Nouvelles

Kiuna, le seul cégep autochtone, a le vent dans les voiles

Article publié par Le Devoir.com - Marco Fortier à Odanak

Photo: Marie-France Coallier Le Devoir
Prudence Hannis, directrice de Kiuna, devant le mur des diplômés du collège

23 novembre 2021- Le long de la route 132, dans la réserve autochtone d'Odanak, un bâtiment en apparence banal est devenu un symbole d'une importance cruciale pour les Premières Nations. C'est une école. Une école hors de l'ordinaire : Kiuna est le seul collège au Québec voué à l'enseignement supérieur « par et pour » les Autochtones.

Depuis dix ans, ce mini-cégep a réussi le tour de force d'inciter les jeunes des 11 nations autochtones du Québec à poursuivre leurs études après leur secondaire. Comment ? En offrant des programmes adaptés à l'identité, à l'histoire et aux traditions des Autochtones, tout en respectant les balises du ministère de l'Enseignement supérieur.

Ce collège unique en son genre, situé entre Sorel et Nicolet, au centre du Québec, est une sorte « d'espace sécuritaire » pour les jeunes Autochtones. Il faut se rappeler que le système d'éducation est associé à un traumatisme pour les Premières Nations. Ce système a servi à coloniser et à assimiler les Autochtones. On peut comprendre que ces jeunes ne se bousculent pas pour aller au cégep ou à l'université.

« Certains de nos étudiants arrivent avec des craintes, mais ils sortent la tête haute, avec l'estime d'eux-mêmes et de la fierté », dit Prudence Hannis, directrice de Kiuna depuis son ouverture en 2011.

Cette Abénaquise nous accueille dans le bâtiment étincelant, paré de couleurs vives et orné d'oeuvres d'art innues, mohawks ou atikamekw. Le calme règne en cette journée pluvieuse de novembre. La majorité de la centaine d'étudiants de Kiuna suivent encore leurs cours à distance à cause de la pandémie. Quelques dizaines ont choisi de revenir en classe, après un an et demi d'enseignement virtuel.

Lire la suite