« Je suis la vague courant sur l’océan sans fin ni but, il est mon cœur battant sans foi ni loi. Je le ressens tout entier, son corps fluide braqué contre le mien. Son emprise est sans mesure et l’intensité submerge l’existence même de mon simple corps pour me faire sombrer dans la profondeur de sa réalité. »

Léa Rouleau du Cégep de Drummondville remporte cette année la 1re place au Prix intercollégial de poésie, concours déployé parmi tous les cégeps de la province. Son poème intitulé La danse des eaux s’est démarqué parmi les quelque 130 écrits soumis. Elle reçoit non seulement une bourse d’importance, mais voit également son poème publié dans le Recueil intercollégial de poésie à paraître en mai.

L’auteure  a choisi dans le cadre de notre entrevue de porter à notre attention l’extrait final de son poème constituant l’apogée du récit, où l’individu fusionne avec l’eau et s’abandonne à cet élément. L’émotion guide ses créations et cet extrait en est un bel exemple. Ses écrits sont souvent guidés par des émotions prenant la forme des éléments eau, feu, terre et air qui représentent efficacement les émotions douces ou rageuses et permettent, par leur intensité, une juste interprétation des sensations de mouvements.

Quand écrire constitue une passion
Léa a écrit La danse des eaux il y a environ un an par temps libre. Dans le cadre du Prix intercollégial de poésie, le texte a surgi ne demandant qu’à être retravaillé. « C’est un texte que j’ai beaucoup aimé écrire et auquel j’étais vraiment attachée. Le remettre au goût du jour et l’enrichir m’a beaucoup plu. » Depuis qu’elle est toute jeune, l’auteure se retrouve fréquemment la plume à la main, à l’affût d’histoires. Le cours d’atelier d’écriture offert au cégep dans le cadre duquel sont explorées différentes façons« d’être inspiré » met en exergue les différentes techniques d’écriture et lui a fait réaliser que quelques-uns des textes qu’elle écrivait comme ça, en écoutant de la musique, pouvaient s’appeler des poèmes en prose. Ce fut alors amusant pour elle de découvrir qu’elle faisait de la prose sans le savoir. « J’ai vraiment toujours eu une attirance pour l’écriture et, bien humblement, un certain talent. J’avais 10 ans et j’écrivais déjà des petites histoires que je montrais à mes parents. Cet attrait a simplement grandi avec moi et je me suis attachée à l’écriture. J’aimerais vraiment un jour écrire à titre d’auteur. J’ai une passion certaine. »

Un moment propice et dédié
« Nous devions écrire un poème pour un travail en classe », d’expliquer l’auteure. Le professeur a, dans un second temps, présenté les règles du Prix intercollégial de poésie et choisi 3 poèmes parmi l’ensemble produit en classe, qu’il a soumis au concours. « Je voulais vraiment faire partie de cette cueillette, donc très heureuse d’en être et tout aussi emballée d’avoir été retenue par le jury de l’événement. Dans le cadre de notre inscription au cégep, nous choisissons un programme en fonction de nos idéaux, de nos aspirations et de nos habiletés. C’est dans ce contexte que s’est fixé mon choix pour le programme Arts et Lettres où sont exploitées, à travers les cours et les travaux, les habiletés de lecture, d’écriture et d’analyse. Je me suis donc inscrite avec confiance au concours que je trouvais intéressant et auquel je tenais à être inscrite. Mon poème a été choisi par l’équipe d’enseignants responsable de la sélection et reconnu par le groupe de juges. »

Surprise d’être sélectionnée par l’ensemble des enseignants ?
« Oui quand même, parce que lorsque nous faisons un choix d’orientation postsecondaire, nous le faisons en fonction de nos intérêts et de nos habiletés. Je n’étais pas la seule dans le groupe à manifester de l’intérêt, des aptitudes et de la curiosité. Les résultats des travaux produits en classe démontrent éloquemment d’ailleurs les habiletés des uns et des autres. La compétition était de bon calibre et plusieurs de mes collègues se sont ainsi révélés être de fiers compétiteurs. »

Des défis en perspective
Il s’agit vraiment du premier concours de poésie auquel participe Léa Rouleau. Elle a toujours su qu’elle aimerait dans un avenir prochain être écrivaine et se dit prête à faire ce qu’il faut pour y arriver. Il s’agit là pour elle d’un beau et grand défi. Elle entend cependant s’inscrire à l’université en criminologie sans pour autant mettre de côté sa passion pour l’écriture. « Peu importe le métier que je ferai, il y aura toujours une place pour l’écriture et l’édition. »

L’écriture, un exutoire bénéfique
L’écriture constitue pour l’auteure une passion, une détente, une façon de libérer l’esprit, d’oublier les problèmes, de s’évader et de partager. « Quand j’écris, j’aime aller chercher le lecteur pour l’amener ailleurs par le biais de l’émotion. Un seul texte peut être interprété et reçu de 10 millions de façons. La vision de ce que je transmets avec plus ou moins de fougue peut être perçue de façons différentes par le lecteur selon sa sensibilité, sa curiosité et son dynamisme. Pour vivre entièrement le texte, il doit être envoûté par le scénario, s’approprier émotivement l’intrigue à partir de ses propres perceptions, rendant ainsi le contenu réellement efficient. »

La suite des choses
Léa Rouleau complète sa quatrième session et sa deuxième année au cégep. Inscrite à un double DEC en programme sciences humaines, arts et lettres, elle terminera sa formation collégiale et entend  s’inscrire subséquemment en criminologie. « Je me suis toujours dit que, peu importe le métier que je ferais, il y aurait toujours une place réservée à l’écriture quelque part. » Cela ne l’empêcherait aucunement de pouvoir donner suite à l’intérêt qu’elle nourrit d’éditer un jour une œuvre qui porterait sa signature.

« ....Le fracas des vagues contre mon existence fragmente ma destinée pour ne laisser que le battement de mon cœur. Sa musique surpasse ma conscience et celle-ci se démantèle face à l’essence sauvage de l’océan. Mon souffle se perd, se joint au sien et son chant devient le mien. »

Bonne suite, madame Rouleau…

Entrevue et texte par Mme Marie Lacoursière, Édimestre au Portail du réseau collégial.



Les partenaires du Portail