Dossiers / Pédagogie / Approches pédagogiques

ÉCOenseigner et participer au changement

2021-09-29


Par Thérèse Lafleur

Former à l’écoresponsabilité et à l’écocitoyenneté peut sembler, avouons-le, écocomplexe ! C’est ce qu’ont voulu démystifier les conseillères pédagogiques Véronique Bisaillon et Marianne Dubé ainsi que Serge Piché, conseiller technopédagogique, de l’Université de Sherbrooke lors du colloque de l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC), le 10 juin 2021.

Leur présentation Enseigner et participer au changement : Regards croisés sur l’écoresponsabilité et l’écocitoyenneté en enseignement supérieur met en lumière l’interdépendance des enjeux économiques, environnementaux et sociétaux à considérer. Ils traitent de ressources éducatives libres, de cours en écoresponsabilité ainsi que d’innovation pédagogique et de leviers institutionnels favorables.

Adopter une approche holistique

Leurs travaux les ont menés à cibler les compétences requises pour un agir écoresponsable. Mais ils insistent d''abord sur l'adoption d'un vocabulaire commun de référence afin de bien comprendre et se comprendre.

Pour ces spécialistes, devenir acteur de l’écochangement repose sur l’adoption d’une vision systémique, le développement d’une pensée critique et réflexive ainsi que sur l’acquisition de compétences orientées vers les solutions.

Plusieurs cadres conceptuels de formation à l’agir écoresponsable sont disponibles dont celui de l’UNESCO.


           SOURCE : Unescoii

Par où commencer ?

Conseillère pédagogique en développement durable et activement impliquée dans le déploiement du plan de développement durable de l’Université de Sherbrooke, Véronique Bisaillon soulève la question de base : « Mais moi, comme enseignant ou autre personnel, comment m’y prendre pour développer un agir écoresponsable chez les étudiants, comment orienter mon établissement en ce sens ? »

Comme peu de matériel pratico-pratique existe, outre la théorie, ces conseillers développent actuellement un outil d'accompagnement pour les programmes et les enseignants. 

Parcours en cinq étapes pour développer l'agir écoresponsable chez les  étudiants. Le modèle qu'ils valident se décline comme suit :

  1. Identifier sa posture par rapport à l'écoresponsabilité;
  2. Cibler des agios coresponsables;
  3. Analyser et revisiter son contexte d'enseignement;
  4. Développer le matériel;
  5. Apprécier l'impact.

D'entrée de jeu, il faut identifier les alliés de l’agir écoresponsable dans l’établissement suggèrent-ils. Madame Bisaillon précise les interactions qui entrent en jeu soit la direction, les services, les personnels enseignants et de recherche, la communauté collégiale ainsi que les étudiants eux-mêmes. Il s’agit de tenir compte de la structure formelle tout en étant attentif à l’informel, à la vie de campus et aux opportunités.

Des leviers jalonnent aussi ce parcours pour l’acquisition d’un agir écoresponsable. Ils peuvent prendre la forme de reconnaissance ou d’accréditations et se déclinent dans plusieurs aspects de la vie de campus : orientations, finalités des études, référentiels de compétences, accompagnement pédagogique, fonds d’innovation pédagogique, évaluations périodiques, liens avec des projets de recherche ou des projets associés à la vie étudiante.

Après avoir cerné les interactions possibles et présenté des leviers potentiels, madame Bisaillon donne l’exemple de l’Université de Sherbrooke qui identifie sept stratégiesiii en matière d’écoresponsabilité et d’écocitoyenneté pour favoriser les synergies entre l’enseignement et la recherche, les enjeux de gestion et les besoins de la collectivité :

  1. La mobilité durable;
  2. L’aménagement des espaces verts ;
  3. La gestion des matières résiduelles ;
  4. Un campus équitable et nourricier ;
  5. Des investissements responsables ;
  6. Des approvisionnements responsables ;
  7. La gestion de l’énergie et des gaz à effet de serre.

Miser sur les ressources éducatives libres, les REL

Selon l’UNESCO, les ressources éducatives libres (REL)iv sont des matériels d’enseignement, d’apprentissage ou de recherche publiées avec une licence de propriété intellectuelle permettant leur utilisation, adaptation, modification et distribution à titre gratuit.

« Bien qu’à leur premier balbutiement au Québec, les REL sont très  répandues au Canada anglais et aux États-Unis. » mentionne Marianne Dubé, coordonnatrice de la fabriqueREL et conseillère pédagogique au service de soutien à la formation de l’Université de Sherbrooke.

La valeur écoresponsable des ressources éducatives libres (REL) est à considérer. C’est dans cet esprit qu’a été créée la fabriqueREL, un projet en soutien à la pédagogie universitaire et aux bibliothèques développé en partenariat par les universités de Sherbrooke, de Montréal et Laval. La fabriqueREL entend faire des REL les supports pédagogiques privilégiés en enseignement supérieur au Québec. Éventuellement, plusieurs autres universités et cégeps du Québec pourront adhérer à la fabriqueREL.

Pour bien faire comprendre l’avantage d’une REL versus une ressource éducative numérique sous copyright, madame Dubé donne un exemple bien concret du problème rencontré par une professeure de mathématiques avec qui la fabriqueREL a collaboré pour créer du matériel sur le calcul intégral diffusé sous licence libre :

  • Cette prof devait faire acheter un manuel de cours de calcul pour en utiliser à peine quatre chapitres sur treize ;
  • De plus, le manuel est en anglais, car elle n’a rien trouvé de satisfaisant en français qui cadre sa structure de son cours ;
  • Donc pour utiliser seulement quatre chapitres de ce manuel, il faut compter 130 $/manuel x 25 étudiants par groupe x 4 groupes x 2 sessions = 26 000 $/année +taxes payés par les étudiants ;
  • La prof veut que ça change.
  • En explorant les banques de manuels libres (BCcampus, eCampus Ontario, Open stax), elle a trouvé un manuel en anglais sous licence libre qu’elle peut modifier et adapter selon ses besoins pour le rediffuser gratuitement ;
  • Le plan de travail était simple : choisir les sections à conserver dans ce manuel, traduire, ajuster la structure et les exercices à son cours ;
  • Bien entendu, cette version dérivée du manuel sera ensuite disponible sous licence libre afin de permettre à d’autres de faire évoluer ce travail et de faire tourner la roue du libre : Retenir, Réutiliser, Redistribuer, Réviser, Remixer.

« Considérant que la connaissance est un bien commun, recourir aux REL permet à un individu de participer à l’intelligence collective. Choisir une ressource éducative libre devient donc un acte social écoresponsable. » explique madame Dubé.

Cependant cette évolution des concepts de propriété intellectuelle et de droits d’auteur bouscule une tradition qui date du développement de l’imprimerie. Mais l’alternative au copyright que représente un nouveau système de licence, dont les licences CreativeCommunsv, offre des libertés aux utilisateurs tout en respectant l’auteur et permet de retracer le fil d’Ariane entre les licences et de voir la trace de l’évolution des connaissances.

Les REL permettent aussi des économies substantielles dans le cas des manuels libres, par exemple en Colombie Britannique il s’agirait de 24 M $ depuis 2012 selon les présentateurs. C’est dans les libertés/permissions/droits octroyés aux utilisateurs que se trouve la plus-value écoresponsable d’une REL qui permet d’éviter de réinventer la roue et de consacrer moins de temps/argent à développer du matériel alors qu’il est possible de repartir de l’existant.

Un cours inédit en écoresponsabilité

Dans la foulée des engagements en développement durable de l’Université de Sherbrooke, les intervenants de son Centre universitaire de formation en environnement et développement durable (CUFE) ont jugé pertinent de concevoir un cours sur l’écoresponsabilité pour outiller plus spécifiquement les étudiants.

Serge Piché, conseiller technopédagogique pour le projet de cours en écocitoyenneté et au CUFE de l’Université de Sherbrooke, explique que ce projet de cours à option au premier cycle sera proposé à l’hiver 2022 à tous les étudiants et entièrement offert en ressources éducatives libres.

Cette formation visera l’écoresponsabilité des professionnels/citoyens par la création d’un cours incarnant l’agir écoresponsable. « Nous avons souhaité concevoir un espace où nous n’allions transmettre un contenu et aussi permettre d’expérimenter ce que signifie réellement agir écoresponsablement. » précise-t-il.Ce schéma sert d’alignement pédagogique pour l’élaboration du cours.


https://view.genial.ly/60bff9767bd4420d024f9a4a
Note : Des textes explicatifs sont accessibles en cliquant sur les chiffres.

À terme, les acquis de cette formation à l’écoresponsabilité pourront être utilisés pour transformer les façons d’agir des milieux dans lequel les étudiants évoluent tant dans leur vie professionnelle que personnelle, tant comme spécialistes que citoyens écoresponsables.

En effet, à la fin de ce cours, les étudiants devront avoir créé un outil servant à structurer leur agir écoresponsable dans leur environnement. Cette production deviendra une ressource éducative libre. L’ensemble des ressources créées et produites pour ce cours seront des REL et pourront être partagées à l’ensemble de la communauté francophone en enseignement supérieur.

Le cours insistera sur des compétences écoresponsables prioritaires : la vision systémique et interdisciplinaire, la discussion, la pensée critique.

« Ces compétences seront au cœur de la formation. Comme les étudiants viendront de plusieurs domaines avec des bagages distincts, des points de vue différents généreront des débats. Ces éléments nourriront la construction des compétences. La structure du cours sera coconscruite à chaque session, à chaque cours, par les étudiants eux-mêmes en collaboration avec la personne enseignante. À notre avis, cet ensemble d’échanges et de productions concrètes apportera beaucoup de sens et de motivation au développement d’un agir écoresponsable. »


i Bisaillon, V. et Levesque, F. (dir.). 2016. Enseigner et participer au changement – le développement durable au collégial. Cahier de l’AQPC. 220 pages.
ii UNESCO. S.d. Qu’est-ce que l’éducation au développement durable ?
ii iUniversité de Sherbrooke. Plan de développement durable 2018-2022.
iv fabriqueREL. Qu’est-ce qu’un REL ?

 
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International
Par exemple : SOURCE : Article tiré de la présentation Enseigner et participer au changement: Regards croisés sur l’écoresponsabilité et l’écocitoyenneté en enseignement supérieur faite par Véronique Bisaillon, Marianne Dubé et Serge Piché lors du Colloque 2021 de l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC), le 10 juin 2021.



Les partenaires du Portail