Dossiers / Pédagogie / Approches pédagogiques

Jérôme Fortin: créateur, mais avant tout professeur



          

Depuis 1996, l’artiste québécois Jérôme Fortin a présenté de nombreuses expositions personnelles dans les grandes villes du monde. Ses œuvres figurent dans plusieurs collections, dont celles du Musée d’art contemporain de Montréal. Enseignant en Arts visuels au cégep du Vieux Montréal, il a gracieusement accepté de collaborer avec la FNEEQ afin de créer une œuvre commémorant les 50 ans des cégeps. Cette œuvre sera réalisée à partir de photos d’archives soumises par des enseignantes et des enseignants provenant des quatre coins du Québec. Elle sera dévoilée au printemps 2018. Marie Lacoursière échange avec lui.

Le créateur travaille depuis longtemps avec le papier. Il a ainsi décidé de faire une œuvre tirée de la série « solitude ». Les documents ont été reliés et pliés afin de rendre une œuvre en quatre parties avec reliefs convergeant vers le centre. Ils seront installés à la centrale de la FNEQ et, bien qu’ils soient considérés comme documents d’archives, ils pourront être consultés avec des gants blancs. « Comme le médium utilisé demeure essentiellement le collage, je travaille à réunir des forces comme c’est également le cas de la centrale syndicale, tout mettre ensemble. Le sens de l’œuvre est donné par l’ensemble des documents coupés qui créent l’union, le collage constitue la richesse de l’ensemble », d’indiquer l’auteur. 

                 

   Des fleurs rouges sous les étoiles

Rayonnement et enseignement
Nous avons demandé à l'artiste si son rayonnement avait des effets sur son enseignement. « Au niveau collégial, les élèves ne connaissent pas nos noms et notre pratique artistique. À l’exception de quelques- uns, ils vivent une initiation à l’art. En regardant derrière cependant, je réalise que j’ai adoré ma formation collégiale; grâce à elle j’ai pu faire une carrière internationale, voyager, rencontrer des gens et travailler dans les musées. J’ai complété une maîtrise beaucoup plus tard. Mon expérience d’artiste nourrit assurément mon travail d’enseignant. Je parle quelquefois de ma carrière afin de leur démontrer qu’une carrière en art est possible. Je leur parle des résidences d’artistes, de cheminement et de parcours artistiques possibles. Ce sont des informations qui peuvent leur être utiles. Le cégep est un milieu d’introduction aux arts visuels. Dans le cadre de mon enseignement, ce n’est pas l’artiste que je mets de l’avant, mais bien le professeur. »

Comprendre le monde de l’art
Pour Jérôme Fortin, le département d’arts visuel du cégep du Vieux-Montréal est composé de bons artistes qui sont de bons enseignants, ce qui est excellent pour la formation. « Les élèves sont mis en situation dans le cadre de projets ambitieux et ce sont de bons enseignants qu’ils souhaitent avoir, plus que de bons artistes. Personnellement, l’enseignement est arrivé à un moment charnière et intéressant dans ma vie. J’adore mon travail, j’aime pouvoir aider les futurs artistes à comprendre ce qu’est que le monde de l’art, leur parler de la vie artistique, des musées, des centres artistiques. Nous leur apprenons la base : compléter un porte-folio, écrire des textes, faire des critiques. C’est ce que nous voulons les voir apprendre : s’ouvrir aux autres, briser des préjugés par rapport aux artistes parce que souvent on pense que seul le talent suffit. Être un artiste requiert de nombreuses autres qualités, telles entrer en relation avec d’autres, former des groupes et souvent vivre en collégialité.

       Solitude

Offrir une perspective encourageante
Jérôme fortin estime que les élèves inscrits au Vieux Montréal ont accès à des professeurs compétents. L’équipe enseignante est constituée de gens d’expériences complémentaires telles la vidéo, la peinture, la sculpture. Ils ont la chance d’être introduits au monde actuel en art, et le département tente d’intégrer de nouvelles technologies en art contemporaines comme la découpe au laser, l’impression en trois dimensions. Des numérisations trois dimensions aussi. « La sérigraphie est actuellement très importante dans le milieu de l’art. De nombreux artistes exploitent ce médium de façon très personnelle et le cégep du Vieux Montréal offre actuellement un atelier mis de l’avant pour l’Intercollégial 2018, une exposition des finissants de tous les cégeps à venir à Montréal dans les prochains jours. L’atelier d’introduction à la soirée sera animé par Dominique Pétrin, une artiste importante du Québec qui travaille principalement avec la sérigraphie. Nous tentons de faire en sorte que nos élèves puissent faire des liens entre ce qu’ils apprennent et la vie actuelle en art », d’ajouter Jérôme Fortin. « Nos élèves reconnaissent qui sont leurs professeurs à travers leur renommée dans les articles de journaux et lorsqu’ils parcourent leurs expositions. Je pense à titre d’exemple à Thierry Marceau, un artiste du milieu de mon département qui implique ses élèves dans des vidéos. Nous tentons d’illustrer nos pratiques en les impliquant dans nos projets, ce qu’ils adorent d’ailleurs. Je pense également à nos étudiants qui sont à faire la préparation d’un atelier avec Dominique Pétrin. L’un d’eux était en voie de décrocher et nous l’avons rattrapé parce qu’il a découvert le monde de la sérigraphie et son intérêt. Il s’agit là d’une belle réussite dont nous sommes particulièrement fiers. »

             

          Marine

S’imposer dans les arts et créer des ponts
Le cégep du Vieux Montréal s’impose dans les arts précise le créateur. Il est central et entouré. « Au département, nous faisons ce qu'il faut pour mettre nos élèves en lien. Nous sommes tout près de l’UQÀM, allons à Concordia avec eux. Nous encourageons la création de ponts entre le collégial et les universités, ce qui se fait assez bien d’ailleurs. Nous favorisons les échanges et les rencontres et sommes à développer un programme d’artistes en résidence. Même si nous avons des carrières intéressantes, nous demeurons leurs professeurs. Nous croyons fermement à l’intérêt de ce projet. Nous voulons, à titre d’exemple, que les étudiants voient travailler les artistes sur des projets d’exposition. Nous tentons de développer avec l’Agora du collège une préparation d’exposition à laquelle nos étudiants pourraient être intégrés. Une ouverture sur le milieu demeure, dans le cadre de la formation, de grande importance. »

_____________________________________________________________________

Note de l’éditeur : Nous invitons nos lecteurs à voir et lire le catalogue de la 29e édition de l’Intercollégial des arts visuels tenu au Cégep du Vieux Montréal du 30 avril au 6 mai dernier. 140 œuvres provenant de 31 cégeps y étaient exposées. Le catalogue de l’exposition révèle le talent, la créativité et la vitalité de notre relève artistique.
Voir le catalogue en cliquant ici (Cégep du Vieux Montréal) ici (Riasq)

Dossier préparé par Mme Marie Lacoursière, édimestre au portail.



Les partenaires du Portail