Dossiers / Gestion / Gestion d'un collège

Entrevue avec M. John Halpin, directeur général du Collège John-Abbott



(An english version will follow)

M. John Halpin a été nommé directeur général du Collège John-Abbott en mai dernier. Il avait auparavant assumé les responsabilités de directeur des études au campus St.Lawrence du Collège Champlain à Québec pendant cinq ans. De 1984 à 1989, il avait aussi enseigné les mathématiques et la physique au même collège. Le nouveau directeur général du Collège John-Abbott a accepté de partager avec nous ses premières impressions et de nous parler de son collège.

« Je me sens pas mal chanceux d’entrer dans un environnement comme celui de John- Abbott. C’est un des plus beaux campus dans le réseau collégial. Je n’ai pas encore vu tous les campus du réseau, mais je peux vous dire que je n’en ai pas vu un avec un tel paysage, niché sur le bord du lac St-Louis, avec de très beaux bâtiments aux couleurs d’Angleterre. En plus, le collège jouit, depuis nombre d’années, d’une excellente administration. Notre surplus accumulé va nous permettre de mieux traverser les années à venir. L’atmosphère au collège est très positive », de nous confier d’entrée de jeu le nouveau directeur général.

Le passage d’un « petit collège » de 900 étudiants à un collège de plus de 6000 étudiants réguliers et de 2000 adultes en formation continue ne l’effraie pas. Il nous rappelle qu’avant son retour à St.Lawrence, il a travaillé 20 ans dans de grandes entreprises de l’aéronautique. À titre de directeur des services d’ingénierie globale chez UTC-Carrier à Hartford, il a assumé la direction de 1900 employés dans 12 centres de recherche à travers le monde. Il se sent bien préparé et prêt à assumer ses nouvelles fonctions.

Qu’est-ce qui distingue John-Abbott?
Une des grandes distinctions du Collège John-Abbott est, selon lui, la grande variété des services offerts aux étudiants. Il cite entre autres le soutien aux étudiants au niveau pédagogique, les services au niveau social, santé mentale; des programmes pour les étudiants venant des communautés amérindiennes en plus des services habituels de sports et d’activités socioculturelles. « Dans un monde où nous allons accueillir des étudiants issus de la société “ enfant-roi ”, c’est clair qu’il nous faut une offre de services diversifiés. Il y a des coûts rattachés à cela dans un contexte de compressions budgétaires, mais nous allons tout tenter pour maintenir cette variété. »

Fier des nouvelles installations
Le Collège John-Abbott a longtemps loué des locaux à l’Université McGill sur son campus Macdonald dans l’Ouest-de-l’Île. Depuis 2002, le collège est maintenant propriétaire de ses bâtiments. De plus, il a inauguré à l’automne 2012 un nouveau “ Science building ”, nommé Anne-Marie Edward Science Building. « C’est une des fiertés de John-Abbott au cours des dernières années. Ce pavillon se verra décerner prochainement une certification LEED-Gold. C’est une bâtisse imposante et importante dans le contexte où nous sommes à redéfinir l’infrastructure existante du campus. Voilà un beau mélange d’anciens bâtiments et de constructions plus modernes intégrées. Le bâtiment a un chauffage géothermal et de nombreuses innovations en matière environnementale, ce qui, en soi, en fait un laboratoire en sciences et en technologie de l’ingénierie. »

Des programmes au diapason de son milieu socioéconomique
L’Ouest-de-l’Île est bien nanti en entreprises de tous genres, entre autres dans les secteurs pharmaceutique, aéronautique et informatique. La carte des programmes du cégep est au diapason du milieu : Biopharmaceutical Production Technology, Computer Science Technology, Engineering Technologies. Le collège a de plus logé une demande au ministère pour obtenir un CCTT en biopharmacie. Il a déjà fait l’acquisition d’équipement à la fine pointe de la technologie dans le domaine de la production des produits pharmaceutiques. Dans le champ des techniques humaines et de la santé, John-Abbott offre les programmes Police Technology, Youth and Adult Correctionnal et Pre-Hospital Emergency Care Program. Un autre programme très populaire : Professionnal Theatre attire des étudiants d’un peu partout. Les diplômés trouvent des emplois tant au Québec que dans les autres provinces canadiennes. Une troupe du collège va d’ailleurs participer l’an prochain au Festival d’arts dramatiques d’Édimbourg pour présenter une création basée sur les évènnements tragiques de l’École Polytechnique. Le nouveau pavillon des sciences du collège porte d’ailleurs le nom d’Anne-Marie Edward, une diplômée du collège, qui a perdu la vie lors de la tragédie.

Au niveau des programmes préuniversitaires, les étudiants plus forts et plus motivés peuvent s’inscrire dans deux programmes tant en sciences qu’en sciences humaines : Honours Sciences, Honours Social Science.

De 30 à 35% de la clientèle du collège est d’origine francophone. « John Abbott reflète la réalité du West Island d’aujourd’hui qui est devenue plus francophone, mais aussi plus multiculturelle. Dans les couloirs, on entend plusieurs langues, non seulement l’anglais, mais aussi le français et d’autres langues. Nous avons aussi un certain nombre d’étudiants étrangers. Nous avons eu pendant longtemps des étudiants en provenance de l’Allemagne. Plus récemment, leur provenance s’est diversifiée : Mexique, Japon, Brésil. »

Le Collège a accueilli au fil des ans des étudiants venant des communautés amérindiennes. Cette année, une soixantaine provient du Nord-du-Québec. « Dans le contexte d’un Plan Nord qui reprend vie, on s’attend à ce qu’il y ait de plus en plus de besoins à combler en éducation. Nous avons développé des activités pour faciliter l’intégration de ces étudiants. »

Des étudiants au Nursing Learning Center

Vers un nouveau plan stratégique de développement
John Halpin entreprend actuellement une démarche de planification stratégique pour les années 2015-2020. « C’est clair pour notre collège que, même si nous avons une nouvelle bâtisse, d’anciens bâtiments nécessitent des rénovations. Nous aurons besoin d’un plan de rénovations concentré et ciblé sur des améliorations dans les classes et les salles de bains. Les autres enjeux sont comparables à ce qu’on retrouve dans les autres établissements du réseau. La décroissance des effectifs dans le contexte démographique anticipé sera au cœur de nos préoccupations. Même si nous n’en ressentons pas encore les effets dans le West Island à cause des nombreuses constructions dans l’ouest de l’île, il faut tout de même se préparer. Dans le domaine de la recherche, le collège a déjà un centre de transfert technologique conjoint avec le Cégep André-Laurendeau : OPTECH Montréal (Centre collégial de transfert technologique en optique-photonique). Mais nous espérons fortement avoir l’autorisation de Québec d’en ouvrir un dans le domaine de la production pharmaceutique. »

Un appui significatif du milieu des affaires
La Fondation du collège a apporté une contribution significative pour la construction du pavillon des sciences. «  L’implantation du géothermal n’aurait pu se faire sans l’appui du monde des affaires. Ça nous a permis d’intégrer des innovations technologiques et écologiques que nous n’aurions pu nous permettre autrement. Nous sommes en discussion avec la Fondation pour déterminer comment elle pourra soutenir le nouveau plan stratégique. »

John Halpin s’attend à ce que les prochaines années soient assez mouvementées avec le contexte des compressions budgétaires et les prochaines négociations des conventions collectives, mais il reste très confiant : « Nous pouvons compter sur un climat organisationnel positif, une équipe de direction équilibrée et d’expérience, un collège magnifique et un milieu qui nous appuie. »

Entrevue et texte réalisés par M. Alain Lallier, édimestre au Portail du réseau collégial.

English version

Interview with Mr John Halpin, Director General at John Abbott College

Mr John Halpin was named Director General of John Abbott College last May.  Prior to this, he spent five years as the Academic Dean at Champlain College - St-Lawrence campus, where he also taught mathematics and physics from 1984 to 1989. The new Director General of John Abbott College shared his first impression and spoke to us about his College.

“I feel quite fortunate to be in an environment like that of John Abbott. It is one of the most beautiful campuses in the network of CEGEPs. I have not visited all the campuses, but I have yet to see one that has such natural beauty, nestled on the shores of Lake St-Louis, with buildings reminiscent of England. Added to this, the College has benefitted from exceptional management over the past several years. The surplus accumulated will assist us as we move forward. There is a very positive atmosphere here”, says Mr Halpin.

Moving from a ‘small college’ of 900 students to one with over 6000 fulltime students and 2000 more in continuing education does not scare him. Before joining the staff at St-Lawrence, he worked for 20 years in major aerospace industry companies. As the Director of Engineering Services Worldwide at UTC-Carrier in Hartford, he was responsible for 1900 employees in 12 research centres around the world. He feels well prepared and ready to embrace his new responsibilities.

What distinguishes John Abbott?
One of the most remarkable distinctions of John Abbott, in his opinion, is the vast array of services that are offered to students. A small sampling includes: academic support for students, advising, counselling, special initiatives for students with disabilities, dedicated resources for students from various First Nations, and of course sports and recreation. “In a society where we see the ‘child-as-king’ youth culture prevailing, it is clear that we need a diversity of student services. There are certainly costs associated to offering those many services, but despite the budgetary compressions being imposed, we are striving to maintain them.”

Proud of the new facilities
John Abbott College paid rent to McGill University for the use of their buildings on the West Island MacDonald campus for many years, but in 2002, the College became the owner of said buildings. In 2012, a new science building: the Anne-Marie Edward Science building opened its doors. “On track to earn a LEED Gold certification, the John Abbott community is very proud of this addition to the campus. This is such an impressive building and an important step as we work to redefine the current infrastructure of the campus. This is a wonderful example of integrating modern construction with historic architecture. The new building boasts geothermal heating, and cutting edge technology such that the building itself serves as a science and engineering laboratory.”

Programs keeping up with socio-economic needs
The West-Island is blessed with a wide range of industries and businesses that include pharmaceuticals, aerospace, and computer technology. The programs available at the College are keeping step with this variety offering career programs such as Biopharmaceutical Production Technology, Computer Science Technology and Engineering Technologies. Over and above this, the College has made a request to be recognized as a CCTT in biopharmaceutical technology, having already equipped the classrooms with the latest in production equipment for this industry. In the fields of social and health related employment, John Abbott offers programs in Police Technology, Youth and Adult Correctional Intervention and Pre-Hospital Emergency Care. Another popular program that draws students from far and wide is that of Professional Theatre. Students find employment in Québec, as well as in other Canadian provinces. A group from the Theatre program will be presenting a production loosely based on the tragic events that took place at the École Polytechnique at the Edinburgh Festival Fringe this summer. The new science building is named after Anne-Marie Edward, a John Abbott graduate, who died in that tragic incident.

In addition to its wide array of pre-university programs, the strongest and most motivated students can enrol in two programs: Honours Science and Honours Social Science.

Francophone students represent between 30-35% of the student body. “John Abbott reflects the demographics of the West Island. There are many more francophones today and also more with multicultural backgrounds. Walking in the hallways, we hear multiple languages being spoken, English, French and many others. We also have students with us from abroad. For several years we had students from Germany but today they also come from Mexico, Japan and Brazil as well.”
The College has welcomed many young people from First Nations and Inuit communities. This year we have about 60 students from northern Québec. “When we look at the re-launch of the ‘Plan Nord’, we expect a significant increase in people looking to fill their educational needs. We have developed significant expertise in supporting the success of our aboriginal students and we expect to do more.”

Looking to a new strategic plan
John Halpin is currently working on a new 2015-2020 Strategic Plan. “It’s clear that even though we have a brand new building, the older ones are in need of renovation and restoration. We are developing a plan that will accelerate the upgrades in our classrooms and washrooms.  Our other challenges are similar to those of other CEGEPS in the province. The forecasted reduction in student enrolment in the future will be of particular importance. Despite the fact that we have not experienced that downturn in student enrolment in the West Island as yet, we must, nevertheless prepare for it.  Regarding research, John Abbott already has a College Centre for the Transfer of Technology (CCTT) in partnership with Cégep André-Laurendeau: OPTECH Montréal (Centre collégial de transfert technologique en optique-photonique). We are very hopeful however, that we will soon get approval from Quebec City to have our own CCTT in pharmaceutical production technology.”

Notable support from the business community
The College Foundation contributed a significant amount to the construction of the new building. “Construction of the geothermal wells would not have been possible without the support of the business community. Their contributions enabled us to integrate technological and ecological innovations that would have been otherwise unaffordable. We are currently in discussion with the Foundation to determine the best approach for their support of the new strategic plan.”
John Halpin is expecting the coming years to be very busy with the ongoing budgetary restrictions, and the next round of contract negotiations, but he is optimistic: “We can look to a positive organizational atmosphere, a well-balanced management team with a great deal of experience, and a magnificent College inside a very supportive community.”



Les partenaires du Portail