Nouvelles

Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue

Nouveaux laboratoires de pharmacie Amossois

Rangée arrière : Le président du conseil d’administration de La Fondation du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, Nicolas Maheux; l’étudiant en Techniques de pharmacie, Daniel Côté; le maire de la Ville d’Amos, Sébastien D’Astous; le représentant des parents des étudiant(e)s du campus d’Amos au conseil d’administration du Cégep, Pierre Deshaies; le pharmacien de Familiprix à Amos, Guillaume Lamarre et le directeur général de la Caisse Desjardins d’Amos, René Dostie. Rangée avant : Le directeur général du Cégep, Sylvain Blais; la directrice du campus d’Amos, Amélie Brouillard; la pharmacienne de la pharmacie Familiprix à Amos, Kim Blanchette et la membre du conseil d’administration de La Fondation du Cégep, Sylvie Roux. Crédit photo : Myrianne Gallant

Soutenu par l’ensemble de la communauté amossoise et par le Regroupement des cégeps de régions (RCR), le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue est très fier d’inaugurer officiellement ses tout nouveaux laboratoires dédiés au programme Techniques de pharmacie.

Ce projet de l’ordre de plus d’un million de dollars a officiellement vu le jour à l’automne 2020, lorsque le conseil d’administration du Cégep a donné le feu vert pour la mise en place du programme en question, à Amos.

Rapidement à ce moment, on a pu observer une concertation enthousiaste du milieu amossois afin de saisir l’opportunité qui lui était tendue. À peine un an plus tard, un appel d’offres était lancé afin que commence le chantier au tout début de l’année 2022. Aujourd’hui, les étudiantes et les étudiants peuvent utiliser ces nouvelles installations qui servent notamment à l’enseignement théorique, mais également à la mise en pratique des acquisitions scolaires.

« Pour les étudiantes et pour les étudiants, c’est très motivant de pouvoir se retrouver dans des laboratoires de cette qualité et qui sont flambant neufs. Ça vient aussi soutenir d’une certaine façon la persévérance scolaire », souligne un étudiant de deuxième année, Daniel Côté.

Le milieu a fourni près du quart du montant total de cet investissement. La Fondation du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue a offert 50 000 dollars, alors que les autres partenaires financiers, Familiprix, la MRC d’Abitibi, Desjardins et la SADC ont contribué à hauteur de 200 000 dollars. « Sans leur aide, il aurait été difficile de mener à bien ce projet, laisse entendre le président de La Fondation, Nicolas Maheux. Nous sommes très heureux de leur appui, car cela a permis à notre organisme de venir diversifier notre apport en ce qui concerne le soutien aux études et de régionaliser davantage nos actions. »

Pour le Cégep, la construction d’infrastructures de cette qualité vient aussi répondre à certains engagements du Plan stratégique de développement. « Nous sommes fiers d’être en mesure de répartir nos investissements dans tous nos campus et celui-là est un bel exemple », indique le directeur général, Sylvain Blais, qui tient aussi à féliciter la mobilisation de la communauté.

« Nous sommes chanceux d’avoir obtenu ce projet du ministère de l’Enseignement supérieur, qui a grandement contribué financièrement, il faut le dire. Il y a de l’ouverture au niveau gouvernemental pour élargir l’offre collégiale dans nos régions, et là-dessus, il faut d’ailleurs saluer le travail du Regroupement des cégeps des régions ainsi que l’implication des parties prenantes, dans ce dossier en particulier, qui ont toutes mis l’épaule à la roue. »

M. Blais souligne que le milieu aura encore la chance de contribuer au succès du programme Techniques de pharmacie, puisque comme partout ailleurs, la pénurie de main-d’œuvre n’épargne pas l’établissement d’enseignement supérieur. « Nous avons encore besoin de trouver des enseignantes et des enseignants afin de soutenir cette formation, afin qu’ensemble, nous puissions offrir la reconnaissance nécessaire à cette nouvelle formation de techniciennes et de techniciens. Le défi est que ce nouvel emploi se destine aux milieux communautaires et institutionnels, ça prend donc les deux types d’expertise et les deux modèles de professionnels afin de bien former notre future relève. »

« La construction des nouveaux laboratoires n’a d’ailleurs pas été un long fleuve tranquille, il y a eu plusieurs défis techniques à relever, note la directrice du campus d’Amos, Amélie Brouillard. On tient d’ailleurs à remercier le personnel de notre campus. Tout au long du processus, nous avons pu compter sur leur conciliation et il a su s’adapter, ce qui a permis la réalisation du projet », mentionne-t-elle.

– 30 –

Source

Piel Côté
Conseiller en communication
Téléphone : 819 279-8947
Téléphone : 819 762-0931, poste 1243

6 décembre 2022