Dossiers / Étudier et vivre au cégep / Vie étudiante

Alexis Lahorra: Stronger than the Rock



Lors du dernier Gala Forces Avenir, Alexis Lahorra du Cégep Vanier s’est vu remettre le prix Entraide, paix et justice pour la campagne « Stronger than a Rock : Anti-bullying Awareness Campaign ». La lauréate s’est entretenue avec nous de son cheminement.

Une expérience traumatisante au départ
Alexis explique d’entrée de jeu son expérience personnelle de l’intimidation : « Je suis née en Arabie saoudite, mais suis originaire des Philippines. Mes parents ont émigré au Québec en 1999. À l’âge de sept ans, j’étais victime d’intimidation. Dans la cour de l’école, parce que je ne maîtrisais pas le français et que j’étais vêtue par l’Armée du Salut, les élèves me lançaient des roches. Quand je retournais à l’école, je pleurais. J’ai grandi. Je suis devenue plus forte en français et me suis intégrée.

Mais cette expérience d’intimidation m’a marquée pendant des années et des années. Je me suis dit que je devais faire quelque chose. J’ai d’abord parlé avec les autres étudiants de leur expérience par rapport à l’intimidation. J’ai mené un sondage auprès de 250 étudiants et étudiantes en posant des questions du type : " Est-ce que vous avez été victime d’intimidation ou de cyberintimidation? Est-ce que vous connaissez les services sociaux offerts au collège? "

Nous avons constaté que 60 % des répondants ne connaissaient pas les services offerts dans ce domaine. 47 % des personnes sondées disaient avoir été victimes d’intimidation ou de cyberintimidation. Ce n’est qu’un échantillon de 250 étudiants, imaginez si on projette ces chiffres sur une population de 6000 étudiants. J’ai soumis ces données aux services aux étudiants et au collège. Je leur ai dit qu’il fallait absolument faire quelque chose, qu’il fallait en parler! »

La campagne anti-intimidation
Alexis a réalisé un film qui a permis aux étudiants de parler de leur expérience. Quand ils ont entendu les témoignages des autres étudiants, ils ont décidé de briser le mur du silence, ayant le sentiment de ne plus être seuls.

Alexis a aussi organisé un évènement anti-intimidation de trois jours en février 2014. Les étudiants ont tenu des kiosques où ils parlaient d’intimidation, de cyberintimidation et de leurs conséquences. On invitait également les étudiants à écrire des post-its avec des messages que l’on collait dans le dos du style : « Ah! Je trouve que tu es vraiment cool! ». Dans un autre kiosque, des étudiants invitaient à écrire des mots d’encouragement sur un grand tableau où l’on retrouvait des photos des d’étudiants qui avaient été victimes d’intimidation.

Les organisateurs ont de plus invité des représentants d’une organisation spécialisée dans cette question pour venir s’adresser aux étudiants sur la violence et les façons de la contrer. Chansons, danse, poésie étaient aussi au rendez-vous. D’autres étudiants ont réalisé leur propre film sur cette question. S’ajoutaient aussi des performances sur ces situations.

Le symbole de la roche
« Nous avons monté un mur de 300 roches personnalisées par chaque étudiant. Le message : malgré nos différences, bon ou pas en art, on doit accepter tout le monde sur le mur. La roche représente aussi les étudiants. Ça représente le poids que tu portes sur ton dos quand tu es intimidé. On voulait prendre quelque chose qui est lourd. La roche, c’est aussi une représentation de la violence. C’est comme une arme. Nous voulions changer cette arme en quelque chose de positif. Comment? En écrivant des messages d’encouragement et des choses positives sur les roches. Chaque roche avait une histoire différente. Certains étudiants m’ont dit que c’était pour eux une activité thérapeutique. »

Fière de son prix et décidée à continuer à travailler pour la cause
Alexis étudie maintenant à l’Université Concordia, en communications, études culturelles et en espagnol. Elle est diplômée en Communications, arts et médias de Vanier. Elle est fière de recevoir ce prix de Forces Avenir qui reconnaît le travail qu’elle a fait. Mais elle insiste : « Je suis fière de la reconnaissance pour la cause avant tout. De pouvoir parler devant tout ce monde, ce n’est pas pour moi, c’est pour la cause. »

Elle ne veut pas en rester là. Elle travaille actuellement à créer un site internet sur cette question. Elle va bientôt faire une présentation devant une classe d’une école secondaire de Dorval et une présentation dans le cadre d’une remise de prix et d’un évènement de collecte de fonds pour la Superkutz Scholarship Foundation. D’autres collèges l’ont contactée dans le but d’organiser des activités comparables dans leur propre établissement. « Je veux répandre le projet; je veux établir le site internet, parler avec des étudiants des cégeps et des universités qui veulent être bénévoles et enfin trouver les fonds pour appuyer d’autres projets dans d’autres écoles. »

«Chacun d’entre nous peut être plus fort que les mots, la violence et la discrimination. » Alexis Lahorra

En complément de l'article, voir sur Youtube le film réalisé par Alexis

Consulter le site Facebook sur Stronger than a Rock

Entrevue et texte réalisés par Alain Lallier, édimestre, Portail du réseau collégial



Les partenaires du Portail