Dossiers / Gestion / Évaluation

Pour une amélioration continue de la qualité



 

Entrevue avec Michel Lauzière, président de la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial (CEEC)

Monsieur Michel Lauzière a été officiellement nommé président de la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial le 25 mai dernier. Commissaire depuis 2006, il  assumait l’intérim à la présidence depuis septembre 2010.
 

Où en sont les travaux de la Commission?
La Commission poursuit la réalisation des travaux inscrits dans son plan stratégique 2007-2011.
Selon la première orientation de son plan, la CEEC voulait s’assurer que tous les établissements satisfaisaient aux exigences réglementaires quant à l’adoption d’une politique institutionnelle d’évaluation de programme (PIEP), ensuite le plan précisait les opérations pour compléter l’évaluation de l’efficacité des composantes d’assurance qualité prévues à la réglementation (politiques et plans). 

La première opération d’évaluation portait sur l’efficacité de l’application des politiques institutionnelles d’évaluation des apprentissages (PIEA) auprès de 103 collèges. Cette opération est pratiquement terminée. La commission témoignera à la fin de l’automne des activités conduites et des résultats obtenus.
 

La seconde opération consiste à évaluer l’efficacité des plans stratégiques des collèges, incluant les plans de réussite. Les travaux sont amorcés depuis 2006. Dans un premier temps, les collèges ont soumis, pour évaluation, leur plan stratégique au regard de leur conformité à la loi et de leur efficacité potentielle. La Commission avait annoncé aux collèges qu’elle vérifierait l’efficacité des plans stratégiques quelque cinq ans après leur mise en œuvre. Monsieur Lauzière a lui-même coordonné l’opération qui a commencé par la production de documents de référence précisant l’orientation donnée à l’opération et les informations utiles aux collèges pour réaliser l’autoévaluation de leur plan stratégique. À ce jour, deux tiers des rapports ont déjà été transmis à la Commission. Les visites dans les établissements ont débuté à l’hiver 2010. Plus du tiers des 48 collèges concernés ont été visités. La Commission devrait avoir terminé le traitement des rapports d’ici la fin de l’année 2012 et elle s’affaire, dans un même temps, à l’étude des rapports d’autoévaluation sur l’efficacité des plans de réussite pour les collèges privés subventionnés.
Parallèlement, la Commission a amorcé un travail auprès des établissements privés non subventionnés offrant uniquement des attestations d’études collégiales (AEC). Auprès de ces collèges, la Commission poursuit une opération d’évaluation d’un programme et de l’efficacité de leur PIEP.
 

Enfin, le dernier objectif de cette orientation du plan stratégique de la CEEC prévoyait définir une opération d’évaluation de l’efficacité des systèmes d’assurance qualité dans les établissements.

 

2010-2011 : Une démarche de réflexion et de consultation

Cette nouvelle opération à définir, combinée à certains éléments de contexte, a amené la Commission à une démarche importante de réflexion sur ses processus, sur les suites données à la tournée de consultation qu’elle avait menée dans les collèges en 2006 et sur l’orientation de la prochaine opération. Monsieur Lauzière explique : « Avant de lancer une nouvelle opération, il nous semblait pertinent de faire le point sur l’impact de nos opérations et sur leur utilité et d’entendre aussi les commentaires de nos partenaires sur les opérations récentes de la CEEC et l’élaboration des prochaines. Nos enjeux étaient d’abord de définir des orientations pertinentes et réalistes, prenant en compte la réalité et les obligations des collèges et celles de la Commission, de s’assurer de la mise en place de processus de travail cohérents, réalistes et efficaces et de s’assurer de collaborations harmonieuses, efficaces, qui suscitent l’adhésion des collèges aux opérations d’évaluation et qui sont porteuses de retombées significatives pour chacun dans un contexte d’amélioration continue. »
 

Ainsi la CEEC a mené des consultations à l’interne avec son personnel et à l’externe avec des membres du personnel des collèges et avec différents groupes du réseau collégial (fédérations, associations et comités) et des membres des comités consultatifs, d’experts des comités de visite, des ex-membres de la Commission (présidents et commissaires). « On s’est mis dans un mode d’écoute, ainsi la synthèse de ces consultations a permis, dans plusieurs cas, de corroborer nos perceptions et les constats de la tournée de 2006 ».
 

Des rencontres sont prévues au début de l’automne pour partager avec les partenaires la synthèse de ces consultations. « Pour nous, il est extrêmement important non seulement d’écouter, mais de retourner vers nos partenaires pour valider notre lecture de leur vision des opérations de la Commission et pour présenter les principales pistes d’action retenues » précise Monsieur Lauzière. Il ajoute « Ces rencontres baliseront le démarrage de la prochaine opération. La définition de la nouvelle opération d’évaluation sur les systèmes d’assurance qualité des collèges selon une périodicité connue nous amène dans un nouvel environnement et nous oblige à nous assurer que les éléments conceptuels soient précisés et partagés avec nos partenaires de manière à ce que les assises soient suffisamment solides pour que cette opération porte ses fruits et qu’elle contribue à l’amélioration continue de la qualité».

Une démarche systématique d’assurance qualité
La Commission et son nouveau président utilisent fréquemment dans leurs textes et leurs discours l’expression « assurance qualité ». Nous avons demandé à Michel Lauzière de nous expliquer cette expression. « L’expression Assurance-qualité fait référence généralement aux processus mis en place qui ont pour fonction de garantir la qualité. Dans son document d’orientation mis à jour en 2009, la Commission a situé son action dans une approche d’assurance qualité en rappelant sa contribution spécifique au développement continu de la qualité de l’enseignement collégial. De plus, l’analyse de contexte faite lors de l’élaboration du plan stratégique 2007-2011 de la Commission réaffirmait ce rôle, ce qui nous a permis, en lien avec l’amélioration continue de la qualité, d’orienter nos efforts et de cibler nos objectifs stratégiques. Il faut dire que depuis sa création, les opérations de la CEEC et sa méthodologie peuvent se comparer aux travaux de certaines agences d’assurance qualité en enseignement supérieur ailleurs dans le monde. Bien que cette expression n’apparaisse pas dans le texte de la loi, la mission de la CEEC et ses opérations, réalisées de concert avec les collèges, s’inscrivent précisément dans une approche de gestion assurant la qualité. Par ailleurs, la Commission entretient des liens avec les agences d’assurance qualité depuis toujours et le premier président de la CEEC, Monsieur Jacques L’écuyer a été un des présidents de l’INQAAHE, un regroupement international d’agences d’assurance qualité »
 

Comment la Commission réagit-elle aux questionnements sur la validité des diplômes?
Sur le positionnement de la Commission en regard des interrogations de certains enseignants sur la qualité des diplômes, formulées dans les derniers mois, Michel Lauzière précise : « La Commission n’est pas un organisme d’opinion. Elle parle toujours sur la base des constats qui se dégagent de ses évaluations. La Commission constate que les collèges ont beaucoup travaillé à mettre en place des processus liés à l’évaluation des apprentissages dont l’objectif est de s’assurer qu’on évalue les étudiants de façon juste et équitable et que, conséquemment, l’obtention de leur diplôme certifie l’intégration des compétences essentielles d’un programme d’études. D’ailleurs, lors de l’opération sur l’efficacité des politiques institutionnelles d’évaluation des apprentissages de l’ensemble des collèges du réseau, la CEEC a évalué la valeur des outils d’évaluation en vérifiant s’ils mesuraient bien le niveau d’atteinte des compétences selon les standards établis. Dans les rapports définitifs envoyés aux collèges jusqu’à maintenant, la Commission a conclu dans la grande majorité des cas que l’application des politiques d’évaluation des apprentissages garantissait la qualité des évaluations».

Après 18 ans d’existence, comment la Commission évalue-t-elle l’évolution de la culture d’évaluation dans les collèges?
Pour Michel Lauzière, il y a eu une bonne évolution de la pratique évaluative dans les collèges. « Comme c’est inscrit dans son document d’orientation, la Commission a d’abord contribué au développement de la culture évaluative dans les collèges à travers ses différentes opérations. De leur côté, les collèges ont investi temps, énergie et ressources en mettant en place leurs processus d’évaluation. Nous constatons, opération après opération, le développement de l’expertise en évaluation dans les collèges».

Une équipe qui se renouvelle

Dans son rôle de président, Michel Lauzière est accompagné d’une équipe qui est en renouvellement. Plusieurs nouvelles agentes de recherche ont récemment joint l’équipe de la Commission dont deux enseignantes du réseau collégial qui sont en prêt de service. Monsieur Richard Pigeon, un nouveau commissaire est entré en fonction récemment et Monsieur John Keyes, commissaire, poursuit un mandat commencé il y a cinq ans. Le poste de secrétaire général est assumé de façon intérimaire par Madame Hélène Gaudreau.

Entrevue réalisée par Alain Lallier, le 16 août 2011

 





 
NOUVEAU

Les alertes du Portail

Le Portail est fier de vous offrir un tout nouveau service d'alertes. Recevez un résumé quotidien de ce qui a été publié sur le portail, ou des notifications instantanées par courriel sur des sujets qui vous intéressent.

 
 
>> lescegeps.com/alertes
 
 

 




Les partenaires du Portail