Dossiers / Vie collégiale / Vie étudiante

L'art de favoriser la relève en sciences et technologie et de développer une culture de la science

2014-10-20


Entrevue avec monsieur Marcel Lafleur, directeur du Centre de démonstration en sciences physiques au Cégep Garneau

Au mois d’août dernier, le Cégep Garneau annonçait la signature d’une entente-cadre entre les Musées de la civilisation et le Cégep et plus spécifiquement avec son Centre de démonstration en sciences physiques (CDSP). Le Portail a voulu explorer le contexte de cette entente et prendre connaissance des activités du Centre. Son directeur, monsieur Marcel Lafleur, nous a accordé cette entrevue.

Une entente-cadre dans le prolongement de collaborations ponctuelles
L’entente que le Cégep a signée avec le Musée de la civilisation se situe dans le prolongement de partenariats déjà réalisés. Depuis l’ouverture du CDSP en 1998, il y a eu plusieurs collaborations ponctuelles avec le Musée. Des montages interactifs à caractère scientifique ont été élaborés pour différentes expositions. Un forfait découverte Science et culture est également offert depuis plusieurs années, en marge des conférences-démonstrations présentées par le Centre. « Les classes qui profitent du forfait peuvent ainsi compléter leur passage au Centre par une visite au Musée, notamment pour y explorer l’exposition Tour de Terre réalisée conjointement par le CDSP et le Musée. La nouvelle entente vient donner un cadre à ces collaborations plus ponctuelles en favorisant davantage les échanges et les projets communs», nous explique monsieur Lafleur.

L’initiative d’un groupe d’enseignants du département de physique
Le CDSP est né de l’initiative d’un groupe d’enseignants du département de physique du Cégep Garneau. Le travail d’élaboration du projet a commencé bien avant 1998. « Il fallait d’abord convaincre les gens, faire mûrir l’idée et trouver les fonds nécessaires. C’est la passion de monsieur Yvon Fortin qui a donné naissance au Centre. Il a porté le projet jusqu’à sa retraite, l’an dernier. Depuis, une jeune équipe compétente et dynamique a pris le relais. Dès le départ, l’appui du Cégep Garneau a été déterminant. Bien que l’infrastructure du Centre soit située au Cégep, sa vocation est régionale et même nationale ».

Favoriser la relève en sciences et technologie et développer une culture de la science
Le CDSP s’est spécialisé en médiation scientifique. Sa mission est de contribuer à la formation de la relève scientifique québécoise et au développement de la culture scientifique de la population. « Dans cette volonté de vulgarisation de la science, nous travaillons aussi le rapport au savoir scientifique. D’où vient le savoir scientifique? Quelle valeur a-t-il? Comment se construit-il? Comment la science nous aide-t-elle à décoder le monde? Ce n’est donc pas uniquement la science pour la science. Nous nous intéressons aussi à ses limites et à sa portée, à la petite et à la grande histoire de cette quête fascinante.

Dans un autre ordre d’idées, ce qui caractérise le Centre, ce sont nos démonstrations à grande échelle. On dit souvent que nous faisons de la science plus grande que nature. Nous illustrons comment on peut appréhender les phénomènes avec nos sens. C’est à partir de là que nous déclinons nos démonstrations et nos explications, ancrées dans une réalité humaine et liées au quotidien des participants. Dans toutes nos démonstrations transparaissent des dimensions culturelles, historiques ou interdisciplinaires.

Des enseignants de diverses disciplines sont ainsi associés aux activités du Centre. Des étudiants viennent également y travailler dans le cadre de stages ou de collaborations techniques. À cela s’ajoutent des partenaires externes, tel que l’Acfas avec laquelle le CDSP collabore dans le cadre du Forum international Science et société pour offrir aux jeunes collégiens la chance d’être en contact avec des chercheurs émérites. C’est dans cette perspective d’ouverture et de collaboration que s’inscrit l’entente-cadre signée avec le Musée de la civilisation ».

Les installations
Le CDSP compte sur deux espaces importants : l’amphithéâtre - laboratoire et l’atelier de fabrication.

L’amphithéâtre – laboratoire ressemble à une salle de spectacle où sont présentées les conférences-démonstrations ainsi que des présentations de diverses natures. On y fait par exemple de la formation pour les enseignants ou pour des groupes d’étudiants. Le cœur des activités du CDSP s’articule autour d’une conférence-démonstration annuelle. Cette activité d’environ 90 minutes s’adresse essentiellement à des jeunes du primaire et du secondaire, mais aussi aux étudiants du Cégep et même à ceux de l’université, en formation à l’enseignement. « Ces démonstrations se font en temps réel et à grande échelle. Nous faisons environ 140 représentations par année, ce qui nous permet de rejoindre plus de 9 000 personnes annuellement. Nous utilisons aussi cette salle pour des besoins spécifiques avec certains départements du Cégep Garneau ou d’autres cégeps de la région, notamment en histoire des sciences, en communication scientifique, en logistique du transport, mais également en psychologie expérimentale, en littérature et même en philosophie où on illustre physiquement l’allégorie de la caverne de Platon!

L’atelier de fabrication vient appuyer les démonstrations. « Il faut être en mesure de concevoir et de fabriquer nos interactifs de démonstration sur place, tant pour nos propres présentations que pour nos partenaires. L’atelier est ainsi mis à contribution dans le cadre des collaborations avec le Musée de la Civilisation. Nous avons aussi réalisé des démonstratifs pour plusieurs musées tels le Musée des sciences de Montréal et le Visionarium de Porto au Portugal. Le Centre peut d’ailleurs compter sur un technicien en fabrication mécanique en mesure d’utiliser nos machines-outils ».

L’équipe du Centre de démonstration
« Outre les lieux de diffusion et de fabrication, le CDSP, c’est avant tout une expertise. L’expertise de son équipe d’abord, mais aussi celle qu’offre la possibilité de collaborer avec des enseignants et des partenaires de diverses disciplines ». L’équipe du CDSP compte une dizaine de personnes. En plus des enseignants dégagés en tout ou en partie pour travailler sur les divers projets, le Centre s’appuie sur l’expertise de professionnels de la médiation scientifique et sur le soutien technique d’un technicien de grande expérience. À cela s’ajoute l’apport ponctuel de ressources externes, telles que des professionnelles de recherche de l’université dans le cadre de projets de collaboration. Enfin, Marcel Lafleur agit à titre de directeur du Centre pour en assurer la bonne marche et le développement.

Les projets
La conférence – démonstration est le projet le plus visible du Centre. Cette année, il s’agit de la 10e édition de cette activité et le thème traité sera  «MESURES ET DÉMESURE ». Il y a aussi deux projets de collaboration avec l’Université Laval en formation à l’enseignement des sciences et technologies. Le premier concerne la formation initiale des futurs enseignants du préscolaire et du primaire et vise à intégrer la démonstration scientifique afin de favoriser l’appropriation de certains concepts. L’autre projet vise la formation en didactique des sciences en enseignement secondaire et collégial et porte sur l’intégration des repères culturels dans la formation scientifique. « La démonstration, telle que mise de l’avant par le CDSP, constitue une clé fort intéressante pour appuyer l’enseignement. Le Centre entend d’ailleurs se pencher sur le potentiel de cette approche dans le cadre de travaux de recherche en didactique ».

Une autre avenue de développement du CDSP vise à transférer les résultats de ses collaborations dans la formation continue des enseignants. « La demande vient des commissions scolaires. Nous y répondons actuellement de façon ponctuelle, mais nous aimerions offrir ces formations plus régulièrement et de façon plus structurée en nous appuyant, entre autres, sur le matériel développé dans les conférences-démonstration. Il existe également une demande pour la formation des techniciens en travaux pratiques au secondaire afin qu’ils puissent réinvestir dans les écoles le matériel de démonstration que nous avons développé ».

Au collégial, le CDSP a pris le relais de la Fédération des Cégeps en 2009 pour assurer la coordination nationale du concours intercollégial Science, on tourne! Ce défi, qui en est à sa 23e édition, relève d’ailleurs d’une idée originale d’Yvon Fortin, fondateur du CDSP.

« L’entente-cadre que nous venons de signer avec le Musée de la Civilisation nous amènera également à collaborer sur différents projets : planification de nouvelles expositions; rencontres Science et Société en collaboration avec l’Université Laval, ateliers d’animation scientifique, etc. ».

Le CDSP a fait des petits
D’autres projets importants ont vu le jour, grâce à la création et la naissance de centres apparentés. « Trois autres Centres de démonstration ont déjà été créés en s’inspirant de l’expérience du CDSP: au Collège Laflèche de Trois-Rivières; au Cégep de Chicoutimi et au Cégep de la Gaspésie et des Îles. Le CDSP du Cégep Garneau a donc fait des petits! Chaque collège a adapté la formule à ses infrastructures et aux besoins régionaux. Nous travaillons avec ces trois autres centres pour partager l’expertise, prêter du matériel et en appuyer le développement. Par exemple, la conférence-démonstration de l’an dernier qui avait comme thématique “ÉNERGIES” sera transférée au Collège Laflèche en 2014-2015. Ce type d’intervention nous apparaît constituer une belle vitrine de l’expertise, du dynamisme et de l’ouverture que l’on peut retrouver dans le réseau collégial. D’ailleurs, nos projets interordres primaire, secondaire, collégial et universitaire en témoignent ».

Comment finance-t-on toutes ces activités?
Le Centre peut d’abord compter sur l’appui du Cégep Garneau qui l’héberge et le soutient depuis ses débuts. À cela s’ajoute un financement de base du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science, mais l’essentiel de l’enveloppe est lié à des projets. « Selon la nature des initiatives, on fait appel à divers programmes gouvernementaux de même qu’à l’appui de plusieurs partenaires publics et privés. Cela passe bien sûr par l’obtention de subventions et de commandites, mais aussi par le partage d’expertise et le don ou le prêt de matériel spécialisé. Bien sûr, plusieurs projets permettent une part d’autofinancement, mais considérant la nature de nos activités et le public visé, ce ne sera jamais suffisant. La question du financement demeure une préoccupation constante, mais il est clair que chaque appui reçu génère de grandes retombées ».

L’importance de la promotion des carrières en sciences et technologie.


Avec la problématique de la relève en science et technologie, Marcel Lafleur rappelle que plusieurs programmes fédéraux et provinciaux ont pour but de favoriser les études et les carrières en sciences. « Nous travaillons dans ce sens, sans nécessairement conclure que tous doivent devenir des scientifiques. Nous cherchons plutôt à montrer une image positive des sciences, que les questions auxquelles s’intéressent les scientifiques sont des questions importantes et accessibles, des questions qui devraient intéresser tous ceux qui veulent mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent et qui veulent mieux y intervenir. C’est d’ailleurs dans cet esprit qu’a été signée la convention avec le Musée de la civilisation, nos deux institutions se rejoignant très bien dans cette visée commune ».


Entrevue et texte réalisés par M. Alain Lallier, édimestre, Portail du réseau collégial.
 



Les partenaires du Portail