Dossiers / Enjeux / L'environnement

Les étudiant(e)s se soucient-ils du développement durable?




 

Texte de madame Catherine Gauthier, Directrice générale de
ENvironnement JEUnesse

Il faut remonter à 2016 pour retracer les balbutiements de la vaste étude sur le développement durable dévoilée par ENvironnement JEUnesse le 21 février dernier. Réuni(e)s lors d’un lac-à-l’épaule en pleine forêt mauricienne sur le bord du lac Castor, les intervenant(e)s du réseau Cégep Vert du Québec souhaitaient mettre en place des actions communes d’envergure pour mobiliser la communauté collégiale.

Par le passé, la créativité et l’engagement des Cégeps Verts du Québec les avaient menés vers l’élaboration de projets communs qui ont rayonné à travers la province. À titre d’exemple, l’une des actions communes en 2015-2016 fut le développement et la mise en œuvre de Pipelines dans nos cégeps, une exposition itinérante qui visait à sensibiliser les étudiants sur le projet Énergie Est et les conséquences environnementales de l’extraction et du transport du pétrole.

   

ENvironnement JEUnesse et Cégep Vert du Québec

ENvironnement JEUnesse est un organisme d’éducation relative à l’environnement qui vise à conscientiser les jeunes du Québec aux enjeux environnementaux, les outiller à travers ses projets éducatifs et les inciter à agir dans leur milieu. Son programme d'accompagnement et de certification Cégep Vert du Québec offre des outils et une reconnaissance pour une gestion plus durable dans plus de 30 établissements de niveau collégial au Québec.

Une étude unique de par son ampleur et ses objectifs

Quelles thématiques interpellent les étudiant(e)s ? Se soucient-ils de l’environnement et du développement durable ? Ont-ils des pratiques ou des habitudes de vie écologiques ? Comment s’informent-ils ? Quelle place leur établissement collégial occupe-t-il dans leur sensibilisation ou leur implication environnementale ?

Ces questionnements ont mené à la mise sur pied d’une vaste étude intercollégiale sur la perception des étudiant(e)s envers le développement durable. En effet, « nous cherchions à documenter l’importance accordée au développement durable par les étudiant(e)s et le rôle des établissements collégiaux dans leur implication environnementale afin de dégager des pistes d’action plus efficaces », expose Catherine Gauthier, directrice générale d’ENvironnement JEUnesse.

Faits saillants de l’étude

• Près d’un(e) étudiant(e) sur deux (48 %) accorde énormément ou beaucoup   d’importance au développement durable. 

• Les aspects qui suscitent le plus d’intérêt chez les étudiant(e)s sont la réduction du gaspillage d’eau, la gestion des matières résiduelles et la consommation responsable. 

• 42 % des étudiant(e)s affirment que les pratiques de leur établissement les ont incité(e)s à modifier certains de leurs comportements.
• Seulement trois étudiant(e)s sur dix (30 %) affirment avoir réalisé des travaux scolaires en lien avec le développement durable.

• Plus de trois étudiant(e)s sur quatre (76 %) sont susceptibles d’utiliser les médias sociaux pour s’informer sur le développement durable. 


 

Un projet initié et porté par la communauté collégiale

À partir de la question de recherche « quelles sont les préoccupations et les implications des étudiant(e)s des cégeps du Québec quant au développement durable ? », l’étude provinciale dresse un portrait représentatif des perceptions et des motivations des jeunes à l’égard du développement durable dans leur établissement, dans leur cours et à l’extérieur.

Cette vaste étude a été initiée par le réseau Cégep Vert du Québec d’ENvironnement JEUnesse et réalisée par des étudiant(e)s du Collège de Rosemont. Comme l’explique Caroline Nioucel, technicienne en développement durable au Collège de Rosemont, « cette étude a été l’occasion pour les étudiant(e)s et les stagiaires du programme Techniques de recherche sociale d’acquérir une expérience à la fois pédagogique et pratique dans le cadre d’une étude d’envergure.»

« Rapidement, le projet a pris de l’ampleur, si bien que nous avons connu un taux de participation sans précédent pour une telle étude », se réjouit Mme Nioucel. Dans le cadre du programme Techniques de recherche sociale, l’étude a fait l’objet d’activités pédagogiques avec les étudiant(e)s dans des cours de deuxième et troisième années. Les enseignant(e)s du département ainsi que des membres du Collège de Rosemont ont aussi collaboré à la coordination et à la finalisation des travaux.

En plus d’ENvironnement JEUnesse et du Collège de Rosemont, l’équipe de réalisation comptait sur l’appui du Collège Ahuntsic, du Cégep du Vieux Montréal et du Collège André-Grasset. La Fédération des cégeps et l’Association des collèges privés du Québec ont agi à titre de partenaires de communication, et COOPSCO a offert des prix de participation pour atteindre un meilleur taux de réponse.

Issue de la concertation du réseau collégial et d’une activité pédagogique, l’étude provinciale n’a reçu aucun financement et a donc été réalisée bénévolement.

Quelle importance les étudiant(e)s accordent-ils au développement durable ?

L’étude permet de relever que près de 1 étudiant sur 2 accorde énormément ou beaucoup d’importance au développement durable. En contrepartie, 14 % des étudiant(e)s accordent peu ou pas d’importance à ce sujet.

Les aspects qui suscitent le plus d’intérêt chez les étudiants sont la réduction du gaspillage d’eau, la gestion des matières résiduelles et la consommation responsable. Parmi les répondant(e)s, adopter un régime végétarien ne suscite que peu d’intérêt.

  Quels rôles jouent les cégeps et les collèges selon les étudiant(e)s?

Au sujet de la place du développement durable, seulement 38 % des répondants considèrent que le développement durable est encouragé dans leur établissement. À l’inverse, près d’un étudiant sur quatre trouve que le développement durable n’est pas encouragé, mais souhaiterait qu’il le soit.

Au niveau des habitudes liées au développement durable, les répondant(e)s affirment que réduire les matières résiduelles (66 %) et opter pour des alternatives à la voiture en solo (49 %) sont les comportements les plus encouragés par leur établissement. Qui plus est, 42 % affirment que les pratiques de leur établissement les ont incités à modifier certains de leurs comportements.

Si les conférences et les kiosques sont les activités qui suscitent le plus d’intérêt chez les étudiant(e)s, seulement 18 % y ont déjà participé. La majorité des étudiants sont au courant que leur collège a déjà tenu des activités liées au développement durable, et 41 % ont exprimé leur intérêt à y participer dans le futur.

Plus globalement, 63 % des répondants sont entièrement ou assez en accord avec le rôle clé que leur établissement joue en matière de développement durable dans sa communauté. Toutefois, la majorité est peu ou pas du tout en accord avec le rôle joué par l’établissement pour favoriser l’échange et la réflexion sur la question du développement durable. Cela peut s’expliquer par le fait que la majorité des étudiant(e)s ne connaît pas le comité environnemental de leur institution. Pourtant,

Face à cette situation, les établissements pourraient promouvoir davantage sur les lieux et les opportunités d’implication offerts aux étudiant(e)s, d’autant plus que 45 % des étudiant(e)s se disent ouverts à s’impliquer dans le comité de l’association étudiante.

Comment s’informent les étudiant(e)s sur le développement durable ?

Seulement trois étudiants sur dix affirment avoir réalisé des travaux scolaires en lien avec le développement durable. De ce nombre, 41 % de ces travaux proviennent d’une initiative de l’enseignant(e) alors que 25 % sont initiés par les étudiant(e)s.

Les aspects du développement durable les plus abordés dans leurs travaux scolaires et que les étudiants aimeraient qu’ils le soient davantage sont la consommation d’eau, l’engagement citoyen, la consommation responsable et la surconsommation. Ces thèmes rejoignent d’ailleurs ceux évoqués précédemment. De plus, les étudiant(e)s trouvent que les aspects en lien avec les matières résiduelles, les alternatives à la voiture en solo et les transports actifs ont été suffisamment abordés.

En dehors des cours, trois répondant(e)s sur quatre ne savent pas s’il y a une personne pour les informer sur le développement durable dans leur établissement. Sans surprise, les étudiant(e)s sont plus susceptibles d’utiliser les médias sociaux (76 %) pour s’informer sur le développement durable. La moitié des étudiant(e)s préfère s’informer par le biais du portail du cégep ou du collège, ou encore dans le cadre d’un cours.

ENvironnement JEUnesse et Cégep Vert du Québec

ENvironnement JEUnesse est un organisme d’éducation relative à   l’environnement qui vise à conscientiser les jeunes du Québec aux        enjeux environnementaux, les outiller à travers ses projets éducatifs et les inciter à agir dans leur milieu. Son programme d'accompagnement et de certification Cégep Vert du Québec offre des outils et une reconnaissance pour une gestion plus durable dans plus de 30 établissements de niveau collégial au Québec.

La collecte de données s’est déroulée du 20 février 2017 au 13 mars 2017. L’ensemble des étudiants de l’enseignement régulier et de la formation continue inscrits à la session d’hiver 2017 dans un établissement collégial public ou privé du Québec ont été invités à répondre au questionnaire. En février et mars 2017, 26 établissements ont participé à l'étude pour un total de 8 753 répondant(e)s.

Une majorité de répondants (61 %) provient de la région métropolitaine de Montréal, et plus du tiers des répondants sont issus de l’immigration. De même, 63 % des répondant(e)s sont des femmes et 65 % des répondant(e)s sont âgés de 20 ans et moins. La marge d’erreur pour l’ensemble de l’échantillon se situe à ±1,04 %, 19 fois sur 20.

Synthèse, défis et suites de l’étude

Les résultats de cette étude soulignent le besoin d’accroître les communications et la promotion des actions, activités et projets liés au développement durable. Ils mettent également en évidence la nécessité de mieux faire connaître les lieux d’implication et les ressources des établissements, notamment par un usage accru des réseaux sociaux.

Cette étude soulève également des défis, dont celui pour les établissements collégiaux de démontrer que le développement durable occupe une place réellement importante dans leur milieu. L’intégration des thèmes liés au développement durable à même le contenu des cours rencontre encore aujourd’hui des obstacles significatifs. De même, la mobilisation des étudiant(e)s afin qu’ils participent aux activités requiert des efforts constants.

Finalement, l’étude a permis de faire un portrait provincial représentatif des établissements collégiaux, d’outiller les intervenant(e)s et les directions et de mener les travaux en suivant une approche pédagogique. À partir de ces données précieuses, les membres du réseau Cégep Vert du Québec élaboreront des mesures et des pistes d’action concrètes dès le mois de mai 2018 où ils se réuniront de nouveau au bord du lac Castor.

À propos du programme Cégep Vert du Québec
Le programme Cégep Vert du Québec d’ENvironnement JEUnesse encourage la concertation entre les acteurs du milieu collégial engagés dans une démarche environnementale et de développement durable. Depuis près de 15 ans,

ENvironnement JEUnesse anime et soutient ce réseau à travers plusieurs événements de partage et de réseautage regroupant les intervenants en environnement des cégeps et collèges.
 

ENvironnement JEUnesse tient à remercier la Fédération des cégeps et l’Association des collèges privés du Québec à titre de partenaires pour la réalisation de l’étude. COOPSCO a également offert les prix de participation tirés au hasard parmi les répondant(e)s.

Crédits photos

• Photo_exposition_pipeline.jpg : Collège de Rosemont (2015-2016)
• Photo_TRS.jpg ; Photo_TRS2.jpg : Collège de Rosemont (2015-2016)
• Photo_alimentation.jpg ; Photo_conference.jpg ; Photo_transport.jpg : ENvironnement JEUnesse (2017)

 Édition  Marie Lacoursière édimestre pour le Portail du réseau collégial



Les partenaires du Portail