Contact

Étudier et vivre au cégep
Programmes
  • Formation générale
  • Programmes préuniversitaires
  • Double cheminement
  • Baccalauréat international
  • Programmes techniques
  • Attestation d'études collégiales
  • Formation à distance
  • Formation continue - Offre de services
  • Articles et publications
  • Établissements
    Organismes
    Pédagogie
    Enjeux
    Réalisations personnelles
    Contributions institutionnelles
    Gestion
    Histoire


    Enjeux > L'interculturel

    Institut de recherche sur l’intégration professionnelle des immigrants - De nouveaux services pour favoriser l’intégration des immigrants au marché du travail

    Par Josiane Roulez
    Conseillère en communication
    Collège de Maisonneuve

    Le Québec fait face à une grave pénurie de main-d’œuvre. Pour y remédier, il compte sur l’immigration. Pourtant, à l’heure actuelle, le taux de chômage est de deux à trois fois plus élevé chez les immigrants que chez les Québécois de souche. C’est dans ce contexte que le Collège de Maisonneuve a mis sur pied l’Institut de recherche sur l’intégration professionnelle des immigrants (IRIPI). Sa mission ? Trouver des solutions à cette problématique, à la fois pour les immigrants et pour les milieux d’accueil.

    « Au Québec, la situation s’améliore progressivement en ce qui concerne l’embauche d’immigrants. Toutefois, le maintien en emploi demeure un grand défi. L’objectif global de l’IRIPI est de rechercher et de proposer des solutions pour que les immigrants se sentent bien dans leur milieu de travail, et qu’ils y restent », affirme Hélène Brassard, directrice de l’IRIPI et du Service de coopération internationale du Collège de Maisonneuve, auquel le nouvel institut est rattaché.

    Les différences culturelles rendent parfois l’intégration d’un immigrant difficile dans son milieu de travail. Des différends peuvent survenir au plan des relations homme-femme, du rapport à l’autorité, du langage non-verbal, etc. Par exemple, un cadre issu d’une culture différente de celle de ses employés peut avoir du mal à percevoir les signes d’une crise au sein de son équipe.

    Le mandat de l’IRIPI est de répondre aux besoins ciblés par les milieux d’accueil des immigrants, c'est-à-dire les organisations en lien avec leur intégration professionnelle : organismes publics, parapublics ou communautaires, entreprises, cégeps, centres de formation professionnelle, ordres professionnels, etc. Le nouvel institut leur offrira des services de veille, de recherche appliquée, de conseil, de soutien, de transfert de connaissances et de diffusion des initiatives développées.

    « Pour les immigrants, le besoin pourrait être d’acquérir une plus grande maîtrise de la langue, de suivre des formations professionnelles d’appoint et d’apprendre à connaître les pratiques en milieu de travail. Pour les intervenants des milieux d’accueil, il s’agirait peut-être de développer une meilleure communication interculturelle et de mettre en place des pratiques de gestion adaptées à la diversité culturelle au travail. Et pour y répondre, nous pourrons, par exemple, offrir une formation dans le domaine de l’interculturel », affirme Hélène Brassard.

    Une communauté de pratiques
    L’IRIPI est l’un des trois nouveaux centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT) en pratiques sociales novatrices, créés au printemps 2009 par le ministère de l’Éducation. Ces nouveaux CCTT, affiliés au réseau collégial du Québec, sont les premiers à œuvrer dans le domaine des sciences humaines et sociales.

    Le nouvel institut fera face à des défis que ne rencontrent pas les centres de transfert de technologie traditionnels. En effet, l’implantation d’une nouvelle pratique sociale implique des changements dans les attitudes et les façons de faire des entreprises et des individus. « Les solutions que nous proposerons toucheront souvent directement au système de valeurs des personnes, et elles nécessiteront une participation active de la part du partenaire et de son équipe. Il ne s’agira pas d’un simple transfert de techniques », déclare Hélène Brassard.

    Pour cette raison, l’IRIPI veille à bien s’entourer et souhaite s’impliquer activement auprès de ses partenaires. « Nous souhaitons que tous les acteurs impliqués, dans toutes les sphères touchant à l’intégration des immigrants, aient leur mot à dire », souligne Hélène Brassard. « Nous voulons créer une communauté de pratiques, c'est-à-dire un réseau de partenaires qui se partagent de l’information, qui réalisent des projets en commun. Nous pourrions, par exemple, prendre en charge le volet pratique d’un projet, tandis qu’un centre de recherche se chargerait de l’aspect théorique. »

    L’IRIPI privilégie aussi la recherche-action, qui réunit les communautés touchées, les décideurs et les chercheurs dans un processus commun de recherche et d’apprentissage. Par opposition à la recherche fondamentale, la recherche-action est dictée par les exigences des utilisateurs, par leur volonté d’effectuer des changements dans leur milieu, plutôt que par l’intérêt des milieux de recherche. « Autrement dit, nous voulons effectuer de la recherche de solution "avec" un partenaire et non de la recherche "à propos" d’un sujet donné. C’est un type de recherche qui intègre davantage les connaissances théoriques et les connaissances pratiques », explique Hélène Brassard.

    En terrain connu
    Pour sa première année d’activité, l’IRIPI se concentrera sur un milieu qu’il connaît bien : le sien. « Nous souhaitons devenir une plaque tournante entre les milieux de formation et le milieu du travail. »

    De fait, le Collège de Maisonneuve accueille une forte proportion d’étudiants issus de l’immigration, et il a tissé des liens de confiance avec les organismes et entreprises qui accueillent ces étudiants en stage. Il a aussi développé plusieurs projets pour faciliter leur intégration culturelle. L’IRIPI se penche sur certains problèmes déjà connus en lien avec l’intégration professionnelle des stagiaires issus de l’immigration. Il lui est ainsi plus facile de faire l’état de la situation en milieu de travail, et d’évaluer la performance des solutions mises en place.

    De plus, l’IRIPI fera une place aux étudiants et aux professeurs du Collège dans ses activités. Les étudiants pourront réaliser des micro-recherches dans le cadre d’un cours. Les enseignants les encadreront ou participeront, eux aussi, à des projets de recherche.

    Nouvel organisme, longue expérience
    Le ministère de l’Éducation a accordé au nouveau CCTT une subvention annuelle de fonctionnement de 150 000 $ pour les trois prochaines années. Formé il y a à peine quelques mois, le nouvel institut ne part pas de zéro : il bénéficie de la solide expertise développée par le Collège de Maisonneuve. Son Service de coopération internationale, fondé il y a plus de 20 ans, détient une longue expérience en communication interculturelle et en gestion de projet. Hélène Brassard en assure la direction depuis plus de dix ans, et a développé des dizaines de projets internationaux et interculturels. De plus, Maisonneuve a fait la preuve de ses compétences en gestion de CCTT, puisqu’il en possède déjà deux autres : le Centre d’études des procédés chimiques du Québec (CÉPROCQ) et l’Institut de technologie de l’emballage et du génie alimentaire (ITÉGA).

    Son comité d’orientation rassemble des représentants du ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC), de l’Institut national de recherche scientifique (INRS), du Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ), qui représente les ordres professionnels, du Cégep Trois-Rivières, d’un représentant du domaine de la chimie et de la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI). Pierre Harrison, directeur général du Collège de Maisonneuve, et François Dauphin, directeur des études, complètent ce comité, démontrant la grande importance qu’accorde Maisonneuve au nouvel institut.

    « Nous espérons devenir un centre névralgique en ce qui a trait à la diffusion des bonnes pratiques d’intégration professionnelle des immigrants. Pour réussir, il nous faudra élargir encore notre réseau de partenaires, établir notre crédibilité et trouver du financement supplémentaire pour réaliser nos projets », croit Hélène Brassard.

    C’est loin d’être mission impossible : plusieurs organismes ont déjà approché l’IRIPI pour développer des projets. Il y a fort à parier que le nouveau centre jouera sous peu un rôle important dans le paysage professionnel québécois.


    Le Portail en bref

    Mme Nicole Lefebvre, vice-présidente de la FNEEQ, aborde les dossiers de l'heure


    Une entrevue avec Mme Nicole Lefebvre, vice-présidente de la FNEEQ,par M. Alain Lallier,éditeur en chef, Portail du réseau collégial. Une année de négociation avec une mobilisation exemplaire Même si elle considère qu’il est un peu tôt pour les bilans, Nicole Lefebvre peut déjà affirmer ...

    Pour que la cloche sonne


    Entretien avec madame Caroline Dionne, directrice de l’entreprise d’entraînement Alinov Québec Alinov, ce n’est pas un programme ni à strictement parler un cours, c’est une PME, ou plutôt, une simulation de PME. Les gens qui sont formés par Alinov y travaillent comme s’ils étaient dans une vr...

    Synor de Saint-Hyacinthe : l'art de la formation continue


    Échange entre madame Fanie-Claude Brien, directrice du Service de la formation continue du Cégep de Saint-Hyacinthe, etMarie Lacoursière. Saint-Hyacinthe a été sacrée en 2015 championne de l'emploi au Canada par Express Employment Professionals, une importante entreprise de placement ontarien...

    Pour une politique pluraliste de la philosophie au Québec


    M. Georges Leroux nous entretient des perspectives d'avenir de l'enseignement de la philosophie. Professeur émérite au Département de Philosophie de l’Université du Québec à Montréal, où il a enseigné la philosophie grecque de 1969 à 2006, Georges Leroux est d’abord connu comme helléniste et ...

    De l'efficacité des moteurs aux dilemmes énergétiques


    Entrevue avec monsieur Mohamed Benhaddadi, Ph. D. en génie électrique, professeur au Cégep du Vieux Montréal,lauréat du Prix de l’Acfas, Denise-Barbeau – recherche au collégial Mohammed Benhaddadi se dit très heureux de la réception de ce prix. Pour lui, c’est la reconnaissance du travail de ...

    Pour mieux prendre le large


    Entrevue avec monsieur Daniel Dion, directeur de l’Institut maritime du Québec, affilié au Cégep de Rimouski. 70e anniversaire et 3,200 diplômés L’Institut maritime du Québec existe depuis 1944. Connu au départ sous le nom «École de marine », avec un statut d’école nationale. Elle sera ju...

    Deuxième spectacle de la saison 2015-2016 de École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, du 11 au 17 décembre


    Saint-Hyacinthe, le 23 novembre 2015. – L’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe est heureuse de vous convier au deuxième spectacle de la saison 2015-2016, L’Énéide d’Olivier Kemeid, d’après Virgile, dans une mise en scène de Benoit Vermeulen.

    Entrevue avec Mme Fadia Naim, Ph. D., directrice générale de Cintech agroalimentaire du Cégep de Saint-Hyacinthe


    Une subvention majeure du CRSNG pour Cintech Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) accordait récemment à Cintech agroalimentaire du Cégep de Saint-Hyacinthe une subvention de 2,3 millions de dollars pour son projet de recherche portant sur la lumière puls...

    Un exemple de courage et de détermination


    Entrevue avec M. Gérald Simard, étudiant en électronique industrielle au Cégep de Baie-Comeau. Originaire de Matane, Gérald Simard a travaillé de l'âge de 18 à 20 ans comme bûcheron au Nouveau-Brunswick. Issu d’une famille comptant 14 enfants (10 garçons et 4 filles) il a alterné entre travai...