Dossiers / Contributions institutionnelles / Contributions internationales

Le Comité «Internationalisation de la formation» de Cégep international

2014-11-16


 

Par madame Marianne Landuyt,

Originaire de Belgique où elle a effectué une première partie de sa carrière en tant qu’enseignante en mathématiques, madame Landuyt œuvre dans le réseau collégial depuis son arrivée au Québec en 1991. Directrice adjointe au Cégep de Victoriaville depuis maintenant 6 ans, elle cumule des dossiers très diversifiés, dont l’évaluation des enseignements, la tâche, la réussite et l’international, dossier qui lui tient à cœur depuis toujours, peut-être en raison de son parcours personnel.

.

Le réseau collégial est impliqué dans l’international depuis plus de vingt ans, que ce soit par l’exportation du savoir-faire, par la mobilité étudiante, par le recrutement d’étudiants étrangers ou, plus récemment, par la mobilité enseignante. Le volume des activités à caractère international n’a cessé de croître. Cette croissance et cette importance grandissante démontrent combien il semble impératif d’offrir des programmes d’études ajustés aux réalités d’aujourd’hui. Une des meilleures définitions de l’internationalisation est celle donnée par Jane Knight en 1994 :

L'internationalisation de l'éducation est un processus d'intégration des dimensions internationale et interculturelle dans l'enseignement, la recherche, et les services éducatifs rendus à l'État, les établissements d'enseignement et les organismes et entreprises de ce secteur.

On voit à quel point il s’agit là d’un enjeu majeur, large et complexe. C’est à l’automne 2007 que Cégep international a instauré un comité dédié à l’internationalisation de la formation.

Au départ, le comité Internationalisation de la formation était très restreint : nous étions trois responsables de l’international, issues des collèges de Maisonneuve, Victoriaville et Lanaudière, trois convaincues qu’un élément clé de l’internationalisation des cégeps est l’internationalisation de la formation elle-même, dans tous nos programmes d’études, pour tous nos étudiants. Nous étions conscientes du colossal défi que représente cet enjeu : tout était à définir et à créer. Nous avions avec le comité une place pour partager nos réflexions, nos espoirs et nos déconvenues. Dès le début, la directrice de Cégep international a décidé de participer aux réunions, au nombre d’environ 4 par année.

Depuis l’automne 2007, le comité a connu une importante évolution et ce, à différents niveaux :

Sa composition. Chaque année, des membres se sont ajoutés, avec des profils de plus en plus variés, montrant par le fait même à quel point ce dossier interpelle tous les niveaux d’organisation d’un cégep. Actuellement, le comité, outre la responsable-animatrice et la directrice générale de Cégep international, comprend 12 membres: des conseillers pédagogiques, des directeurs adjoints, une direction des études et une direction générale.

La nature de ses travaux. La première année, nous mettions en commun le travail amorcé dans nos collèges autour des deux profils de « l’étudiant internationalisé », celui de Maisonneuve et celui de Victoriaville. Par la suite, le comité a examiné différentes avenues qui pourraient appuyer ce travail et qui auraient une utilité réseau. Pour ne citer que quelques exemples : élaboration d’un profil en collaboration avec Performa, projet inter-ordre dans une perspective de continuité avec les universités, mise sur pied d’une communauté de pratique, mise à profit de l’expérience du profil TIC. Notre contribution est à la hauteur des maigres moyens dont nous disposons. Aussi, le comité se réjouit de savoir que le Conseil supérieur de l’éducation travaille actuellement sur le dossier de l’internationalisation des cégeps et devrait publier son rapport à l’automne prochain.

Sa présence récurrente à l’AQPC. En 2008-2009, il a été convenu qu’il y aurait à l’intérieur de chaque colloque de l’AQPC un « rendez-vous de l’internationalisation », avec une formule reconduite d’année en année : une conférence par un invité externe, venant généralement de l’étranger, dédiée aux réflexions de l’heure quant à l’internationalisation du curriculum en enseignement supérieur, suivie d’ateliers présentant des pratiques en cours dans les cégeps. Le fil conducteur des ateliers, en lien bien sûr avec le thème du colloque, a suivi l’évolution des réflexions du comité. Les deux premières années, les cégeps de Maisonneuve et de Victoriaville ont exposé le profil de formation dont ils se sont dotés, et ont partagé les succès et les défis qu’ils rencontraient pour l’intégrer dans les programmes. D’autres ateliers ont illustré comment des enseignants, des conseillers pédagogiques ou des directions des cégeps de Montmorency, Bois-de-Boulogne et Sherbrooke travaillent pour internationaliser, que ce soit en élaborant une politique d’internationalisation ou encore en ciblant des programmes particuliers. Ensuite, des ateliers ont montré en quoi les projets de mobilité enseignante peuvent constituer de formidables opportunités pour bonifier la formation. Le nombre croissant de présentateurs d’ateliers, de sujets abordés et de participants témoignent de l’effet d’entraînement que le comité a suscité dans le réseau.

Cette année, le comité s’est donné comme mandat de répondre à un besoin de plus en plus exprimé : expliquer comment mener dans un collège le dossier de l’internationalisation des programmes, comment lui donner un sens institutionnel, comment l’intégrer à tous les niveaux de l’organisation, de façon structurante, souple et respectueuse de la culture locale. Le matériel de formation et d’information produit par le comité consiste en une série de cartes mentales qui servira de support à plusieurs présentations :

- Le 15 mai 2012 à Québec, en marge du colloque du BCEI (Bureau Canadien d’Éducation Internationale);
- Le 8 juin 2012 à Gatineau, dans le cadre du « Rendez-vous de l’internationalisation » du colloque de l’AQPC;
- En septembre (date à venir), lors d’une journée spéciale consacrée à l’internationalisation, ouverte à l’ensemble du réseau collégial.



Les partenaires du Portail