registre des projets qui s’avère une excellente synthèse permettant de voir globalement ce qui a été fait, est en cours ou s’en vient. Un outil très pratique pour échanger avec les différentes directions.

Phase 3 : Valoriser et rayonner avec agilité

Le Bureau de la recherche est devenu le guichet unique quand il s’agit de recherche au Cégep Garneau. Bien implanté et disposant d’outils performants pour rallier tant les chercheurs que les services, il se soucie de valoriser et de faire rayonner la recherche.


SOURCE : Bureau de la recherche du Cégep Garneau

Une démarche exemplaire

Le positionnement du Bureau de la recherche a permis de faciliter la recherche, mais aussi de la faire rayonner et de gagner en crédibilité. Déjà les responsables s’affairent à optimiser les retombées de la recherche au bénéfice de la communauté du Cégep Garneau et de l'ensemble du réseau collégial. C’est prévu dans le Plan stratégique de développement 2020-2025 du Cégep via l'engagement de consolider le développement stratégique de la recherche.

Grâce à ce guichet unique, le Cégep est devenu un milieu qui fait de la recherche et qui accueille aussi des études. Ce faisant, il se positionne comme une institution apprenante grâce au travail de facilitateur du Bureau de la recherche. « Nous nous demandons même aujourd’hui comment nous faisions avant que le Bureau de la recherche existe ! » conclut madame Dumas.

Monsieur Dalvai termine en reconnaissant le travail des chercheurs au collégial : « Contrairement à la recherche universitaire, la recherche au collégial est un choix pour les professeurs qui y consacrent de leur temps. Il faut saluer cet engagement qui peut influencer des étudiants à opter pour cette voie et à construire le savoir. »


i Feuille de route Installer un Bureau de la recherche Les principales actions et documents du Bureau de la recherche du Cégep Garneau en un coup d’œil.

ii Bureau de la recherche du Cégep Garneau.

 iii Cégep Garneau. Guide des outils de gestion de la recherche présenté dans le cadre du Colloque de l’AQPC 2021.



Les partenaires du Portail