NOUVEAU Alertes du Portail


Toute l'actualité du réseau collégial dans votre boîte de courriel.

Dossiers / Pédagogie / Lieux d'études

Le réseau des collèges privés du Québec, un partenaire à part entière dans le système d’éducation québécois



 

 

 

Entrevue avec Lyne Boileau, présidente de l’Association des collèges privés du Québec (ACPQ)

 

 

 

Le 26 septembre 2012, la directrice générale du Collège André-Grasset, madame Lyne Boileau, a été élue à la présidence de l’Association des collèges privés du Québec. Madame Boileau détient une expérience d’enseignante et de gestionnaire tant dans le réseau public que privé. Sa contribution à des dossiers majeurs pour l’évolution de la société québécoise, sa compréhension du réseau collégial, de ses défis et de ses enjeux, de même que ses habiletés politiques en font une administratrice avertie. Pour les établissements du réseau privé de l’enseignement collégial, « leur réussite est celle de leurs étudiantes et de leurs étudiants ». Madame Boileau a accepté de nous en parler.

Les collèges privés membres de l’ACPQ présents dans six régions géographiques du Québec

                    

L’ACPQ regroupe vingt-cinq établissements privés qui offrent un enseignement de niveau collégial à quelque dix-sept mille étudiants. Pour répondre à leurs besoins et attentes, le réseau propose une diversité de collèges, écoles et instituts, implantés dans six régions du Québec : le Centre du Québec, l’Estrie, la Mauricie, Montréal, l’Outaouais et la Capitale nationale.

La population étudiante à l’enseignement supérieur est de plus en plus hétérogène et ses besoins et attentes sont bien définis; alors, nous essayons de tenir compte de cette nouvelle réalité. L’ACPQ est donc constituée d’un regroupement de modèles de collèges préuniversitaires et techniques avec chacun une « personnalité » institutionnelle forte.

Le collège préuniversitaire : comme son nom l’indique, il offre une carte de programmes composée uniquement de programmes préuniversitaires. Il est axé sur la réussite en vue de l’accès à l’université.

Le collège technique, son orientation est claire : une offre de programmes pour une insertion réussie en emploi, qui rejoint à la fois les objectifs des étudiants et les priorités des employeurs. Les étudiants sont encouragés à poursuivre ultérieurement leurs études en leur inculquant une solide discipline et le goût d’apprendre.

Le collège où cohabitent les deux, mais avec des spécialités marquées : il reprend le modèle administratif du cégep. Toutefois, son offre de programmes techniques est concentrée dans quelques créneaux, ce qui, selon nous, facilite le développement de l’expertise et la concertation avec le milieu du travail, le nombre de secteurs d’intervention étant limité.

Le collégial privé, un réseau contribuant à l’avancement de l’enseignement supérieur.

Le réseau s’est donné une plateforme politique qui vise la reconnaissance et la notoriété du réseau d’enseignement collégial privé. Nous souhaitons que notre contribution soit reconnue. Nous désirons ajouter notre voix aux dossiers majeurs et aux débats d’importance qui marquent l’évolution de l’enseignement supérieur. Nous sommes et serons bien représentés au prochain Sommet sur l’enseignement supérieur où l’Association a été appelée à s’exprimer sur le thème de l’accessibilité. Je siège de plus à titre de présidente à une table nationale sur la recherche. Nous sommes également présents au comité de travail sur l’assurance-qualité créé par la Commission de l’évaluation de l’enseignement collégial (CÉEC), qui amorce une réflexion sur sa prochaine opération; et nous avons une place importante dans le dossier portant sur les clientèles émergentes. Les recommandations du rapport de la Commission sur les droits de la personne interpellent autant l’Association des collèges que la Fédération des cégeps. Il existe des chantiers pour lesquels notre contribution n’a pas été sollicitée, mais nous travaillons à ce que cette sollicitation devienne plus systématique. Ce sont d’ailleurs les dossiers de cette nature qui motivent mon engagement à titre de présidente de l’ACPQ.

La recherche imprime un dynamisme au réseau et assure le développement de nouvelles pratiques pédagogiques

Le Programme de recherche et d’expérimentation pédagogique (PREP) de l’ACPQ vise le développement et le maintien d’une culture de recherche et d’innovation pédagogiques dans le réseau collégial privé. Ce programme supporte la production de recherches appliquées sur la pédagogie et les conditions liées à l'enseignement et l'apprentissage au collégial. Il est subventionné par le MESRTet n’y sont admissibles que les personnes œuvrant dans les collèges membres de l’ACPQ. Les chercheurs ont en outre accès à d’autres programmes de recherche comme le Programme d’aide à la recherche sur l’enseignement et l’apprentissage (PAREA), le Programme d’aide à la recherche technologique (PART) et le Programme de soutien aux chercheurs et aux chercheuses du collégial (PSCCC) du MELS. Des résultats de recherches sont diffusés, notamment lors des Ateliers pédagogiques de l’ACPQ qui regroupent annuellement 200 professeurs, cadres et membres du personnel non enseignant du réseau. Ces ateliers constituent une rencontre annuelle durant laquelle se rassemblent les membres des personnels de tous ordres. L’association en profite pour greffer à cette assemblée un conseil général où l’on retrouve des directions générales, des présidents de commissions. Les ateliers attirent donc de nombreux dirigeants d’établissements et constituent un caractère distinctif pour l’ACPQ.

Trois prix prestigieux sont annuellement décernés par l’association : le Prix des bâtisseurs, le Prix de l’innovation et le prix AURA.

Le Prix des bâtisseurs s’inscrit dans la tradition des bâtisseurs des collèges d’autrefois afin de perpétuer la rigueur et la qualité du développement du réseau. Les deux dernières années, ce prix a été décerné à un professeur et à un enseignant chercheur à la retraite du collège André-Grasset. Nous souhaitons dorénavant réorienter ce prix afin qu’il reconnaisse essentiellement le mérite, l’engagement et la passion du bâtisseur qui s’est investi dans l’établissement de l’institution. Nous entendons ainsi honorer ceux et celles qui ont construit le réseau privé pour en faire ce qu’il est à ce jour.

Avec le Prix de l’innovation, l’ACPQ reconnaît les réalisations novatrices d’une personne ou d’un groupe de personnes dans un établissement ou dans le réseau collégial qui ont des retombées positives indéniables, notamment sur la qualité de la formation, la réussite scolaire, la gestion administrative ou pédagogique, le respect de l’environnement, le recrutement de la clientèle, l’économie d’une région ou la notoriété de l’enseignement privé.

Nous sommes particulièrement fiers du prix AURA instauré en 2012 qui est né de la Commission des services aux étudiants. Il s’adresse non pas au personnel mais spécifiquement à ceux et celles qui étudient dans nos établissements, jeunes adultes et adultes. Comme son nom l’indique, le prix AURA est entouré d’une forme de halo à cause du rayonnement important des projets qu’il couronne. Chacune des lettres de son nom concourt à sa définition : A pour ambition, ajout et amélioration, U pour unification, union et unicité, R pour réalisation, rayonnement, reconnaissance et rassemblement, et finalement A pour accomplissement et ancrage. Il s’agit d’un prix annuel qui met en valeur des réalisations hors du commun. Il prend racine dans la tradition d’excellence des collèges privés et de leur association.

Dans le plan stratégique de l’ACPQ, une importance déterminante est accordée à la vie étudiante et à la réussite éducative.

Chez nous, la réussite est directement associée aux différentes composantes de la vie académique. Elle est partout. Elle repose sur la qualité des relations tricotées serrées entre les intervenants des différents services, dont ceux de la vie étudiante et de la direction des études. La qualité de ces relations contribue à l’actualisation des visées éducatives que nous recherchons. Le taux de participation aux différentes activités mises en place dans les différents services étudiants des 25 établissements est très élevé, et ce, pour les activités de toute nature. Les parents apprécient que la réussite des cours puisse se réaliser en concomitance avec la réalisation d’activités parascolaires qui contribuent à l’épanouissement global des étudiants.

Défis et perspectives du réseau des collèges privés du Québec.

La baisse démographique en région et l’éventuelle application de la loi 101 se rapportant à la langue d’enseignement à l’ordre collégial constituent des préoccupations d’importance.
La performance du système scolaire constitue également un enjeu de taille. Il existe un écart favorable au secteur privé en ce qui a trait aux taux de réussite au préuniversitaire. Nous tirons très bien notre épingle du jeu en terme d’efficience pour les taux de diplomation en durée prévue tant au préuniversitaire qu’au secteur technique. Contrairement à l’idée généralement véhiculée, ces statistiques éloquentes ne sont pas uniquement le fruit de la qualité du dossier scolaire des étudiants qui fréquentent le réseau privé. Les Collèges accueillent également des étudiants plus faibles et ils les accompagnent dans leur réussite. Enfin, l’ensemble des collèges privés reçoit autant sinon plus d’étudiants issus de clientèles dites émergentes caractérisées par des troubles d’apprentissage divers.

Nous sommes donc fiers de nos réalisations et convaincus de ce que nous offrons. Nous sommes dans le paysage québécois et croyons que la contribution que nous y apportons fait de nous des interlocuteurs crédibles.

Propos de Mme Lyne Boileau, recueillis par Marie Lacoursière, novembre 2012.
 





 
NOUVEAU

Les alertes du Portail

Le Portail est fier de vous offrir un tout nouveau service d'alertes. Recevez un résumé quotidien de ce qui a été publié sur le portail, ou des notifications instantanées par courriel sur des sujets qui vous intéressent.

 
 
>> lescegeps.com/alertes
 
 

 




Les partenaires du Portail